Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Regardez Michael Douglas réagir à la peine de prison de son fils et faire de son addiction... un mal génétique !

Dans Traffic, de Steven Soderbergh, Michael Douglas livrait il y a 10 ans une composition extrêmement marquante : dans la peau du chef des opérations anti-drogue Robert Wakefield, il se trouvait confronté à la toxicomanie de sa fille Caroline (interprétée par Erika Christensen), et à la dépravation dans laquelle l'addiction entraîne ses victimes...

Lundi soir, Michael Douglas livrait une autre composition liée à la drogue... dans son rôle de père, en vrai. Dans la vie aussi, l'acteur doit faire face aux problèmes d'addiction. Alors que Cameron, son fils âgé de 31 ans qu'il eut avec sa première épouse Diandra Luker (dont il divorça en 2000 après 23 ans de mariage pour épouser la belle Galloise Catherine Zeta-Jones, qui lui donna deux enfants, Dylan en 2000 et Carys en 2003), vient d'écoper d'une peine de 5 ans d'emprisonnement pour possession de drogue (héroïne) et intention d'en vendre (crystal meth), l'acteur de 65 ans était invité à réagir lundi soir dans l'émission télévisée The Today Show.

L'occasion pour lui de commenter la peine de son fils, mais également de faire remarquer que les addictions sont une véritable... affaire de famille !

Condamné le 20 avril dernier à 5 ans d'emprisonnement assortis de 5 ans de mise à l'épreuve, Cameron Douglas purge une peine que certains estiment clémente au vu du dossier (et de sa culpabilité au regard d'un véritable trafic organisé), allant jusqu'à induire que la notoriété de son père a dû peser dans la balance de la justice : "Je ne pense pas que beaucoup de gens disent cela", a réagi Michael Douglas, estimant que "c'est en particulier un journal new-yorkais qui a eu une position mesquine et véhémente de bout en bout dans cette affaire". Quant à lui, il estime que la sanction est "appropriée" : "Je crois que le tribunal l'a jugé pour son addiction ainsi que le crime qu'il a commis, et la sentence est appropriée en termes de temps. Le bon côté, c'est que, à sa sortie, il pourra prendre un nouveau départ".

Sans renier sa responsabilité mais au contraire en explorant le background familial qui a pu amener Cameron à cette situation, Michael Douglas, qui recevait en 2009 un prix honorant l'ensemble de sa carrière, confie : "J'ai accepté le reproche d'avoir été un mauvais père - si tant est que se bouger pour avoir une carrière soit être un mauvais père. J'ai aussi admis que j'avais été en cure de désintoxication il y a 20 ans [en septembre 1992, il avait été admis au Sierra Tucson Center pour traiter son alcoolisme, NDLR]."

La star, qui reprendra bientôt son rôle culte dans Wall Street : l'argent ne dort jamais, a même évoqué un "patrimoine génétique" propice à ce genre de problèmes : "L'autre facteur, bien entendu, ce sont les gènes. J'ai perdu un frère, victime d'une overdose, il y a quatre ans. J'ai un autre frère qui suit un programme depuis des années. La famille de mon ex-femme a connu pas mal de problèmes d'alcoolisme. Voilà : vous avez, au départ, cet aspect, et puis il y a les gens que vous choisissez de fréquenter. Dans le cas de Cameron, essentiellement de la racaille, d'autant qu'il est une cible très intéressante, cela n'aide pas. J'assume la responsabilité de cela."

Découvrez l'intervention de Michael Douglas dans la vidéo ci-dessus.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel