Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Sébastien Chabal : Le ''banni'' rêve encore du XV de France

Sébastien Chabal : Le ''banni'' rêve encore du XV de France
Par Benoit Z.
Sébastien Chabal le 25 novembre 2011 à Colombes
3 photos
Lancer le diaporama

Ce samedi 31 décembre se tiendra le très attendu derby de rugby entre les deux clubs franciliens du Racing Metro 92 et du Stade Français.

Un match qui s'annonce tendu tant sur la pelouse que dans les coulisses, puisque les deux présidents ont lancé les hostilités lors de la conférence de presse de présentation du match. Jacky Lorenzetti, président du Racing et Thomas Savare, nouveau boss du Stade Français ne passeront pas leurs vacances ensemble, le premier reprochant au second la publication du fameux calendrier des Dieux du Stade dans lequel apparaît un jeune joueur du Racing.

Sébastien Chabal, légendaire troisième ligne du Racing sera bien évidemment de la partie, lui qui revient d'une longue blessure et qui retrouve petit-à-petit ses sensations, comme il le confie au Parisien. Même si pour lui ce derby est un match comme un autre où il "faut prendre des points", il reconnaît qu'il y aura peut-être un peu plus de pression "car le Stade Français revendique le fait d'être le club historique de la région".

Il revient également sur la Coupe du Monde de rugby, où les Français ont soufflé le chaud et le froid avant de conclure en apothéose la compétition face aux terribles All Black. Une aventure à laquelle il n'a pas participé, lui qui avait été écarté par le très controversé Marc Lièvremont lors de l'annonce de la liste, mais qu'il a tout de même suivie avec assiduité. "Lors de la finale, j'ai fini à quatre pattes par terre, j'avais mal au ventre. J'ai préparé cet évènement pendant quatre ans avec les joueurs, alors il y avait encore plus d'affectif," raconte Cave Man comme l'ont surnommé les Anglais.

Pourtant, à 33 ans, Sébastien Chabal espère bien porter une ou deux fois encore le maillot frappé du Coq, lui qui a "mal terminé [sa] vie avec l'équipe de France". "Quelques dernières sorties avec les Bleus me feraient du bien. Je ne me fais pas d'illusions, je ne tire pas de plans sur la comète (...) Mais s'il (Philippe Saint-André, nouveau sélectionneur, ndlr) a besoin de moi pour un tournoi ou une tournée, j'irai avec plaisir" poursuit-il.

Peu rancunier, le colosse n'en veut pas à Marc Lièvremont avec qui il a eu une franche discussion avant le départ du squad tricolore en Nouvelle-Zélande : "J'aime l'homme, il est franc, direct, même si je lui ai reproché de dire des choses qui ne devaient pas sortir du groupe. Il n'y a aucun soucis entre nous." Désormais, Sébastien Chabal aspire à retrouver le terrain et le niveau qui était le sien, tout en poursuivant l'aventure avec le Racing. Son contrat touche à sa fin, et le Valentinois espère bien prolonger avec le Racing Métro.

La suite ? Il raccrochera les crampons, lui qui a "mis des choses en place". Pas question cependant de se retrouver à faire de l'arbitrage, alors qu'il vient de passer son diplôme d'arbitre stagiaire, sanction infligée par la Fédé après ses déclarations polémiques sur l'arbitrage l'année dernière : "Me retrouver de l'autre côté m'a replongé dans l'univers du monde amateur. C'est compliqué d'arbitrer un match. J'en ai quatre de moins de 17 ans et quatre de moins de 19 ans à diriger. Je ne sais pas encore quand cela va se faire mais je vais me mettre beaucoup de pression. Je ne veux pas faire de bêtises et, forcément, je vais en faire."

Gageons qu'il y aura peu de monde pour les lui faire remarquer...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image