Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Fabrice Luchini, intime : La mort de ses parents, son couple, sa jeunesse...

Sur scène où il reprend Le Voyage au bout de la nuit de Céline et prochainement dans Gemma Bovery d'Anne Fontaine, qui revisite l'oeuvre de Flaubert, Fabrice Luchini est un homme de 62 ans qui se veut plus tranquille et apaisé, loin de ses ennuis de santé d'il y a un an. C'est en tout cas ce qui ressort du portrait que lui a consacré Le Journal du dimanche du 5 janvier. Croisant ses propos avec ceux de sa fille, la réalisatrice Emma Luchini (Sweet Valentine), l'article nous dévoile un Luchini intime comme on le voit rarement.

"J'ai mis des années à comprendre que ce mot, 'normal', n'était pas péjoratif. Toute sa vie, 'Fabrice' a été un homme de l'extérieur qui sortait comme un hystérique et ne pouvait se fixer. Il avait besoin de se greffer, à des bandes, des couples, des soirées. L'idée de se retrouver à deux l'angoissait. Puis, tout a changé", raconte sa fille Emma Luchini.

Le changement, c'est la mort, il y a cinq ans, de celle qu'il considérait comme "la vrai femme de sa vie", indique le JDD. Fabrice Luchini, oiseau bavard des nuits, trouve à présent du plaisir dans une soirée tranquille en compagnie de sa bien-aimée. Mais on ne saura rien de la personne qui partage avec lui ces moments, il dira seulement : "Je mène une vie de préretraité, comme dirait Flaubert, une vie morne et tranquille, où les phrases sont des aventures."

Fabrice Luchini s'est installé près de la mairie du 18e, dans un quartier mixte, populaire : "un ilot - allez, on va le dire - qui te donnerait presque envie d'être de gauche." L'artiste est retourné dans le quartier de son enfance : "Depuis la mort de ses parents, mon père s'inscrit clairement dans un retour aux sources. Sa vie renoue avec le populaire, plus proche de ce que furent ses parents. Les livres et le cinéma l'avaient un peu extrait de son milieu, mais il n'avait jamais fait une croix sur son passé. Chez lui, le tiraillement est resté constant."

Qui était le petit Fabrice ? Il s'appelait Robert Luchini, son vrai prénom. Frère d'Alain et Michel, il est issu d'une famille d'immigrés italiens, marchands de fruits et légumes. Pas très bon à l'école, il devient apprenti coiffeur à 13 ans avenue Montaigne, "chez les bourgeois", et choisit un nouveau prénom "Fabrice", pour "plaire aux riches" ? Il sera ensuite coursier, et se baladant de la Goutte-d'Or aux beaux quartiers : "[Les classes sociales] me sont toujours apparues comme un matériau romanesque. Moi, ce que j'aimais, c'est être dans le déplacement. C'est pour cette raison que je ne conçois pas la lutte des classes et leur destruction comme un projet euphorisant."

Sa fille révèle alors comment Fabrice Luchini a abandonné sa gouaille d'antan pour son inimitable et chic façon de parler actuelle. C'est en fréquentant sa nouvelle bande, trois "grands bourgeois délirants, parfois homos, toujours intellos", qu'il s'est forgé cette image qui lui vaut parfois des malentendus comme le fait d'être souvent pris pour un gay : le scénariste Jacques Fieschi et les écrivains Claude Arnaud et Bernard Minoret, ce dernier est aujourd'hui décédé. "C'est trois-là ont fondé mon père. Ayant dû se forger si loin de son milieu, il a dû procéder par mimétisme. [...] En quelque sorte, il a réalisé le rêve de ses parents. Mes grands-parents, trop modestes, n'éprouvaient aucune forme de révolte contre la bourgeoisie, ils la vénéraient, la sacralisaient comme un socle inatteignable."
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
Obsèques de Rémy Julienne : la "peine profonde" de Jean-Paul Belmondo, absent
Obsèques de Rémy Julienne : la "peine profonde" de Jean-Paul Belmondo, absent
Raymond Domenech déjà viré du FC Nantes, échec cuisant !
Raymond Domenech déjà viré du FC Nantes, échec cuisant !
Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh : Leur fils Raphaël, "un mélange monakech !"
Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh : Leur fils Raphaël, "un mélange monakech !"
Shy'm maman : elle se dévoile en train d'allaiter son fils
Shy'm maman : elle se dévoile en train d'allaiter son fils
Chris Marques, 10 kilos en plus et traité de "petite boule" : "Je ne me vois pas comme un gros"
Chris Marques, 10 kilos en plus et traité de "petite boule" : "Je ne me vois pas comme un gros"
Iris Mittenaere et Diego : Leurs proches et amis inquiets après l'annonce d'un crash d'hélicoptère
Iris Mittenaere et Diego : Leurs proches et amis inquiets après l'annonce d'un crash d'hélicoptère
Mathieu de "L'amour est dans le pré" proche d'Alexandre
Mathieu de "L'amour est dans le pré" proche d'Alexandre
Bernard Tapie sur France 2 dans "20H30, le dimanche".
Bernard Tapie sur France 2 dans "20H30, le dimanche".
Elodie Frégé et Grégory Fitoussi très complices pour interpréter "La Javanaise" de Serge Gainsbourg dans l'émission "Allez viens je t'emmène...dans les années Carpentier", sur France 3.
Elodie Frégé et Grégory Fitoussi très complices pour interpréter "La Javanaise" de Serge Gainsbourg dans l'émission "Allez viens je t'emmène...dans les années Carpentier", sur France 3.
Jean-Fi Janssens et Matthieu de "L'amour est dans le pré" se retrouvent grâce à Karine Le Marchand
Jean-Fi Janssens et Matthieu de "L'amour est dans le pré" se retrouvent grâce à Karine Le Marchand
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image