Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Léa Seydoux et Arielle Dombasle : Leur film privé de salles de cinéma !

Une image de Roses à crédit
3 photos
Lancer le diaporama

Tout était prêt pour le film Roses à crédit, dernier long métrage d'Amos Gitaï (Kadosh, Kippour). Réalisateur prestigieux, casting alléchant (Léa Seydoux, Arielle Dombasle, Grégoire Leprince-Ringuet, Pierre Arditi, Valeria Bruni-Tedeschi), et adaptation d'une oeuvre d'Elsa Triolet sur les dérives de la société de consommation : ce film avait déjà fait l'objet des projections pour les journalistes et la bande-annonce circulait. Pourtant, Roses à crédit ne sortira pas en salles comme prévu.

Cette oeuvre était destinée en premier lieu à la télévision ; produite par la société Image & Compagnie de Serge Moati, pour France 2 avec une diffusion pour février ou mars 2011 selon Le Monde. Une distribution en salles avait été prévue également, sur le souhait du réalisateur israélien. La chaîne avait accepté à condition que deux versions de l'oeuvre soient présentées, précise Le Monde.

Toutefois, le distributeur Ad Vitam a fait annuler la fabrication des copies à destination des 50 exploitants qui l'avaient programmé en salles. La commission d'agrément du CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée) a décidé le 1er décembre que la diffusion à la télévision et sur les grands écrans ne se justifiait pas. Le président de la commission d'agrément, Frédéric Brillion, explique : "La commission estime qu'il n'y a qu'une seule oeuvre. Dans ce cas, on ne peut pas accepter qu'un film soit diffusé sur une chaîne non payante seulement trois mois après sa sortie en salles. Si on remet en cause la chronologie des médias, c'est la mort de l'économie du cinéma."

Ad Vitam ne peut donc distribuer le film. Si cette société peut comprendre le conflit de diffusion, elle regrette qu'il n'y ait pas de règle écrite. Quant au cinéaste, qui décrit la commission comme "un monstre administratif", il se désole que son oeuvre soit présentée dans les cinémas des festivals du monde entier, mais pas dans son pays natal. Le Monde indique que Roses à crédit pourra toujours sortir en salles après son passage sur France 2, et ceci sans délai, mais cela se fera sans Ad Vitam..

Carlos d'Olivier Assayas avait connu des problèmes du même acabit, lors du festival de Cannes dernier. Sélectionné en compétition, il avait été retiré au dernier moment car il était considéré comme une oeuvre de télévision, même si celle-ci serait également distribuée dans les salles de cinéma. La situation s'était cependant éclaircie pour Carlos qui avait finalement été choisi hors compétition à Cannes.

Le cirtique de cinéma Jean-Michel Frodon conclut sur le site Slate.fr de la façon suivante : "Ce qui vient d'arriver à Roses à crédit est une violence inadmissible contre une oeuvre, mais c'est aussi un symptôme. Le symptôme que tout système porte en lui ses dérives et ses blocages, et qu'à un moment, ceux-là mêmes qui devaient en être les bénéficiaires en deviennent les victimes."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel