Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Ballon d'or 2013 : Cristiano Ronaldo en larmes sous les yeux de son fils

Cristiano Ronaldo, en larmes, avec le Ballon d'Or 2013 au Palais des Congrès de Zurich, le 13 janvier 2014
36 photos
Lancer le diaporama
Cristiano Ronaldo, en larmes, avec le Ballon d'Or 2013 au Palais des Congrès de Zurich, le 13 janvier 2014

Loin de son image froide que n'avait pas manqué de moquer Sepp Blatter, le président de la Fifa, Cristiano Ronaldo n'a pu retenir ses larmes ce 13 janvier en allant chercher son Ballon d'or, le second de sa carrière. Une récompense après laquelle le Portugais courait depuis des années et qui lui sourit enfin, le tout sous les yeux de sa famille.

Il est 20h au Palais des Congrès de Zurich lorsque Pelé annonce le nom du vainqueur du Ballon d'or 2013. Cristiano Ronaldo, ému, ne peut retenir ses larmes en tombant dans les bras de la légende brésilienne. C'est à peine si les observateurs remarquent la petite poignée de mains entre CR7 et Sepp Blatter, celui-là même qui, en octobre dernier, s'était ouvertement moqué de la star du Real Madrid.

Dans les parages de l'attaquant portugais auteur de 69 buts en 59 matches toutes compétitions confondues, Cristiano Ronaldo Jr. (3 ans et demi), qui se demande bien ce qu'il peut faire ici... "Il n'y a pas de mots pour décrire ce que je ressens", lâche Cristiano Ronaldo avant de fondre en larmes, lui qui doit se remémorer les quatre années de domination sans partage de Lionel Messi, second cette année. "Je suis très heureux, je voudrais remercier tous mes camarades de club et de sélection, toute ma famille dans la salle, poursuit-il. Ceux qui me connaissent savent combien j'ai consenti de sacrifices pour gagner cette récompense." Dans la salle donc, sa compagne, la sublime Irina Shayk, mais aussi sa maman et l'une de ses soeurs, ainsi que son agent.

Une semaine après la mort de la légende du foot lusitanien, Eusébio, CR7 n'a pas manqué de lui rendre hommage : "Je voudrais remercier tous ceux qui m'ont fait confiance, je veux reparler aussi d'Eusébio et Madiba et leur rendre hommage une dernière fois. Merci aussi à ma fiancée et ma mère qui sont dans la salle. Si je ne remercie pas tout le monde, excusez-moi, car je suis trop ému pour continuer à parler." Ému, il pouvait l'être. Cristiano Ronaldo, sacré en 2008 lorsqu'il évoluait à Manchester United, décroche là son second Ballon d'or, lui qui a vu Lionel Messi lui passer devant lors des quatre dernières éditions, à tort ou à raison.

Il vient ainsi récompenser une année exceptionnelle sur un plan individuel, le Portugais n'ayant décroché aucun titre collectif contrairement à un Franck Ribéry qui lui a tout raflé avec le Bayern de Munich et termine à la troisième place. Et notamment ces derniers mois. À la suite de l'affaire Blatter, qui s'était moqué de l'attaquant devant un collège d'étudiants d'Oxford, le Portugais a enchaîné les performances exceptionnelles. Quatorze buts en six matches seulement... Dont un triplé face à la Suède qui envoie le Portugal au Brésil pour la prochaine Coupe du monde. En outre, la star a vu la date de clôture des votes repoussée, ce qui n'était jamais arrivé dans l'histoire du Ballon d'or.

Et CR7 avait prévenu. Il ne se rendrait pas à Zurich pour la remise des trophées. Sepp Blatter tentait bien de s'excuser après sa sortie, rien n'y avait fait, pas même le report des votes qui permettait de prendre en compte le triplé de la star face à la Suède. Puis tout changea. Le Real Madrid faisait campagne pour sa star, et CR7 finissait par annoncer qu'il se rendrait bien à Zurich. Une semaine avant la cérémonie, Realmadrid TV annonçait qu'elle diffuserait la soirée en direct, une première. Dimanche, la délégation madrilène comptait en plus de Cristiano Ronaldo et quelques joueurs du Real Madrid Irina Shayk, le fils de Cristiano ainsi que sa mère et une de ses soeurs. Pour certains, le signe que le sort de Ronaldo était joué depuis longtemps.

"Cela a été une vague d'émotions pour moi, j'ai vu ma mère pleurer, confiait-il à L'Équipe 21 après la cérémonie, les yeux encore embués. (...) C'est à chaque fois un moment particulier, le premier était déjà quelque chose d'énorme. Mais là, je suis plus dans l'émotion, car ma mère était dans la foule. C'était vraiment un moment exceptionnel pour moi. (...) Mais il n'y en a qu'un qui pouvait être vainqueur, et c'est moi !"

Le musée de la star va donc accueillir une nouvelle récompense. Une récompense qui permet au joueur de 28 ans d'écrire un peu plus l'histoire du foot, comme il l'a toujours souhaité : "Je veux rester dans l'histoire du monde, pas seulement du Portugal. Mon but est d'écrire une belle page dans l'histoire du football en devenant l'un des meilleurs joueurs de toujours. C'est ça mon objectif et je suis sur le bon chemin."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel