Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Prince George : Bouille rebondie, calme olympien et pas un pleur à son baptême !

29 photos
Lancer le diaporama
Baptême du prince George de Cambridge, tout mignon et tout calme, en la chapelle royale du palais Saint James, à Londres, le 23 octobre 2013.

Trois mois et un jour, et déjà l'apanage d'un roi : la première apparition, depuis sa présentation au lendemain de sa naissance, du prince George de Cambridge pour son baptême mercredi 23 octobre 2013 a ravi tous les observateurs, semblant confirmer la prophétie de l'archevêque de Canterbury Justin Welby concernant ce "bébé de l'espoir". Comment ne pas tomber en adoration devant ce nourrisson royal à la bouille comme "patriarcale", comment ne pas s'attendrir devant ces bonnes joues rebondies qui lui donnaient, en ce jour de baptême, à la fois un air bougon de bébé mal réveillé et une bonhomie bien sympathique ?

"George n'a jamais été aussi calme de toute la journée"

Porté par ses parents le prince William et Kate Middleton, entouré d'un tout petit comité familial et de ses sept parrains et marraines choisis parmi des proches des jeunes parents dignes de la plus haute confiance, le prince George de Cambridge, né le 22 juillet dernier à l'hôpital londonien St Mary, a été baptisé et a commencé à écrire son histoire de futur monarque... avec un calme olympien. Pas un pleur, au cours de la cérémonie d'une trentaine de minutes, rapportaient un peu plus tard les médias britanniques. Pas un cri, alors que son père le prince William n'avait pu s'empêcher de confier en public, au cours des dernières semaines, combien son "petit chenapan" de fils était "bruyant". Pas même "un gazouillis", selon des assistants présents lors de la cérémonie.

Bébé était superbe dans la somptueuse robe baptimale confectionnée par la couturière de la reine Elizabeth II, Angela Kelly, reproduction exacte de la robe créée par une certaine Janet Sutherland et utilisée originellement pour le baptême en 1841 de la princesse Victoria (fille de la reine Victoria), mise à la retraite car trop fragile après avoir servi depuis pour une soixantaine (62 précisément) de baptêmes royaux (le dernier étant celui de Lady Louise Windsor, fille d'Edward et Sophie de Wessex, en 2004). A son arrivée, dans les bras de son père le prince William et accueilli par l'archevêque de Canterbury qui allait l'oindre de l'eau consacrée du Jourdain puisée dans les fonts baptismaux Lily sortis de leur vitrine de la Tour de Londres, le petit prince de Cambridge était d'une placidité exemplaire, observant l'agitation autour de lui avec un moue renfrognée. Allait-il pleurer, comme son père 31 ans plus tôt ? Hurler ? C'était l'un des principaux suspenses concernant la cérémonie, après des épisodes tapageurs qui ont marqué l'histoire : la future reine Elizabeth II hurlant à Buckingham Palace, en 1926, au point de couvrir la voix des choristes et de l'archevêque d'York Cosmo Lang ; le prince Pierre de Yougoslavie, en 1923, échappant à la stupeur générale des mains d'un vénérable homme d'église et tombant dans les fonts baptismaux, repêché promptement et séché par son parrain Bertie (alors duc d'York et futur roi George VI) sous les yeux d'Elizabeth ; le prince Harry recevant le baptême recevant en 1984 le baptême dans une ambiance délétère, la princesse Diana ayant refusé de faire de sa belle-soeur la princesse Anne la marraine (après avoir déjà refusé pour le baptême de William), entraînant le courroux de l'intéressé et de l'époux de la reine, le duc d'Edimbourg ; la princesse Theodora de Grèce vociférant jusqu'à l'intervention de sa marraine Elizabeth II...

Rien de tout cela. Comme pour honorer le désir de ses parents d'une cérémonie sans tambours, trompettes ni tapage, pour laquelle ils ont privilégié le palais Saint James au Salon de musique de Buckingham et une liste de 22 invités seulement dont oncles, tantes et cousin(e)s étaient exclus (mais Jessica Webb, l'ancienne nounou de William et Harry, qui a repris du service pour George, était conviée), le prince George de Cambridge a été sage comme une image, doux comme un agneau. "C'est la première fois qu'il se tient tranquille de toute la journée", aurait même confié le prince William en arrivant à la chapelle royale où, en 1997, il s'était recueilli auprès de la dépouille de sa mère Lady Di.

