Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Rachida Dati indignée et bouleversée : "Ma mise en cause est scandaleuse" ! Retour et décryptage d'un lynchage... organisé ?

13 photos
Lancer le diaporama

Nous ne vous avions pas parlé de notre Miss chic et choc, Rachida Dati depuis le 8 février. Ce jour-là, elle était la première invitée politique au micro de l'émission de Nikos et ses copains Mustapha et Florian, dans le 6/9 d'NRJ. Quelques jours auparavant, elle semblait toujours aussi en forme , très décontractée en jean et chemise, au 25e Festival International de l'automobile, rendez-vous incontournable des passionnés d'art et de design automobile ! Toute pimpante, et avait offert aux photographes un joli sourire rouge baiser.

Qu'elle décide de faire du journal "7 à Vous" pour "toutes les femmes qui comptent" dans son 7ème arrondissement, un numéro spécial un peu glamour et chic - est-il besoin de rappeler que c'est... le 7ème arrondissement et pas une ville du 93, sans connotation aucune ? -,
Qu'elle envoie bouler un journaliste de Libération lors d'une interview à Bruxelles qui lui posait des questions dérangeantes,
Qu'elle prête serment le 17 février pour devenir avocate - on lui a même reproché la cohue médiatique alors qu'elle s'était arrangée pour rejoindre la première chambre de la cour d'appel en toute discrétion et qu'elle a attendu sagement que son nom soit cité pour prononcer un "je le jure" très doucement ("On trouvera quand même à redire "elle enlevé sa robe d'avocat trop vite" !) -,
Qu'elle estime que Jean-François Copé fasse preuve de "responsabilité" et de "courage" en demandant une loi d'interdiction du port du voile intégral, et déclarant que la burqua "c'est une atteinte à la dignité",
Qu'elle soit reçue à l'étranger - en Angleterre le 18 février, elle a encore pu tester sa notoriété entre sa rencontre avec Jack Straw le ministre de la justice, une interview à la BBC, un tête à tête avec la secrétaire d'état à l'énergie Joan Ruddock, la visite d'un collège islamique réservé aux jeunes filles -,
Qu'elle aille en mission à Bagdad en tant que député européenne pour surveiller les élections législatives irakiennes - elle a été obligée de démentir formellement avoir sollicité le ministère des Affaires étrangères afin de pouvoir être accompagnée lors de ce déplacement d'une équipe de Paris-Match... Une sale rumeur de plus ! En revanche, la presse parlera très peu du fait que l'association de l'ancienne garde des Sceaux "C'est à vous" a remis 100 000 dollars au profit d'une ONG de religieuses dominicaines qui s'occupent d'une maternité et d'un orphelinat à Bagdad -,
Que Jean-Jacques Bourdin et Marc-Olivier Fogiel s'engueulent via Twitter, le premier accusant le second de complaisance et affirmant que Rachida Dati réclamait une interview et qu'elle contactait depuis Bagdad toutes les rédactions pour ce faire ! - elle devra une fois de plus démentir cette fausse information de Bourdin et le traitera de "menteur". "Je suis très choquée, je suis partie en Irak dans le cadre de mes fonctions d'eurodéputée , je n'ai jamais communiqué sur ce voyage, je n'ai jamais fait de demande à quelque rédaction que ce soit, Monsieur Bourdin joue une partition populiste (...) et je veux que les auditeurs de RMC sachent que c'est un menteur". Dans la presse, on ne parlera de ce voyage qu'en racontant "une touche glamour en Irak entourée de sbires armés " ou "Rachida flâne à Bagdad", alors qu'elle était en jean et en chemisier... on lira "c'est armée de son élégance désormais légendaire" ! Elle aurait dû enfiler un battle-dress et porter des rangers comme Madonna au Malawi ? Dans ce cas, à quel déchaînement médiatique aurions-nous eu le droit ?-,

... Eh bien quoi qu'elle fasse, c'est toujours repris négativement ! Comme il aurait fallu à chaque fois, prendre "sa défense", nous avons décidé de faire l'impasse sur toutes ces attaques, nous ne sommes pas les avocats de Rachida Dati, qu'on se le dise. Nous aurons évité au moins 5 news qui auraient été taxées de "complaisantes" !

