Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Carla Bruni a vite calmé le jeu : ''Nous ne sommes victimes d'aucun complot... Rachida Dati reste tout à fait notre amie " !

Alors que le porte-parole du gouvernement Luc Châtel s'est exprimé sur Europe 1, sur ce qu'il qualifie "d'insupportables" rumeurs sur le couple présidentiel et a déclaré vouloir leur "tordre le cou", c'est au tour de Carla Bruni, première dame de France, de se retrouver au micro de cette célèbre radio, dans une interview accordée en exclusivité à Claude Askolovitch et à Patrick Cohen.

L'affaire des rumeurs à propos de la vie privée de Nicolas Sarkozy et de son épouse prend d'autant plus d'importance que, selon Le NouvelObs, le président- selon les dires de Monsieur Pierre Charon ! - se lancerait dans une véritable guerre contre celui ou celle qui a colporté ces propos en poussant Le Journal du dimanche à porter plainte contre X pour "introduction frauduleuse de données dans un système informatique".

Après les démentis de Carla et Nicolas, aurait donc succédé la colère, toujours d'après Monsieur Charon au site "Rue 89". Pourtant lors de cette interview réalisée par Europe 1 il y a un peu plus d'une heure, Carla Bruni donne clairement l'opinion du tandem de L'Elysée d'une voix plus déterminée que jamais. On l'avait entendue parler de son mari lors d'un documentaire réalisé par la chaîne britannique Sky News, mais jamais frontalement sur le sujet des rumeurs.

Sans prendre de gant, le journaliste d'Europe l'interroge sur sa décision de venir prendre la parole : "Je suis venue pour relativiser une affaire qui n'a aucune importance. [...] Ces rumeurs sont pour mon mari et moi insignifiantes. Elles ne sont pas agréables mais ça n'a pas d'importance. Je suis bien placée pour voir ce qu'est l'existence de mon mari, ses préoccupations : la première, ce sont les Francais."

Il n'est donc pas question d'un complot pour le couple présidentiel ? "Je considère que nous ne sommes victimes d'aucun complot. Les rumeurs ont toujours existé, bien avant nous. [...] Il n'y a pas de complot, ni vengeance. On a tourné la page."

Que pense-t-elle de la position de Pierre Charon, conseiller en communication à l'Elysée et qui a parlé de "complot organisé" contre le chef de l'Etat ? "Il a parlé avec l'emportement de l'amitié. Il a pris ça plus à coeur que nous. Il a voulu nous défendre, mais bien davantage que ça ne le méritait", explique-t-elle. Il a de la chance Monsieur Charon que son attitude soit qualifiée par Carla d'emportement de l'amitié ! Il y en a qui on été virés pour moins que ça...

Quant à maître Herzog, l'avocat de Nicolas Sarkozy, qui a évoqué lui aussi un complot contre le chef de l'Etat, elle garde le même discours : "Il a donné son opinion. mais elle n'est ni la mienne, ni celle de mon mari. Moi je parle en mon nom et celui de mon mari." Carla Bruni insiste de nouveau sur le fait qu'ils n'ont aucune volonté de vengeance.

Celle qui a été rédactrice en chef de Madame Figaro durant une semaine et donc pu parler des sujets qui lui tiennent à coeur, ses proches, ses souhaits et ses craintes pour l'avenir, affirme en avoir assez de parler d'elle : "Ce n'est pas respectable vis-à-vis des Français, face à la situation économique, la crise. Je m'intéresse aux Français. J'en ai assez de parler de moi. J'ai envie d'aider mon mari. [...] Nous n'avons jamais voulu les combattre et on ne peut pas d'ailleurs [lutter contre des rumeurs]." Elle ajoute une phrase frappée au coin du bon sens - elle veut pas devenir conseillère de son président de mari, Carla ? - : "Je suis venue pour éviter qu'une affaire qui n'a aucune importance prenne des proportions que je trouve ridicules ". Bien parlé Madame la présidente !

Les journalistes posent alors une série de trois questions, sans tourner autour du pot :

- En voulez-vous à Rachida Dati [Ancienne ministre de la Justice, député européen et maire du VIIe arrondissement de Paris mise en cause dans la création et propagation des rumeurs] ? "Je n'y crois pas. Elle reste tout a fait notre amie. L'accusation qui dirait que Rachida Dati a propagé ces rumeurs, est une rumeur ! Désormais, je ne croirai plus jamais aucune rumeur (...) les rumeurs sont fausses. Donc je ne crois absolument pas à la rumeur selon laquelle Rachida Dati aurait elle-même créé ces rumeurs" a-t-elle insisté. Interrogée sur un éventuel coup de fil du président à Mme Dati, Carla a précisé que "peut-être on l'a fait". Si c'est le cas, c'est depuis ce matin alors, NDLR ?

- Existe-t-il une enquête de police diligentée par l'Elysée pour savoir qui est l'auteur de ces rumeurs ? "Il n'y a aucune enquête. C'est inimaginable de le dire. Il y a une plainte du JDD, mais il s'agit d'une enquête privée du journal. On ne fait pas d'enquête sur les commérages." Ainsi, elle réfute l'idée selon laquelle l'Elysée aurait poussé le JDD à lancer une enquête contre la source des rumeurs. Mouais... Si le sieur Charon n'avale pas sa cravate après les déclarations de Carla, c'est qu'il a un drôle d'estomac pour encaisser !

- Y a-t-il eu des pressions de l'Elysée sur le JDD ou Lagardere propriétaire du JDD ? Les propos de l'épouse du président sont constants : "Il n'y a eu aucune pression. Depuis trois semaines, on ne tient plus compte des rumeurs. Nous avions un voyage important aux Etats-Unis. Je suis venue [à la radio] en suggérant à tous de tourner la page. Ça n'intéresse personne. [...] Ce n'est pas important ce qui m'est agréable ou pas. Ce qui importe, c'est le travail que mon mari doit accomplir."

Les journalistes interrogent toutefois sur le fait que Carla Bruni ait montré son souhait que son mari ne se représente pas à un second mandat présidentiel. La first lady française détaille son point de vue : "Jamais je n'aiderai mon mari à renoncer de manière générale. Jamais pour des considérations personnelles ou même de santé, je ne lui demanderai de refuser. Il décidera. Ce que j'ai dit chez Madame Figaro, ce ne sont que des inquiétudes face à sa santé qu'il ne ménage pas."

Manifestement, Carla Bruni est le porte-parole motivé de son mari et répond dans cette interview à toutes les critiques que l'on a pu entendre sur la disproportion que semblait prendre cette affaire pour l'Elysée, au détriment des besoins réels des Français. Carla Bruni veut visiblement tout faire pour faire remonter la cote de popularité de Nicolas Sarkozy.

Le meilleur avocat de Sarkozy c'est bien son épouse, la seule dans son entourage qui a compris que cette histoire de rumeurs idiotes ne devait pas prendre les proportions que certains, bien mal intentionnés, voulaient leur donner... Une femme qui a les pieds sur terre, intelligente et ne croyez surtout pas qu'elle était en service commandé. On peut facilement l'imaginer, après avoir entendu et vu notre Rachida en mode "scandalisée" ce matin, avoir lu le Monde dans son édition de demain dès 13h, décidé qu'il fallait que tout cela s'arrête et vite. Bien capable d'avoir pris son téléphone pour appeler Europe 1, elle-même ! La théorie du complot ? On vous l'avait bien dit : 95 % de conneries et 5% de vérité !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel