Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Woody Allen désavoué ? Les accusations d'abus de sa fille atteignent Hollywood

Woody Allen désavoué ? Les accusations d'abus de sa fille atteignent Hollywood
Dylan O'Sullivan Farrow à la soirée ‘Time 100 Gala 2016’ au Frederick P. Rose Hall de Lincoln Center à New York, le 26 avril 2016
12 photos
Lancer le diaporama
Dylan O'Sullivan Farrow à la soirée ‘Time 100 Gala 2016’ au Frederick P. Rose Hall de Lincoln Center à New York, le 26 avril 2016
La fille adoptive du cinéaste se confie pour la première fois à la télévision alors que le réalisateur est dans la tourmente.

Pour la première fois à la télévision, alors que son père adoptif Woody Allen est en pleine tourmente, sa fille Dylan Farrow se confie à propos de l'agression sexuelle qu'elle aurait subie à l'âge de 7 ans par le cinéaste américain. Le site du magazine Variety a dévoilé un extrait de sa rencontre avec la journaliste Gayle King, dans laquelle Dylan, 32 ans aujourd'hui, évoque à nouveau ce sombre épisode de sa vie : "Je suis crédible, je dis la vérité, et je pense qu'il est important que les gens réalisent que chaque victime, chaque accusatrice compte. Elles suffisent pour changer les choses."

Sur Twitter, Dylan Farrow a surenchéri et remercié ses nombreux soutiens. "Je sais qu'il n'est pas simple de me soutenir contre Woody Allen dans cette industrie. (...) À ceux qui l'ont déjà fait et ont amplifié ma voix grâce à la leur, la petite fille de 7 ans qui est en moi vous remercie du fond du coeur", écrit-elle, en écho aux différents acteurs qui ont dénoncé le réalisateur de Manhattan et Blue Jasmine. Ce 16 janvier, Rebecca Hall et Timothée Chalamet, deux acteurs de son dernier film, A Rainy Day in New York, ont décidé de reverser leurs cachets à l'association Time's Up, dont le fond est destiné à aider les victimes de harcèlement et d'agressions sexuelles.

Timothée Chalamet, 22 ans et assurément la grande révélation de l'année (il est également à l'affiche de Call Me by Your Name qui avait déjà l'objet d'une polémique puisqu'il dépeint la relation homosexuelle entre un homme majeur et un ado mineur), a précisé dans un post Instagram forcément attendu "ne pas pouvoir", pour "des raisons contractuelles", parler "directement" de sa décision de travailler l'été dernier sur le film de l'iconique metteur en scène new-yorkais.

Quelques jours plus tôt, la réalisatrice de Lady Bird, Greta Gerwig, relançait les hostilités contre Woody Allen. "J'ai travaillé avec lui sur un film sorti en 2012, a rappelé l'actrice sur le site du New York Times, faisant référence à son rôle dans To Rome With Love. Et c'est un problème que je prends très au sérieux. J'ai eu besoin de temps pour rassembler mes idées et dire ce que j'avais vraiment envie de dire. Je ne peux parler que pour moi-même et ce que j'ai envie de dire, c'est que si j'avais su ce que je sais maintenant, je n'aurais pas joué dans le film. Je n'ai plus travaillé pour lui depuis et je ne travaillerai plus pour lui, assure la jeune femme de 34 ans. En lisant les articles de Dylan Farrow, j'ai compris que j'avais aggravé la douleur d'une autre femme et ça m'a brisé le coeur, explique Greta Gerwig. J'ai grandi avec les films de Woody Allen, ils m'ont formée en tant qu'artiste et je ne peux pas changer ça maintenant, mais je peux prendre des décisions différentes pour l'avenir." Dernier soutien en date, Natalie Portman. Interviewée par Oprah Winfrey, dans une chronique de l'émission Sunday Morning de CBS diffusée le 14 janvier, la star a déclaré : "Je te crois Dylan. Je te crois."

Celui qui a tourné sous la direction d'Allen dans Alice, To Rome with Love et Blue Jasmine s'est exprimé sur Twitter et son avis diverge : "Deux états ont ouvert des enquêtes criminelles contre Woody Allen (New York et le Connecticut) et aucune charge n'a été retenue contre lui. Le fait de renoncer à le côtoyer et de renoncer à travailler avec lui est sans doute fondé. Mais je trouve ça injuste et triste. J'ai travaillé trois fois avec Woody Allen et cela a représenté des moments privilégiés de ma carrière. Est-il possible de soutenir les victimes de pédophilie et d'agressions sexuelles tout en pensant que WA est innocent ? Je le pense. Mon intention n'est pas de démentir, ni d'ignorer les plaintes, mais accuser des gens de tels crimes, cela doit être traité avec précaution. Tout comme les victimes doivent être traitées avec précaution."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image