Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Jérôme Kerviel : L'ancien trader obtient une jolie somme de la Société générale

Jérôme Kerviel : L'ancien trader obtient une jolie somme de la Société générale
Par Tom Spencer Rédacteur
Fan des corgis, des iconiques Spice Girls, de la princesse Diana et adepte de tea time, Tom Spencer aime notamment relater la vie des membres de la couronne britannique mais n’est jamais contre un petit détour outre-Atlantique.
Exclusif - Jérôme Kerviel, accompagné de son avocat David Koubbi, du président de son association, et d'un ami, va se faire enlever son bracelet électronique au Service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) au 12 rue Charles Fourier, dans le 13ème arrondissement à Paris, le 26 juin 2015.
8 photos
Lancer le diaporama
Pour l'heure, l'ancien employé de la banque peut se réjouir mais pas crier victoire...

Huit ans après son licenciement de la Société générale pour avoir fait perdre à son entreprise, selon elle, la somme astronomique de 4,9 milliards d'euros, Jérôme Kerviel obtient un début de victoire... au civil. L'ancien trader avait attaqué la banque devant le conseil des prud'hommes de Paris, qui lui a donné raison. Pour l'instant.

Comme l'annonce l'AFP, le conseil des prud'hommes a condamné, mardi 7 juin 2016, la Société générale à payer plus de 450 000 euros à Jérôme Kerviel pour l'avoir licencié sans "cause réelle ni sérieuse" et dans des conditions "vexatoires". La banque affirmait que son licenciement était lié à ses agissements du temps où il était employé, sauf que les prud'hommes a estimé que le licenciement début 2008 était intervenu pour "des faits prescrits" et a souligné que la Société générale avait connaissance des dépassements effectués par Jérôme Kerviel quant aux limites imposées aux opérations de marché "bien avant" de lui signifier son licenciement le 18 janvier 2008.

Par conséquent, le conseil des prud'hommes a notamment accordé à l'ancien trader le paiement d'un bonus de 300 000 euros pour l'année 2007, jugeant qu'à l'époque, la banque était "parfaitement au courant de ses opérations fictives" qui ont généré des profits pour le groupe. En outre, s'ajoutent à cette somme diverses indemnités, dont une pour les "conditions vexatoires" du licenciement, des congés payés et des dommages et intérêts, la somme s'élève à quelque 455 000 euros, dont plus de 80 000 payables immédiatement selon l'avocat de M. Kerviel, Julien Dami Lecoz. Du côté de la Société générale, représentée par Arnaud Chaulet, on se montre furieux de cette décision et l'avocat a donc annoncé qu'il ferait appel.

Jérôme Kerviel (39 ans) avait été condamné au pénal à cinq ans de prison dont trois ferme. Il avait toutefois pu porter un bracelet électronique pour les huit derniers mois de sa peine, en 2014. Il l'a ôté en juin 2015.

Thomas Montet

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image