Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

François Fillon complice de Vladimir Poutine ? La réaction de l'ancien Premier ministre dévoilée

François Fillon complice de Vladimir Poutine ? La réaction de l'ancien Premier ministre dévoilée
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
11 photos
Ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, François Fillon se retrouve de nouveau au coeur d'un tourbillon médiatique. Rien à voir avec l'affaire des emplois fictifs, cette fois, c'est le conflit entre la Russie et l'Ukraine qui a des répercussions sur lui en raison du poste qu'il occupe depuis décembre 2021 auprès d'un géant russe.

Vladimir Poutine a annoncé le lancement d'une opération militaire en Ukraine dans la nuit de mercredi 23 à jeudi 24 février 2022. Des frappes russes sont en cours sur une demi-douzaine de villes ukrainiennes, notamment Kiev et Kharkiv. Joe Biden et l'Otan ont condamné une guerre "préméditée" et les leaders occidentaux vont se réunir en urgence ce jeudi. Une situation particulièrement brûlante aux portes de l'Europe, on a basculé dans la guerre. Dans ce contexte tendu, la position de l'ancien Premier ministre François Fillon avec la Russie a été vivement critiquée. En effet, il a rejoint le conseil d'administration du géant russe de la pétrochimie Sibur en décembre. Il s'en est expliqué brièvement pour C à vous avec un message écrit.

Ce n'est pas l'affaire de l'emploi fictif de sa femme Penelope qui est en question cette fois pour l'homme politique. François Fillon fait partie depuis le mois de décembre du conseil d'administration du géant russe de la pétrochimie Sibur. Le groupe est notamment contrôlé par Leonid Mikhelson, l'un des hommes les plus riches de Russie, et Guennadi Timtchenko, un proche du président Poutine et visé mardi par des sanctions du Royaume-Uni face à la crise russo-ukrainienne.

Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, a estimé dimanche que l'ex-Premier ministre s'était fait "complice" de Vladimir Poutine en rejoignant un grand groupe privé russe et avait demandé à Valérie Pécresse de "clarifier" sa position à ce sujet. "Cela fait dix ans que François Fillon n'est plus Premier ministre, il est parfaitement libre de travailler dans une société. (...) Je lui fais totalement confiance. (...) Jamais il ne serait engagé dans le conseil d'administration d'une société russe ou de je ne sais quelle nationalité s'il y avait une sorte de conflit avec les intérêts supérieurs de son pays", a assuré Bruno Retailleau (président du groupe LR) sur Franceinfo. Selon la candidate des Républicains à la présidentielle, Valérie Pécresse, François Fillon a appelé Emmanuel Macron pour "s'indigner" des propos et le secrétaire d'Etat aurait été désavoué par le président de la République. Clément Beaune a démenti mercredi avoir été "désavoué" par Emmanuel Macron, mais qu'en est-il du principal intéressé ?

François Fillon a envoyé un message d'explication à C à vous et l'équipe du journaliste Mohamed Bouhafsi. "J'ai regretté les conditions de l'annexion de la Crimée en 2014 et aujourd'hui, je condamne l'usage de la force en Ukraine. Mais depuis dix ans, je mets en garde contre le refus des Occidentaux de prendre en compte les intérêts russes sur l'expansion de l'OTAN. Cette attitude conduit aujourd'hui à une confrontation dangereuse qui aurait pu être évitée. La France a eu raison de multiplier les efforts pour trouver une solution diplomatique équilibrée et elle ne doit pas renoncer malgré cette bataille perdue. Il faudra tôt ou tard trouver les voix d'un accord car nous vivons sur le même continent."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image