Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

R. Kelly : Privée de repas, tenue obligatoire, gifles... Une ex-compagne raconte

R. Kelly : Privée de repas, tenue obligatoire, gifles... Une ex-compagne raconte
Par Rachel Henry Rédactrice
Née à Londres, non loin de Kensington, elle démêle le vrai du faux sur la famille royale britannique, mais pas seulement. La reine Maxima des Pays-Bas, la reine Letizia d'Espagne et la princesse Victoria de Suède sont aussi ses copines. Quand les têtes couronnées ne sont pas de sortie, Rachel patiente en décryptant volontiers les tapis rouges, les premiers rangs des défilés.
R. Kelly interviewé par Gayle King pour CBS - mars 2019. Le chanteur se défend d'être un prédateur sexuel dans cette première interview depuis la diffusion d'un documentaire à charge et de nouvelles poursuites en justice.
11 photos
Lancer le diaporama
R. Kelly interviewé par Gayle King pour CBS - mars 2019. Le chanteur se défend d'être un prédateur sexuel dans cette première interview depuis la diffusion d'un documentaire à charge et de nouvelles poursuites en justice.
Poursuivi pour abus sexuels sur mineurs et non-paiement de sa pension alimentaire, R. Kelly a effectué deux passages par la case prison en quelques jours. Libéré sous caution, il nie tout en bloc. Un nouveau témoigagne d'un ex-petite amie est pourtant accablant.

Un nouveau témoignage accable R. Kelly. Ce 12 mars 2019, une jeune femme a raconté au New Yorker le véritable calvaire qu'elle a vécu lorsqu'elle était l'une des petites amies du chanteur, actuellement poursuivi pour abus sexuels sur mineures. Dominique Gardner, une Américaine de 27 ans, figure parmi les témoins du documentaire choc Surviving R. Kelly qui a relancé les accusations à l'encontre de la star en début d'année. Celle-ci dit avoir partagé la vie du chanteur durant neuf ans au côté de six autres jeunes femmes qui vivaient avec lui.

Au printemps dernier, elle a réussi à se libérer de son emprise qu'elle refuse malgré tout de qualifier de "culte" : "Je l'aimais à en mourir, vous savez ? Il a essayé de me briser. Il voulait me contrôler et je ne voulais pas lui donner ce pouvoir, a-t-elle confié. Donc il s'est dit, si je ne lui donne pas à manger, elle reviendra. Non. Je préfère mourir que revenir et te donner mon âme." La jeune femme affirme qu'elle et les autres petites amies du chanteur étaient privées de leur téléphone portable et de tout contact avec leur famille. Elles devaient porter des survêtements pour ne pas attirer l'attention et encore moins adresser la parole à un autre homme.

C'est le diable qui parle

Même pour aller aux toilettes, elles devaient demander sa permission, au risque de se faire dessus. Se disant la plus "rebelle" des compagnes de la star, elle dit avoir souvent payé pour avoir "désobéi" : des fessées, gifles ou même des coups avec une rallonge électrique. "À chaque fois que je le regardais dans les yeux, je savais qu'il était désolé." La jeune femme l'excuse en partie en le qualifiant lui-même de victime puisqu'il affirme avoir aussi subi des abus sexuels lorsqu'il était enfant.

Pour ce qui est de l'interview toute en cris et larmes que R. Kelly a accordée à la télévision il y a quelques jours, lors de laquelle il a tout nié en bloc, la jeune femme affirme que c'est "le diable qui parle". Lors de cet entretien, Joycelyn Savage et Azriel Clary, deux autres jeunes femmes qui vivent toujours avec la star, l'ont défendu sans hésiter devant les caméras. De son côté, Dominique Gardner ne veut pas porter plainte contre l'interprète : "Je veux juste guérir. Je veux mon intimité (...). Il devrait être dans une maison d'arrêt, mais pas en prison. Il a besoin d'un thérapeute 24 heures sur 24."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image