Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Doc Gynéco : Le chanteur condamné à de la prison pour violences conjugales sur sa femme

11 photos
Le mardi 18 mai 2021, le tribunal correctionnel de Paris a rendu son jugement pour le cas de Doc Gynéco, qui avait infligé des blessures à sa femme (19 jours d'ITT) au mois de mars dernier. Il avait reconnu des violences conjugales plus anciennes, durant leur 25 années de vie commune.

Cinq mois d'emprisonnement avec sursis et 2000 euros d'amende : voilà ce à quoi Doc Gynéco a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris. L'artiste âgé de 47 ans a été jugé à Paris le mardi 18 mai 2021, pour avoir violemment giflé et insulté sa femme au mois de mars. Cette peine est légèrement en-deçà des réquisitions du parquet, qui avait demandé en fin de matinée six mois de prison avec sursis.

Le tribunal correctionnel a assorti ces cinq mois d'emprisonnement d'un sursis probatoire de trois ans, durée pendant laquelle l'artiste devra respecter plusieurs obligations : notamment celle de soins et de suivre un stage sur les violences conjugales, ainsi que les interdictions de paraître au domicile de son épouse et d'entrer en contact avec elle. Des conditions précédemment demandées par l'accusation.

Bruno Beausire, de son vrai nom, a reconnu avoir giflé sa victime à quatre reprises, en plus d'insultes. Il s'agissait de son épouse depuis 25 ans, mère de ses trois enfants. Des faits ayant eu lieu le 10 mars 2021 au sein de leur domicile parisien. Les services de police avaient été contactés par une passante ayant entendu les cris depuis la rue, la fenêtre étant ouverte.

19 jours de ITT, dont 14 jours pour détresse psychologique, un oedème à l'oeil gauche et des hématomes sur le visage : la victime de Doc Gynéco était particulièrement mal en point. Pour se défendre, l'artiste évoque un "coup de sang" qui serait le "premier en 25 ans" de vie commune.

Confronté aux témoignages de celle qui partageait sa vie et de leurs deux filles qui ont elles évoqué des "violences habituelles", ainsi qu'une "emprise" du père de famille sur son épouse, Doc Gyneco avait fini par reconnaître des violences plus anciennes.

Cependant, et malgré ses déclarations, Doc Gynéco a fait machine arrière ce mardi pour le réquisitoire. "C'était qu'une fois. (...) C'était un acte isolé, Monsieur le président", a assuré à la barre Doc Gyneco, traits tirés et cheveux frisés grisonnants, après avoir demandé "pardon" à son épouse, qui a entamé une procédure de divorce.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image