Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mireille Darc et Alain Delon : L'hommage émouvant et beau à Georges Lautner

Alain Delon et Mireille Darc lors de l'hommage au cinéaste Georges Lautner, organisé à Paris en l'église Saint-Roch le 5 décembre 2013
47 photos
Lancer le diaporama
Alain Delon et Mireille Darc lors de l'hommage au cinéaste Georges Lautner, organisé à Paris en l'église Saint-Roch le 5 décembre 2013

Ils étaient là pour un nouvel et bel hommage à Georges Lautner, décédé le 22 novembre. Pacha du box-office qui avait la "science du cinéma populaire", en disparaissant, il a empli de tristesse les Français. Mireille Darc, celle qu'il avait dirigée à treize reprises, comme dans Les Barbouzes en 1964, mais aussi le grand ami de l'actrice, Alain Delon, ainsi que de nombreuses personnalités du cinéma et de la télévision (150 environ) telles que le cinéaste Bertrand Blier (fils de Bernard avec qui il a tant collaboré), François-Éric Gendron, Cyrielle Clair ou encore Valérie Mairesse, se sont donné rendez-vous ce 5 décembre en l'église Saint-Roch à Paris, 1er arrondissement.

Alain Delon avait tourné avec Georges Lautner dans Il était une fois un flic, Mort d'un pourri et Les Seins de glace. Dans ce dernier, il jouait avec Mireille. "C'est Alain [Delon] qui a souhaité me faire cadeau d'un rôle différent, celui d'une folle maniant le rasoir à l'encontre des hommes. J'ai proposé à Georges de diriger le film et ce furent Les Seins de glace", dit-elle dans Paris Match. Quand elle parlera de sa relève prise par Miou-Miou (Est-ce bien raisonnable ?) chez Lautner, elle dira en parlant de son ami cinéaste : "Il n'y a pas eu de souci, nous ne nous sommes jamais fâchés. Nous nous sommes toujours revus avec plaisir et émotion. S'il m'arrive de regarder aujourd'hui un de ses films, je me rends compte qu'il ne m'a jamais demandé d'être, à l'écran, autre chose que ce que j'étais. Et je l'en remercie."

À l'image des obsèques à Nice, bouleversantes mais simples en présence du Professionnel Jean-Paul Belmondo, cette cérémonie se voulait conviviale et dépouillée, misant d'abord sur l'émotion. Elle était ouverte à tous les admirateurs célèbres ou anonymes de ce géant du cinéma français et était organisée par des Amis de Georges, notamment Robin Davis, David Maltèse, Dominique Ambiel et Patrick Jorge. "Une cérémonie très émouvante et belle, comme l'a voulue Mireille [qui a beaucoup oeuvré dans l'organisation, NDLR]", a affirmé à l'AFP Alain Delon.

Même s'il "n'était pas un pilier d'église, il était croyant", d'après Les Amis de Georges, le réalisateur des Tontons flingueurs a tenu à ce que la cérémonie religieuse de ses obsèques se fasse en la petite église Sainte-Réparate dans le Vieux-Nice, celle-là même où furent célébrées les funérailles de sa mère, la grande actrice Renée Saint-Cyr. Ce nouvel hommage a pour but de permettre à ceux qui n'ont pas pu être présents à Nice pendant les obsèques. Fiona Gélin, Patrick Chesnais, Jean-Pierre Kalfon, Francis Perrin, Michèle Alliot-Marie, Philippe Lavil, Laurent Gerra, Stéphane Audran, Marthe Villalonga, Bernard Menez et Patricia Barzyc ont ainsi fait le déplacement.

Une cérémonie sobre mais pas triste avec la diffusion de photos de Georges souriant et heureux, de la musique et les chansons qu'il aimait, ainsi que la lecture de quelques textes par des Amis de Georges, dont Martine Cartegini, sa compagne. Sa fille, Alice, était aussi présente. Mireille Darc et Alain Delon ont lu un extrait du Livre de la sagesse. Un jeune réalisateur, David Maltese, a redit la passion presque juvénile pour le cinéma que Georges avait conservée jusqu'à son dernier souffle. Après avoir joué au violoncelle une aria de Bach, Adrien, un jeune ami de Georges, lui a dédié une pirouette musicale de Boncorini ponctuée par la fameuse virgule musicale inventée par Michel Magne pour Les Tontons Flingueurs. Pour conclure cette célébration, le prêtre a demandé qu'exceptionnellement, on applaudisse dans l'église le grand artiste. Comme un seul homme, l'assemblée a commencé à frapper dans ses mains, doucement mais avec force, indique Le Figaro.

"On ne pleure pas, on ne pleure pas... On va boire un verre," a rappelé le prêtre, suivant la volonté du cinéaste. Un homme qui était "fédérateur de l'esprit Audiard", un homme "généreux, qui ne se prenait pas au sérieux", a déclaré Etienne Chatiliez.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel