Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Ségolène Royal : Une luxueuse demeure suscite la polémique

De retour dans les arcanes du pouvoir, Ségolène Royal s'est plongée avec délectation dans les méandres de la politique. Non sans accro. L'actuelle ministre de l'Écologie vendrait notamment en Belgique une demeure estimée à plus de 1 million d'euros...

Une luxueuse maison à vendre

Le Point révèle que la vente à Bruxelles d'une "somptueuse demeure" estimée à 1 090 000 euros est associée au nom de Ségolène Royal. Selon l'annonce de l'agence immobilière, cette "magnifique maison de 1895, 320 m², avec énormément de caractère, nombreux éléments historiques, plafonds moulurés de plus de 4 m de hauteur", avait pour "anciens occupants les membres de la délégation de Poitou-Charentes de Mme Ségolène Royale".

Sauf que. Si la demeure bruxelloise a bien été achetée par le conseil régional de Poitou-Charentes, elle l'a été en 1991 sous la présidence de Jean-Pierre Raffarin pour 500 000 euros. En 2004, lorsque l'actuelle ministre de l'Écologie est élue présidente de région, elle s'empresse de vendre la demeure. C'est en 2007 qu'elle trouve acquéreur pour 700 000 euros. La récente mise en vente de la maison n'a donc rien à voir avec Ségolène Royal. Cette dernière a demandé à l'agence immobilière de faire retirer son nom de l'annonce, sous peine de poursuites.

Aujourd'hui, Ségolène Royal a retrouvé un monde qui l'avait mise à l'écart après la victoire de François Hollande à la présidentielle. Un éloignement cristallisé autour de l'affaire du tweet de Valérie Trierweiler, qui avait à l'époque apporté son soutien à l'adversaire politique de la nouvelle ministre. Ce temps est désormais révolu et tout le monde semble épanoui dans la famille. Même les enfants, fruit de sa relation avec François Hollande, comme elle le confie dans Paris Match : "Les enfants sont gais, pleins d'entrain, contents de leurs vies. Ils font chacun ce qui leur convient. J'aime être avec eux. Ils me donnent de l'énergie. Et l'énergie, j'en ai à revendre. Nous sommes une famille à 'énergie positive'."

Propos polémiques et liberté de parole

Et de l'énergie, celle que l'on surnomme la "ministre chabichou" avec une certaine forme d'ironie en aura bien besoin dans les jours à venir. Quelques semaines après l'affaire des décolletés au sein de son ministère, Ségolène Royal est de nouveau pointée du doigt pour certaines déclarations tenues dans le même Paris Match. Elle égratigne ainsi les membres du gouvernement et prévient : "Ceux qui veulent me museler se trompent. Oui, je parle. C'est ma liberté et je la garderai quoi qu'il arrive. Et si j'ai envie de dire autre chose que ce qui est convenu, je le dirai." Elle égratigne ainsi quelques-uns de ses collègues, en dénonçant les "boules puantes", la "condescendance", le "mépris" de certains.

Sans oublier "les procès en incompétence" d'une classe politique "majoritairement composée de machos sûrs de leur bon droit". Mais Ségolène Royal n'est pas du genre à se laisser faire et assène : "Je suis à ce poste parce que je suis compétente. Peut-être même la plus compétente."

Des propos qui ont fait quelques remous du côté du gouvernement. À tel point que Ségolène Royal s'est senti obligée lors du conseil des Ministres de mercredi dernier de démentir, expliquant ne pas se souvenir "d'avoir dit des choses comme ça, (...) si ce n'est sur le ton de la plaisanterie". Du côté de Paris Match, mis en cause par la ministre pour avoir "sorti de leur contexte" ses propos, on dément vigoureusement, expliquant que "les règles étaient claires et établies".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Carla Bruni et François Hollande échangent une messe basse- BFMTV- 30 sept 2019.
Line Renaud réagit à la mort de Jacques Chirac sur CNews le 26 septembre 2019.
Claude Chirac rend hommage à son père en Corrèze, le samedi 5 octobre 2019.
Louis Sarkozy et sa mère Cécilia Attias dans l'émission "C à vous", le 25 octobre 2019.
Tiphaine Auzière dans "Balance ton post" le 12 septembre 2019 sur C8.
Line Renaud raconte la rencontre de Michèle Laroque et François Baroin lors de son anniversaire en 2008 dans l'émission "Ambition intime" de Karine Le Marchand, diffusée sur M6 le 12 août 2019.

Invité dans l'émission "Et en même temps", présentée par Apolline de MalHerbe sur BFMTV, dimanche 23 juin 2019, Patrick Balkany est revenue sur la tentative de suicide de sa femme Isabelle Balkany.

Nekfeu parmis les manifestations parisiennes des Gilets Jaunes samedi 16 novembre 2019, pour le premier anniversaire du mouvement.
Agathe Auproux prend la défense de Brigitte Macron dans "Touche pas à mon poste", sur C8, le 9 septembre 2018.
Martin Rey-Chirac livre une anecdote drôle et touchante sur son grand-père Jacques Chirac dans le documentaire Jacques Chirac, sacré Français, diffusé le 26 septembre 2019 sur Canal +.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel