Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
NEWSLETTER

Juliette Binoche : Le film Intouchables ? ''Très stéréotypé, parfois bête''

Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
Avec une carrière riche peuplée de films intenses et inoubliables, Juliette Binoche s'est imposée comme l'une des plus grandes actrices françaises mais également dans le monde. L'artiste aux multiples facettes est réclamée autant dans un blockbuster comme Godzilla, que dans l'oeuvre d'un réalisateur norvégien Erik Poppe, L'Epreuve. Acclamée en France et hors des frontières dans Sils Maria d'Olivier Assayas, elle se confie dans les pages de So Film, franche et lucide sur son métier, mais aussi un film qui a explosé le box office : Intouchables.

En réfléchissant à l'idée de jouer dans une comédie française, Juliette Binoche trouve que la place faite aux femmes est mince. Elle en vient à parler de Bienvenue chez les Ch'tis, puis Intouchables. Le premier, qu'elle a vu seule dans un avion, l'a fait rire. Elle est moins tendre avec le second : "J'ai eu plus de mal avec les dialogues et dans l'esprit. Pour moi, ça passait plus difficilement... C'est très stéréotypé, parfois bête. J'aime beaucoup ces acteurs, mais je me souviens, je me demandais comment c'était possible de dire ça." Tout le monde n'a pas été conquis par Intouchables, et cela peut faire écho à un autre film acclamé qui n'a pas fait pour autant l'unanimité : l'oscarisé The Artist et l'avis de Sara Giraudeau ("Je n'ai ressenti aucune émotion"). Gustave Kervern a lui taclé le film aux 5 César, Les Garçons et Guillaume à table ! : "Je n'ai pas trouvé ça bon". Des critiques de longs métrages qui ne passent pas inaperçues.

Femme entière, Juliette Binoche n'est pas là pour livrer un discours polissé. Elle s'attaque au distributeur Vincent Maraval qui avait initié la polémique sur les salaires des acteurs : "Ce qui est dommage, c'est qu'il n'a jamais parlé de son salaire. Il est en bourse et c'est l'un des producteurs les plus riches aujourd'hui. Il n'en a pas tellement parlé, de ça..."

Avec son métier, elle ne sera pas plus tendre, se souvenant du violent tournage des Amants du Pont-Neuf de celui qui était à l'époque son compagnon, Leos Carax. Pour ce film, elle a failli se noyer, plongée dans une piscine avec 12 kilos accrochés sur elle : "J'ai réussi à remonter mais j'ai eu l'impression à ce moment d'être entre la vie et la mort. (...) Ça a été un déclic, une décision de vie : je me suis rendu compte que la vie était plus importante."

Autre épreuve qu'elle confie : le fait d'avoir été écartée du film sur la résistante Lucie Aubrac de Claude Berri : "Il a licencié vingt personnes pendant le tournage. (...) Mon agent s'occupait de Carole Bouquet et de moi, c'était encore un peu plus douloureux. J'ai senti que j'étais comme dans une situation de résistance. J'avais l'impression qu'il n'y avait pas beaucoup de résistants, et beaucoup de collabos."

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le magazine So Film du mois de novembre
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image