Rachida Dati, on l'aime bien chez Purepeople, elle est un peu notre mascotte, depuis que nous avions annoncé sa grossesse en exclusivité en août 2008. On aime son parcours, ce qu'elle est devenue, sa niaque, sa force, sa façon de s'exprimer qui est simple et qui peut être entendue et comprise par chacun, ses réparties frappées au coin du bon sens, et nous ne sommes pas les seuls, puisqu'elle reçoit toujours en sa mairie du 7ème arrondissement, un très abondant courrier de "ministre qu'elle n'est plus", dont les deux tiers de toute la France, sans parler de celui qu'elle reçoit au Parlement européen. Alors qu'on parle d'exil à Bruxelles dont elle se plaindrait, elle s'investit dans des sujets techniques comme celui du programme spatial GEMS, dont elle est rapporteure, précise VSD en kiosque ce jour. Elle continue à voyager à l'étranger où elle est toujours très bien reçue et par les plus grands, conférences en Syrie, en Italie, aux Etats-Unis où elle est reçue par son ami américain, le ministre de la justice Eric Holder, qu'elle souhaite d'ailleurs faire venir au Parlement de Strasbourg pour qu'il expose les projets de la Maison Blanche en matière judiciaire. Elle fait aussi des erreurs comme tout le monde, nul n'est parfait, mais elle n'a jamais droit à un seul demi-faux pas et ce n'est pas juste.

Personne ne peut nier sa cote de popularité et ce n'est pas Michel Barnier qui dira le contraire ! Quand on lui a adjoint Rachida pour faire la campagne des Européennes - on a encore dit qu'elle y a été en traînant les pieds, faux ! - il a dû être difficile pour lui de la voir acclamée à chaque visite , beaucoup plus que lui. Il est utile de rappeler que pour cette campagne européenne, la liste Barnier/Dati a obtenu le meilleur score de la droite depuis 30 ans, et pour un parti au pouvoir...

On a pu lire ici et là que le président se serait offusqué de voir l'ex garde des Sceaux à la télévision le soir du premier tour des régionales, alors qu'on ne l'aurait pas vue en appui aux candidats d'Ile-de-France ; il aurait ainsi déclaré : "Mais qu'est ce qu'elle fait là, celle-là ? On ne l'a pas vue pendant la campagne et la voilà devant les caméras" ! D'après nos informations - désolés pour nos amis du Canard... - il y avait d'autres personnes autour du président ce soir-là, autres que celui qui a jeté cette information au Canard Enchaîné en pâture, et il semblerait que le président n'ait fait aucun commentaire...
Mais une autre question se pose : a-t-on demandé à Rachida Dati de venir donner son appui aux candidats de l'Ile de France pendant la campagne ? D'après nos informations... pas vraiment ! Pourtant, elle aurait été bien utile aux côtés de Valérie Pécresse pour les régionales. Sa notoriété, son charisme, son approche des gens n'auraient pas été inutiles, car qui connait la "bon chic bon genre" Valérie Pécresse ?
Personne n'a invité Rachida ni ne lui a demandé d'assister aux meetings de la liste francilienne. A-t-on eu peur du syndrome... Barnier ? Sa présence aurait peut-être empêché, comme cela a été le cas, le plus mauvais score de la droite en Ile de France sous la Vème République... Elle a participé, pour ces régionales à des meetings dans l'Ain, dans le Rhône, à Strasbourg, elle a fait au mieux pour de jeunes députés comme Arnaud Danjean ou Damien Abad, le président des jeunes du Nouveau Centre.
Elle ne peut quand même pas être tenue responsable du très mauvais résultat encaissé par les membres du gouvernement : 19 présentés... 19 claques ! Dont acte. Comme son nom l'indique, c'était des élections régionales, une personne connue, reconnue, avec son parcours aurait été plus qu'utile. Il serait quelque fois nécessaire de se rappeler qu'elle est celle qui a emmené pour la première fois Sarkozy en Seine-Saint-Denis. Nous, on dit ça... on ne dit rien. Nous ne sommes pas les plus grands spécialistes en politique, mais comme l'a souligné le TéléNouvelObs de fin mars, le site Purepeople a consacré à Madame Dati 2340 photos, on l'a donc suivie photographiquement dans ses déplacements, et la popularité des "petites gens", des commercants, des femmes, des jeunes, toute origine confondue, elle l'a... et ça, c'est certain !

