Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté

Bernard de La Villardière placé sous protection policière : "Le ministre a insisté..."

Bernard de La Villardière placé sous protection policière : "Le ministre a insisté..."
Par Camille Dubois Rédactrice
Passionné par le monde du showbiz français, il est un grand fan de Cyril Viguier, Bénabar ou encore de Chevallier et Laspalès. Il met sa passion pour l'actu des stars au service de son poste de rédacteur
14 photos
Invité du podcast "Parents d'abord" le vendredi 23 avril 2021, Bernard de La Villardière s'est confié sur cette période où il a été placé sous protection policière, après les menaces d'un terroriste.

Comme beaucoup de personnalités, Bernard de La Villardière a été placé un temps sous protection policière. Le journaliste aux propos parfois polémiques avait été menacé par Larossi Abballa, l'homme ayant assassiné un couple de policiers à Magnanville (Yvelines) en 2016. "J'ai commencé par refuser cette protection. Mais le ministre lui-même a insisté pour que je sois placé sous protection, il avait quelques raisons valables de penser que j'étais menacé", a-t-il expliqué au podcast Parents d'abord, le 23 avril 2021.

Cette présence policière était assez dure à supporter au quotidien pour son épouse, Anne de Savignac et leurs quatre enfants : Caroline (née en 1987), Marc (né en 1988), Rémi (né en 1992) et Nicolas (né en 1993). "C'était pesant pour la vie personnelle et l'intimité familiale. En même temps, je garde de bons souvenirs car j'ai rencontré pas mal de policiers. J'étais sous protection temporaire donc je n'avais pas toujours les mêmes policiers avec moi pour me surveiller et me garder. C'était intéressant d'échanger avec eux. Ces rencontres étaient enrichissantes", se souvient Bernard de La Villardière.

Le présentateur d'Enquête Exclusive (M6) a été rapidement libéré de cette présence policière, puisque le terroriste qui le menaçait a été tué au lendemain de l'attentat. Avant que l'assaut menant à sa mort ne soit lancé, Larossi Abballa avait publié une vidéo sur les réseaux sociaux où il montrait les corps de ses victimes et menaçait plusieurs journalistes - Ruth Elkrief, Audrey Pulvar, Léa Salamé et d'autres - mais aussi Kaaris et Booba. On imagine qu'ils ont eux aussi eu le droit à une protection policière.

N'en démordant pas, Bernard de la Villardière veut toujours se porter partie civile. "J'ai voulu aussi me porter partie civile car il va y avoir un procès. Il y a eu une instruction même si Larossi Abballa est mort. Or le juge d'instruction a rejeté ma demande de partie civile en disant que la menace était éteinte dans la mesure où Larossi Abballa est mort. En fait, on s'est aperçus quelque temps après qu'il avait des complices, qui ont été arrêtés et qui vont bientôt être traduits devant la justice. Je pense bien à ce moment là réintroduire ma demande pour être partie civile parce que je ne veux pas laisser passer cela...", ajoute-t-il à Parents d'abord.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image