Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
NEWSLETTER

"Ils sont à deux doigts de se rouler une pelle" : Emmanuel Macron la main sur le genou de Nicolas Sarkozy

Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
12 photos
Pour l'émission "C à vous", les journalistes et auteurs du livre "Chéri, j'ai rétréci la droite" Nathalie Schuck et Olivier Beaumont sont revenus sur les dessous de ce geste fou que le président Emmanuel Macron a eu pour son prédécesseur Nicolas Sarkozy : poser sa main sur son genou...

La formule de la présentatrice de l'émission C à vous, Anne-Elisabeth Lemoine, aura bien fait sourire ce 18 novembre 2021 sur France 5. En présence de ses invités, Nathalie Schuck et Olivier Beaumont, auteurs du livre Chéri, j'ai rétréci la droite - Dans les secrets de la relation Macron/Sarkozy (éditions Robert Laffont), l'animatrice est revenue sur une scène particulière du quinquennat du président de la République, lorsqu'il se montre très tactile avec l'ancien dirigeant le 31 mars 2019, durant la cérémonie en hommage aux résistants du Plateau des Glières en Haute-Savoie.

"Ils sont à deux doigts de se rouler une pelle. Se serrer la main, c'est une chose, mais poser la main sur le genou de Sarkozy, image que l'on revoit en ce moment et par laquelle vous démarrez votre livre. C'est un geste d'une intimité inouïe", déclare Anne-Elisabeth Lemoine. Nathalie Schuck, grand reporter au Point, précédemment au Parisien - Aujourd'hui en France, replace ensuite le contexte de cette scène : "On est à deux mois des élections européennes. Quand les Républicains voient ça, ils deviennent complètement fous. (...) Ça dit beaucoup de leur relation au début du quinquennat. C'est-à-dire que ce sont deux hommes qui ne se connaissaient pas et qui ont appris à se connaître. (...) Emmanuel Macron qui est quand même quelqu'un qui a très envie de fracturer la droite, comprend que Nicolas Sarkozy peut lui servir de bélier. Et donc du coup, il commence à avoir des gestes d'affection assez marqués, pour se démarquer notamment de François Hollande qu'il déteste tous les deux, qu'ils appellent le pingouin."

Pour gagner l'attention de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron multiplie les gestes envers lui : il envoie des motards pour escorter le cortège funèbre de la mère de Nicolas Sarkozy. Il fait un avancement pour ses gardes du corps. "Nicolas Sarkozy a cette formule, lui il est poli, pas comme l'autre", ajoute la journaliste.

Au début de son mandat, Emmanuel Macron peut donc compter sur l'appui du leader puissant de la droite. L'épouse du locataire de l'Elysée, Brigitte Macron , est aussi une alliée dans cette relation. Nicolas Sarkozy écrivait à son propos dans son livre Passions : "J'ai été sensible à la sincérité et à la simplicité de Brigitte Macron. C'est une femme de qualité." Son épouse Carla Bruni-Sarkozy est aussi proche de la first lady. "Nous nous entendons très bien et nous éprouvons toujours beaucoup de plaisir à nous voir", expliquait Brigitte Macron dans Gala.

Le point de rupture : la pandémie

La relation entre Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron a toutefois connu des difficultés, notamment à partir de 2020. Le vainqueur de 2007 a reproché le manque d'autorité de l'actuel président à plusieurs reprises en faisant un lien avec le fait qu'il n'ait pas d'enfant, que ce soit durant la crise des Gilets jaunes ou celle de la pandémie de covid-19. Ce que l'ouvrage Chéri j'ai rétréci la droite explore dans sa deuxième partie. "On a eu les retards sur les masques, les ratés sur les tests et, maintenant, on se gaufre sur les vaccins. Ça va durer encore longtemps ?", a clamé Nicolas Sarkozy en off d'après les auteurs.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image