Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Willem-Alexander des Pays-Bas : Son "chant du roi", c'est la cata !

6 photos
Lancer le diaporama

Pas encore commencée, la fête de l'intronisation du prince héritier Willem-Alexander des Pays-Bas est déjà gâchée. A quelques jours seulement de la passation de témoin entre la bien-aimée reine Beatrix des Pays-Bas et son fils aîné, qui aura lieu le 30 avril 2013, le royaume a été secoué par une très houleuse controverse au sujet de... la chanson officielle du couronnement du prince.

Vendredi 19 avril surgissait le "Koningslied", littéralement "le chant du roi", oeuvre d'un compositeur néerlando-britannique, John Ewbank, commandée spécialement pour l'intronisation du nouveau souverain batave. Après 48 heures de railleries et de polémique, l'artiste a fait savoir dimanche 21 avril, éreinté par une "énième insulte" sur son compte Twitter, qu'il retirait la chanson en question.

Terriblement pompière et baroque, mêlant musique populaire, chanson chorale et rap, et accumulant des paroles mièvres jusqu'au ridicule ("A travers la pluie et le vent, je resterai près de toi, je te protège contre tout ce qui vient, je veillerai si tu dors, je te protègerai contre la tempête, je te garderai en sécurité aussi longtemps que je vivrai"), la chanson se voulait pourtant l'incarnation de ce que les Pays-Bas peuvent inspirer de meilleur pour l'avenir : le texte a ainsi été écrit d'après des phrases que 3 300 Néerlandais désireux de partager "leurs rêves" pour leur pays ont fait parvenir, et la chanson, longue de 5mn08, est interprétée par 51 artistes néerlandais, dont de véritables stars, qui seront d'ailleurs sollicités à nouveau à Rotterdam pour le concert de l'intronisation le 30 avril. John Ewbank lui-même n'est pas n'importe qui : à 44 ans, il a composé/produit pas moins de 18 singles classés n°1 en Pays-Bas (en majorité avec Marco Borsato), fut l'auteur de l'hymne officiel de l'inauguration de l'arena Amsterdam en 1996, a contribué à la bande originale du film Superstition avec Charlotte Rampling (mais aussi de True Romance de Tarantino), et a travaillé avec le Cirque du Soleil ou encore Lionel Richie.

A l'origine, il était prévu que les 17 millions de Néerlandais (moins les républicains, sans doute) entonnent en choeur ce morceau aux envolées élégiaques. C'est raté... Tout n'est en tout cas pas perdu : car le Koenigslied est tout de même parvenu à se placer en tête des téléchargements sur iTunes, et les bénéfices sont reversés à des oeuvres caritatives...

Un chant... anti-roi ! "Avec cette chanson, tu deviens spontanément républicain"

Mais s'il s'en est trouvé pour acheter et dire du bien de ce mélange des styles improbable et de ces paroles qui, du fait de leur niaiserie, ne font pas forcément honneur au nouveau roi, la voix des détracteurs a été la plus forte. Dès vendredi, une pétition, "Je dis non à la chanson du roi" ("en protestation à cette "chanson du roi" débile, je démissionne par la présente en tant que citoyen néerlandais", assénait son auteur), avait fait son apparition et récolté en quelques heures des milliers de signatures, tandis que, sur les réseaux sociaux, les moqueries et la colère pleuvaient, comme l'a relevé l'AFP : du plus prosaïque - "Je n'ai jamais entendu une aussi mauvaise chanson" - au plus malicieux - "le premier acte de Willem-Alexander en tant que roi sera d'inviter les auteurs et les artistes pour une chasse à l'homme sur les domaines royaux" -, en passant par la menace politique - "Avec cette chanson, tu deviens spontanément républicain, si ce n'est pas déjà fait". Au passage, contrairement à ce qu'on pourrait croire, les détracteurs les plus virulents se trouvent parmi les classes les plus instruites de la société néerlandaise, ce qui semble en dire long sur le niveau intellectuel de la chanson, où d'autres perçoivent le monarque comme un dieu - un blashème eu égard au modèle égalitaire batave.

Après près de 40 000 signatures et une avalanche de méchancetés sur les réseaux sociaux, John Ewbank, dépité, a préféré renoncer samedi soir, via sa page Facebook : "Chers compatriotes, après avoir encore dû bloquer une nouvelle insulte sur mon compte Twitter, je n'en peux plus. Mes excuses à ceux qui trouvaient que cette chanson était appropriée (...) mais je retire par la présente le Koningslied." La commission nationale chargée de l'organisation des cérémonies du couronnement de Willem-Alexander a réagi en faisant part de sa déception mais aussi de sa compréhension, et demeure déterminée à ce qu'une chanson accompagne ce grand moment d'histoire. Une réunion se tenait ce dimanche...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image