Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Patrick Poivre d'Arvor accusé de viols : l'affaire classée sans suites après 5 mois d'enquête

Patrick Poivre d'Arvor accusé de viols : l'affaire classée sans suites après 5 mois d'enquête
Par Camille Dubois Rédactrice
Passionné par le monde du showbiz français, il est un grand fan de Cyril Viguier, Bénabar ou encore de Chevallier et Laspalès. Il met sa passion pour l'actu des stars au service de son poste de rédacteur
13 photos
La procureure de la République de Nanterre Catherine Denis vient de clôturer l'enquête préliminaire concernant Patrick Poivre d'Arvor, portée par huit plaintes pour "viols", "agressions sexuelles" et "harcèlement sexuel" d'après une information du Parisien. L'enquête est ainsi classée sans suites, malgré de nouveaux témoignages tombés cette semaine et cinq mois d'investigations.

Après cinq mois d'enquêtes, huit plaintes et autant de victimes présumées, l'enquête pour "viols", "agressions sexuelles" et "harcèlement sexuel" visant Patrick Poivre d'Arvor a été classée sans suite. D'après une information du Parisien datée du 25 juin 2021, le parquet de Nanterre a fermé l'enquête préliminaire concernant l'ancien présentateur du 20 heures de TF1, estimant que les crimes et infractions sont prescrits.

Avec son livre Pandorini (ed. La Grenade), la journaliste et auteure Florence Porcel expliquait avoir été violée à deux reprises par PPDA. Elle avait rassemblé une vingtaine de femmes qui avaient toutes gravité dans l'entourage de Patrick Pouvre d'Arvor. Huit d'entre elles avaient déposé plainte : quatre pour "viols" et quatre autres pour "agressions sexuelles" et "harcèlement sexuel". Catherine Denis la procureure de la République de Nanterre a pris la décision de clôturer cette enquête préliminaire, après cinq mois d'investigations, et malgré de nouveaux témoignages parvenus cette semaine.

La procureure de Nanterre "qui a voulu boucler la procédure avant son départ à la retraite cet été", explique Le Parisien, se fonde sur les éléments recueillis par les policiers de la brigade de répression de la délinquance contre la personne, du moins pour le cas de Florence Porcel. Elle décrivait pourtant l'emprise exercée par PPDA, leur 36 années de différence d'âge, un premier viol en 2004 et un autre, une fellation forcée, en 2009 dans les locaux de Boulogne-Billancourt. Interrogé en tant que témoin libre le 18 mai dernier, l'ancien présentateur avait réfuté ces accusations, accusant son ancienne collaboratrice d'avoir "sciemment inventé toute cette histoire".

Dominique Ambiel, grand ami de PPDA et producteur de son émission littéraire Vive les livres sur CNews, lui a fourni un alibi pour la journée du 29 avril 2009, expliquant que le bureau de son collègue, tout en vitres, lui aurait permis de voir la scène de viol. De plus, des échanges de Florence Porcel avec une amie au sujet de PPDA avaient été diffusés par la défense. Elle n'a jamais caché avoir voué une admiration pour le journaliste à l'époque et dit avoir été sous son emprise, concédant une relation sexuelle consentie entre les deux viols présumés.

Des vérifications sur l'agencement du bureau de PPDA, établies des années après les crimes supposés, ont été réalisées par les policiers, sans la présence de Florence Porcel. Ceux-ci ne correspondraient pas avec les plans dessinés par l'accusation ainsi que des photos de jeunes femmes dans son bureau. Ses conseils Me Emmanuel Moyne et Me Joséphine Doncieux regrettent qu'aucune vérification complémentaire n'ait été organisée quant à des travaux dans son bureau. Ils demandaient également à ce que les autres femmes victimes de PPDA qui se sont manifestées pendant la procédure soient entendues. Les autres plaintes déposées écopent toutes de prescriptions.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image