Toujours d'après le Canard Enchaîné, c'est à la suite de sa prestation télévisée - où elle avait été invitée, elle n'avait rien demandé... - que tout éclate et qu'on retire à l'ex garde des Sceaux sa voiture de fonction et les 3 officiers de sécurité mis à sa disposition (quand on dit 3 - et non 4 comme écrit ici et là -, c'est évidemment par roulement ! On ne l'a jamais vue entourée de 3 policiers en même temps... ). Sans doute la phrase sur le "nécessaire retour aux fondamentaux" et éviter que les "électeurs se sentent abandonnés", a dû énerver, particulièrement ceux qui se sont pris une claque.
Oui, c'est vrai, on lui a retiré sa voiture de fonction et ses agents de sécurité, et que ce soit une décision de Sarkozy, ce dont on doute - il n'aurait que ça à faire notre président de s'occuper de la voiture de fonction de Rachida ? - ou d'Hortefeux - ce que l'entourage de la maire du 7ème a confirmé -, on s'en moque un peu.
C'est petit-bras ou petit joueur si ce sont des représailles, d'ailleurs pour noyer le poisson - alors que Libération écrivait qu'elle avait raccroché au nez d'Hortefeux qui l'aurait appelée suite à cette décision, pour s'excuser... - il a vite été communiqué qu'elle n'était pas la seule à subir ces suppressions. Michel Charasse, Christian Poncelet entre autres, ont vu aussi leurs gardes du corps retirés. "Seul le critère de la menace a été prise en compte" a confirmé un haut responsable de la place Beauvau. Ce qui veut dire que la sécurité de Dati, comme celle de Charasse ou de Poncelet ne justifient plus de telles escortes. C'est malin d'annoncer ça, si un cinglé a maintenant envie d'agresser une de ces personnalités... il est au courant qu'il n'y a plus de protection !
Depuis, Xavier Darcos, remercié du gouvernement, a subi le même sort, et Christian Estrosi et Bruno Le Maire se passent de leur officier de sécurité supplémentaire. Pour clore le sujet, elle avait le "droit" de garder sa voiture et sa protection 6 mois après son départ du gouvernement, donc jusqu'à fin décembre 2009. Elle aura bénéficié de 2 mois et demi de plus, la belle affaire ! Par contre, on ne lui a pas supprimé son portable "ministériel" ni celui de l'"UMP"... elle n'en avait pas.

Comme on la pense atteinte par cette mesure de rétorsion - elle a toujours une voiture de fonction en tant que maire du VIIe et deux agents municipaux qui se relaient - la porte devient ouverte... à toutes les fenêtres ! Début mars, la folle FAUSSE rumeur qui circule sur le réseau twitter faisant état d'infidélités au sein du couple Sarkozy s'étend, nous vous avons déjà expliqué comment cette rumeur s'est propagée et pourquoi elle a été reprise internationalement ! Si vous voulez comprendre à nouveau comment cette sottise a pu faire le tour de la planète, cliquez ici . Mais on vous le confirme, c'est une histoire idiote de jeunes gens qui ont voulu faire du buzz... bêtement !
Libération annonçait ce matin en qualifiant cette rumeur de "Récit d'un ragot devenu farce d'Etat", que c'est un premier tweet du 17 février, à 9h10, posté par Hervé S., militant associatif d'Aulnay-sous-bois qui poste un message sur le site de microblogging twitter au sujet de cette sottise. Mais le fameux Hervé S. s'en défend aujourd'hui sur le site Arrêt sur images et conteste avoir été le premier à l'évoquer sur ce réseau social. Si vous voulez avoir les explications de Hervé S., cliquez ici ... nous, on ne veut même pas écrire les noms mis en cause ! Après, on risque d'être embarqué dans ce complot hein, méfions-nous !

Les choses s'étaient calmées jusqu'à ce samedi 3 avril, quand la soi-disant vindicte présidentielle animée par Pierre Charon, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, déclare en exclusivité au site du NouvelObs.com que les choses ne vont sûrement pas en rester là : "nous faisons de cette ignominie (les rumeurs ndlr) un casus belli, nous voulons aller jusqu'au bout pour que cela ne se reproduise plus jamais, la peur doit changer de camp !" Mais qui a peur de quoi ? Et on apprend encore, suite à une autre interview de Charon par le site Rue 89, qu'il se félicite de la plainte contre X déposée par la société éditrice du JDD pour "introduction frauduleuses de données dans un système informatique" (plainte déposée après des demandes réitérées auprès de la direction du JDD, seul moyen pour qu'une enquête préliminaire soit ouverte. Pour info, c'est le même chef d'accusation que Jérôme Kiervel pour l'affaire de la Société Générale, diantre !). Il déclare : "Olivier Jay, directeur de la rédaction du JDD, a été dans cette affaire un peu dépassé" et ajoute même (les bras nous en sont tombés car pour rire, nous l'évoquions dans notre news de samedi, cette fameuse théorie du complot !) "maintenant on va voir s'il n'y a pas une espèce de complot organisé, avec des mouvements financiers, pourquoi pas ?" !!! Au secours ! La théorie du complot... on y est ! Un ministre aurait confié à des journalistes il y a quelques jours que ces rumeurs pouvaient être une tentative de "déstabilisation" du président Sarkozy, et que "le fait que ces rumeurs aient été relayées dans la presse en Grande Bretagne, en Allemagne et en Suisse peut faire penser à un grand complot, alors que la France s'apprête, en 2011, à prendre la présidence du G20". Oh la la, c'est pire que "Vol au dessus d'un nid de coucous", c'est "Elysée parano" ! mais qui a écrit ce scénario de série Z, auquel personne de sensé ne peut adhérer ?

C'est le Journal du Dimanche, version papier cette fois, dans son édition de dimanche - rigolo non, que ce soit le groupe par qui le "scandale est arrivé" qui sorte ce genre d'information ? - qui écrit, très affirmativement : "Selon plusieurs sources, l'ancienne porte-parole de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy est soupçonnée par l'Elysée d'avoir alimenté et même cautionné certaines rumeurs entourant le couple présidentiel". Mieux encore, le journal précise : "Selon nos informations, une enquête remise au chef de l'Etat durant le WE précédant le 1er tour des Régionales (donc le même WE que la rumeur sur le blog du JDD.fr, rumeur publiée à "l'insu du plein gré" de la direction du journal... ) ciblerait notamment Rachida Dati dans la diffusion d'informations jugées malveillantes à l'Elysée. Alors là, on se demande bien qui a informé aussi précisement le JDD ? Une idée ? Dans la même mauvaise télé-réalité qui continue, le site internet du Monde saute sur la reprise de cette affaire "idiote" et du papier du JDD (sans les citer d'ailleurs... ) : "D'après l'entourage du président de la République, Nicolas Sarkozy soupçonnerait Rachida Dati d'avoir participé à la diffusion des rumeurs, ce que nie l'ancienne garde des Sceaux ! Là on est dans le sérieux hein ! Ce ne sont pas des rumeurs d'un blogueur en folie, c'est le site du Monde.fr.
Et l'affaire s'emballe à nouveau. Dès dimanche soir, l'ex garde des Sceaux, dans un communiqué "proteste avec indignation contre les allégations de certains organes de presse lui prêtant une quelconque responsabilité dans la propagation de rumeurs absurdes et inadmissibles sur la vie privée du couple présidentiel" et "outre l'exercice de son droit de réponse." Rachida Dati se réserve "le droit d'agir en diffamation contre ceux qui reprendrait cette allégation dénuée de tout fondement et la reliant de surcroît à la suppression naturelle de sa protection policière présentée comme une sanction".
Dans la foulée Christian Jacob, le bras droit du patron des députés UMP, Jean-François Copé, dénonce une "campagne calomnieuse contre Rachida et se fait l'écho de beaucoup de parlementaires qui se disent offusqués par ces attaques complétement folles" dans une déclaration à l'AFP. Le sénateur UMP, Philippe Dominati vole également au secours de l'ancienne garde des Sceaux déclarant : "Elle gêne manifestement de plus en plus à Paris, ces attaques sont la manifestation d'une prise d'importance de Mme Dati de par ses déclarations télévisées au soir du premier tour des régionales". Dominique Sopo, président de SOS racisme se demande "comment le nom de Rachida Dati se trouve lancé en pâture sur des sites internet et auprès de journalistes". Qu'importe le communiqué de Rachida Dati, dès lundi matin, la presse française et la presse suisse sautent sur cette juteuse affaire médiatique en un lundi de Pâques fort calme médiatiquement pour reprendre, chacun avec "ses informations" et son ton, l'implication "probable" de l'ancienne ministre de la justice ! L'avocat du président Sarkozy, Me Thierry Herzog penche lui pour l'hypothèse "d'une implication d'officines, soit de particuliers qui seraient derrière ces rumeurs parues sur les blogs, et que quelqu'un est certainement derrière la propagation de ces rumeurs, une machination (!!!) soit par intérêt personnel ou par intérêt financier" a-t-il déclaré à RTL mardi matin. Bienvenue au club des "paranos", Thierry Herzog ! Mais il est l'avocat du président, on ne peut pas lui reprocher de crier avec les loups, même dans des scénarios improbables !

Les élus de gauche s'en mêlent et Manuel Vals juge que le président avait, d'une certaine manière, "sa part de responsabilité" dans cette histoire (une histoire de "Bibi Fricotin" aurait pu dire Michel Audiard... NDLR) en détaillant : "car quand on est président de la République, me semble-t-il, attaquer la presse, attaquer les rumeurs, je crois, n'est pas digne de la fonction présidentielle". (pas faux...) Il conseille à Sarkozy "de prendre de la distance, et de ne pas donner le sentiment de ne s'occuper que de lui et des siens". Toujours pas faux, parce que les Français là-dedans, qui s'en occupe en ce moment, si la moitié de l'Elysée, les services de police, le parquet de Paris, le contre espionnage (oui oui, le contre espionnage, la DCRI exactement) etc... s'occupent de folles et idiotes rumeurs ? Quand au socialiste Malek Boutih, il met en garde : "Attention de ne pas la lyncher après l'avoir placée sous les feux de la rampe" déclare-t-il à propos de Rachida.

L'avocat de Rachida Dati, Me Georges Kiejman se décide à parler, toujours sur RTL, en début d'après-midi de la journée d'hier, en déclarant : "C'est impensable qu'on impute à Madame Dati une responsabilité dans quelque chose d'inadmissible qui est la naissance d'une rumeur (...) c'est impensable qu'elle ait pu participer à une entreprise de déstabilisation d'un président auquel elle sait qu'elle doit beaucoup, voire tout". Il a ajouté "elle est totalement bouleversée par ces rumeurs, elle qui a été victime de beaucoup de rumeurs dans sa vie", il a qualifié "d'odieux qu'on lui en impute une responsabilité quelconque". Il faut noter que si Olivier Jay, le directeur de la rédaction du JDD s'est excusé personnellement auprès du couple Sarkozy pour les fausses rumeurs parues sur le blog du JDD, a contrario pour Rachida Dati, les nombreux articles de presse, pour certains à la limite de l'insulte, de fausses rumeurs propagées, des phrases assassines comme "C'est la reine de l'intrigue, elle paie l'addition", des méchancetés toujours sourcées comme venant de "proches du président" ou de "source gouvernementale", personne ne s'est jamais excusé et elle n'a jamais porté plainte contre personne, se contentant quand "le bouchon était poussé un peu loin" d'un droit de réponse. On attendait le Canard Enchaîné de ce matin - tous les journalistes l'ont bien sûr dès le mardi soir - et on n'a pas été déçus ! Dans un encadré "La 607 de Rachida déclenche une affaire d'Etat", le vilain mais malin palmipède se félicite du buzz qu'il a créé avec la suppression de la voiture de fonction de Rachida, mais se gausse, comme nous, de la "Théorie du complot" développée par "La Firme", (Pierre Charon, Brice Hortefeux en tête, le cercle historique du sarkozisme sic Le Monde du 7 avril, les ennemis intimes de Dati donc ! ), mais c'est la phrase de la fin du papier qui est importante : "Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée déclare à un journaliste du "Canard" qui l'interroge en assurant que "Le président de la République ne veut plus voir Rachida Dati" et le journaliste conclut " Et, cette fois, il ne s'agit plus d'une rumeur".

