Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Kate Beckinsale : Harvey Weinstein voulait "de la chatte sur le tapis rouge"

Kate Beckinsale : Harvey Weinstein voulait "de la chatte sur le tapis rouge"
Par Gonzague Lombard Rédacteur
Passionné de chant, des Douze coups de midi et de la discographie de Jul, il rêve de participer à Fort Boyard malgré sa phobie des serpents et du Père Fouras. Son ambition secrète ? Découvrir ce qui se cache derrière le rideau mystère de Bataille et Fontaine pour y chanter en quartet. La vérité est au bout du couloir…
Kate Beckinsale - People à la soirée "Vanity Fair Oscar Party" après la 92e cérémonie des Oscars 2020 au Wallis Annenberg Center for the Performing Arts à Los Angeles, le 9 février 2020.
16 photos
Lancer le diaporama
Kate Beckinsale - People à la soirée "Vanity Fair Oscar Party" après la 92e cérémonie des Oscars 2020 au Wallis Annenberg Center for the Performing Arts à Los Angeles, le 9 février 2020.
Le souvenir restera gravé dans sa mémoire. En 2001, Kate Beckinsale a provoqué la colère du producteur Harvey Weinstein... à cause de la tenue qu'elle avait choisie pour l'avant-première du film "Un amour à New York".

Elle n'oubliera certainement jamais ce tournage. En 2001, Kate Beckinsale était l'héroïne du film Un amour à New York, de Peter Chelsom. Or, après s'être rendue à l'avant-première en élégant costard cravate blanc, la comédienne a dû affronter la rage d'Harvey Weinstein. C'est ce qu'elle raconte sur Instagram, partageant une photographie souvenir de cet instant. "Le lendemain matin, il m'a appelée pour savoir si je voulais amener ma fille chez lui pour qu'elle joue avec la sienne, raconte-t-elle. Elle avait moins de 2 ans (...). À la seconde où la porte s'est fermée, il a commencé à hurler : 'Espèce de sal*pe, tu as tout gâché. Si j'organise un tapis rouge, tu y vas en petite robe moulante, tu bouges ton cul et tes seins dedans. Tu n'y vas pas habillée comme une p*tain de lesbienne.'"

Ce n'est pas la seule et unique fois que le producteur a essayé d'imposer ses goûts vestimentaires à des femmes. Jennifer Aniston, elle aussi, a essuyé les foudres d'Harvey Weinstein. Près de vingt ans plus tard, Kate Beckinsale se souvient toujours d'avoir fondu en larmes. "Je suis parvenue à récupérer ma fille et oui, ce n'est qu'une des nombreuses expériences que j'ai vécues et pour lesquelles je n'ai rien pu faire, précise-t-elle. C'est même moi qui ai été punie pour ça et pour avoir osé lui dire 'non' pendant des années. Quand je vois qu'il va passer 23 ans en prison, je suis soulagée pour toutes les femmes qu'il a harcelées ou violées, et j'espère que cela dissuadera ce genre de comportements qui existent dans cette industrie comme dans d'autres."

Elle ne voulait pas se rendre à l'avant-première

Le timing était très délicat pour l'équipe du film. L'avant-première d'Un amour à New York a eu lieu le 4 octobre 2001, peu de temps après l'attaque terroriste du World Trade Center. "On avait tous refusé d'y aller, explique-t-elle. Organiser un tel événement quelques semaines après les attentats du 11 septembre, alors que la ville était encore fumante, c'était la chose la plus irrespectueuse qui soit. Mais il a insisté." C'est d'ailleurs pour ces raisons que Kate Beckinsale avait opté pour la sobriété d'un costume clair : "J'ai essayé de lui dire que les gens étaient encore en train de rechercher leurs proches, que je ne pouvais pas me rendre là-bas comme à un enterrement de vie de jeune fille. Il m'a répondu : 'C'est mon avant-première, si je veux de la chatte sur le tapis rouge, j'en aurai." Heureusement, la justice américaine a fini par faire son travail...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image