C'est donc dans un silence littéralement religieux que le prince Harry et Pippa Middleton, oncle et tante du bébé royal, ont pu lire les extraits de la bible qui avaient été choisis pour eux par le duc et la duchesse de Cambridge, et l'accompagner ainsi dans cette étape essentielle : en sa qualité de potentiel futur monarque, avec les prérogatives inhérentes (chef suprême de l'Eglise anglicane, défenseur de la foi), il lui fallait en passer par là... "Il est arrivé avec le sourire, reparti avec le sourire, et, pour ce qu'on en sait, n'a pas cessé de sourire tout du long", a assuré un témoin.

Autour du petit prince tout sourire, des parrains et marraines dévoués et un photographe de star

Pour les parrains et marraines aussi, c'était un grand jour. Mgr Justin Welby a d'ailleurs insisté sur la mission spirituelle qui les attend : "l'aider à grandir et à s'épanouir pour devenir l'homme que Dieu a prévu qu'il soit." William et Kate ont sollicité des personnes dont ils sont extrêmement proches et sur lesquelles ils savent pouvoir compter. Une seule figure royale a été désignée, en la personne de Zara Phillips, cousine du duc de Cambridge et elle-même enceinte de son premier enfant. Elle partage cette charge avec des personnes d'horizons divers. Julia Samuel, 54 ans, fut l'amie intime et la confidente de Lady Di durant ses dernières années, la princesse Diana étant d'ailleurs marraine d'un de ses enfants ; psychothérapeute et conseillère à l'hôpital St Mary de Paddington, où le prince George est né, le prince William lui apporte notamment son aide en parrainant l'association Child Bereavement UK, dédiée au deuil des enfants, qu'elle a contribué à lancer avec Diana ; pour la petite histoire, sa soeur Sabrina fut un temps la petite amie du prince Charles. William van Cutsem, pour sa part, est à considérer comme "l'autre frère" du prince William; fils de Hugh van Cutsem, meilleur ami du prince Charles récemment décédé, il connaît William depuis l'enfance, l'a notamment aidé à traverser l'épreuve du divorce de ses parents, et a pour particularité d'être le seul catholique de la bande des parrains et marraines. Emilia Jardine-Paterson est une camarade de classe de Kate Middleton, rencontrée au Marlborough College, où la future duchesse de Cambridge faisait parler d'elle pour ses talents de hockeyeuse ; confidente par excellence de Kate, elle était à ses côtés en 2007 lors de son break à Ibiza au moment de sa rupture avec William ; architecte d'intérieur de profession, elle était présente avec son mari David, descendant d'une riche famille de propriétaires terriens écossais. Oliver Baker, Ollie pour les intimes, est un ami commun de fac du duc et de la duchesse de Cambridge, et a partagé avec eux un logement lors de leurs années à Edimbourg ; William et Kate étaient présents à son mariage en 2010 avec Mel Nicholson, qui l'accompagnaient mercredi au palais Saint James. Hugh Grosvenor, 21 ans, est de loin le plus jeune parrain du prince George ; jet-setter avéré, le fils et héritier du très riche duc de Westminster est le beau-frère d'Edward van Cutsem, frère de William. Jamie Lowther-Pinkerton n'en est pas à ses premiers services rendus à la famille royale : secrétaire particulier des princes William et Harry et de la duchesse Catherine depuis 2005, cet ancien des Irish Guards, des SAS et de la Guerre du Golfe était le plus loyal assistant et le vétéran de l'équipe du duc de Cambridge jusqu'à sa décision de se retirer de ses fonctions en septembre 2013, restant toutefois présent pour former la relève.

Les 22 invités du duc, de la duchesse et du prince de Cambridge ont ensuite été invités par le prince Charles et Camilla Parker Bowles à Clarence House, résidence officielle de l'héritier du trône située juste derrière le palais Saint James, pour prendre le thé avec une part du gâteau aux fruits réalisé par Fiona Cairns pour le mariage du prince William et Kate Middleton le 29 avril 2011. Il est en effet de tradition chez certains jeunes mariés britanniques de congeler un étage du gâteau de mariage en vue du baptême de leur premier-né.

C'est également à Clarence House que devait avoir lieu la séance photo officielle du baptême. Pour cette mission, William et Kate ont préféré au photographe de leur mariage et ami de la famille royale Marion Testino un autre photographe de mode, connu pour ses travaux pour des revues comme Vanity Fair et Vogue, ainsi qu'avec des stars telles que Paul McCartney, Johnny Depp, Scarlett Johansson ou David Beckham. Jason Bell, dont bien des photos, rappelle un communiqué du palais, "ont été acquises par la National Portrait Gallery pour ses collections" (musée dont Kate est la marraine), a photographié la reine Elizabeth II avec trois générations d'héritiers au trône - Charles, William et George. C'est la première fois depuis 1894 que quatre générations de monarque sont ainsi réunies. Les photos doivent être rendues publiques incessamment.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image