Alors qu'elle ne s'était pas encore exprimée personnellement, Rachida Dati ne peut plus laisser dire et écrire n'importe quoi. Elle accepte l'invitation de Jean-Michel Apathie ce matin sur RTL, tandis que la presse quotidienne et les sites internet de ce mercredi sautent sur l'article du Canard Enchaîné ou "enfoncent le clou". Le Parisien par exemple, reprend de nouvelles déclarations de Pierre Charon qui, au cours d'un déjeuner avec des élus parisiens la semaine passée aurait clairement évoqué "La colère du couple présidentiel et des "éléments matériels" de l'implication de Rachida Dati dans cette affaire..."

Vous retrouverez l'intégralité de cette interview d'Apathie sur RTL en vidéo ci-dessus... Vous y verrez une femme touchée par "les choses atroces" qui ont été dites sur elle, mais une femme fière et droite dans ses bottes devant un tel déballage de méchancetés. Elle a fermement dénoncé ceux qui l'accusent d'être à l'origine des rumeurs sur le couple Sarkozy, et fera tout au long de cet entretien la différence entre le Président de la République et son entourage... quand Jean-Michel Apathie citera nommément Pierre Charon et l'article du Parisien (voir ci-dessus) elle ne prononcera que du bout des lèvres le nom de celui qui la déteste tant... Elle affirmera qu'il faut que "cela cesse" à plusieurs reprises, elle réfûtera tout élément matériel, que ce soit des enquêtes ou des écoutes téléphoniques, et dira "c'est absolument impossible. Donc je n'y crois pas". Le journaliste lui parlera aussi d'interception de textos dans le cadre de l'enquête déclenchée par les services secrets français (!!!), et suggèrera que son téléphone ait pu être écouté. "Je n'ai aucun soupçon et je n'ai peur de rien" a-t-elle lancé " mais il faut que ça cesse et il faut que ça s'arrête." Puis elle affirmera en regardant Apathie dans les yeux : "On est dans un état de droit, je connais assez bien le président de la République (...) il a toujours combattu ce genre de pratiques et donc ça ne peut pas exister". Revenant sur les déclarations de l'entourage du chef de l'Etat la concernant, elle dira fermement : "Je connais trop bien le président de la République pour savoir qu'il n'est absolument pas d'accord avec ce genre de propos, ce genre de déclarations, ce genre de rumeurs, lui-même lutte contre les rumeurs", soulignant à nouveau : "On a dit des choses atroces (sur elle, ndlr) mais je n'avais jamais réagi, mais maintenant ça suffit". La maire du 7ème arrondissement a précisé qu'elle n'avait pas vu "récemment le président mais espérait le voir très bientôt". "Avec Nicolas Sarkozy, il y a de la loyauté et de la confiance (...) La confiance elle persiste et elle durera".

Ce qui est amusant (alors que toute cette affaire frise le grotesque...), c'est que Claude Guéant interrogé ce mercredi matin par l'AFP, peu après l'intervention de Rachida Dati, nous a fait un petit retournement de veste... rigolo ! En effet il a rajouté un mot à la phrase prononcée au journaliste du journal satyrique :"J'ai dit hier (mardi donc) à un journaliste du Canard Enchaîné que le président ne souhaitait plus, ACTUELLEMENT (actuellement ? voilà qui change le sens de la phrase, c'est un oubli du Canard ou un retournement de manches de Guéant ?) voir Rachida Dati" en ajoutant une autre phrase encore plus rigolote : "Mais c'était hier. La vérité d'hier n'est peut-être pas celle d'aujourd'hui". Il a tenu à souligner que cela était "sans rapport avec les rumeurs" concernant le couple présidentiel" (ah bon ?), et qu'il ne savait pas si Sarkozy allait recevoir son ancienne ministre... Voilà un discours qui est différent et à la baisse par rapport à hier ! Pourvu que Guéant ne soit pas accusé... de complot !! Bon, c'était une plaisanterie, faut bien s'amuser un peu des tristes pitreries de ceux qui entourent le chef de l'Etat qui devrait avoir bien d'autres chats à fouetter que des rumeurs à la noix qui ont été relayées par des gamins qui n'ont pas compris ce qu'ils faisaient !

Mais scoop :Carla Bruni Sarkozy vient de déclarer sur Europe 1 qu'il n'y a aucun complot, que tout cela est insignifiant et que Rachida Dati est leur amie !! On y revient de suite !!

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel