Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Carla Bruni, Catherine Deneuve, Juliette Binoche... Les stars ont frôlé le drame

9 photos
Lancer le diaporama
Afin de récolter des fonds pour la fondation Children of Africa de la Première dame ivoirienne Dominique Ouattara, Carla Bruni, Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Franck Dubosc et de nombreuses stars se sont retrouvés le 12 mars à Abidjan, deux jours avant l'attaque terroriste.
Deux jours après le gala caritatif organisé à Abidjan, la Côte d'Ivoire a été frappée par une attaque.

La Côte d'Ivoire a été plongée dans la terreur ce dimanche 13 mars. Sur la plage de Grand Bassam à Abidjan, une attaque a fait seize morts. Le prince Charles-Philippe d'Orléans, qui se trouvait sur les lieux, s'est confié à Paris Match, soulignant que ce drame s'était produit deux jours après un gala auquel participaient de nombreuses personnalités, telles que Catherine Deneuve, Carla Bruni-Sarkozy, Juliette Binoche ou encore Franck Dubosc.

Charles-Philippe d'Orléans, ancien officier de l'armée de terre descendant de la famille royale d'Orléans, était venu à Abidjan pour assister vendredi 12 mars au gala de la Fondation Children of Africa, présidé par la première dame de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara.

Dimanche, il s'est rendu sur la plage de Grand Bassam avec sa femme et des amis. "Une journée de plage se transforme en horreur", a-t-il écrit sur sa page Facebook juste après l'attaque revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Pour Paris Match, il est revenu en détail sur le déroulé des événements : "Il était 12h30 (...), nous venions d'arriver d'Abidjan avec trois amis. (...) Le temps de me mettre en maillot de bain et de parcourir vingt mètres pour aller jusqu'à la mer avec un ami, on a entendu un premier tir", a-t-il ensuite raconté dimanche soir à Paris Match. "Ce devait être cinq minutes après notre arrivée. (...) Il y avait un monde fou sur cette plage à laquelle les Ivoiriens accèdent en payant. Tout le monde s'est figé un instant. Puis il y a eu un second coup de feu, du 9 mm sans doute, et là, tout le monde s'est mis à courir dans tous les sens", a-t-il poursuivi. "Et puis, on a vu des blessés, des morts peut-être, sur le sable. Et là, on s'est dit qu'il fallait partir, vraiment, le plus vite possible. À ce moment-là, on entendait un tir toutes les dix ou quinze secondes", a encore raconté Charles-Philippe d'Orléans. "Je n'ai pas entendu quiconque crier 'Allah u Akbar, ni de rafales à répétition caractéristiques des armes automatiques. (...) Ça tirait à droite, les terroristes remontaient par la plage, à pied, et aussi par la route, vers un hôtel plus important. On se sentait cernés", se souvient-il. Il a ensuite attendu une accalmie avant de "foncer à la voiture, démarrer en trombe et filer vers Abidjan". Il a ensuite pu regagner l'aéroport pour quitter rapidement le pays.

Deux jours avant, avait lieu dans le quartier du Plateau l'événement organisé par la fondation Children of Africa de la Première dame ivoirienne Dominique Ouattara pour récolter des fonds, en présence de Carla Bruni – qui a reçu le Grand Prix de la Fondation – et son amie Karine Silla-Perez, Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Franck Dubosc et son épouse, Jamel Debbouze, la princesse Ira de Fürstenberg, le chanteur MC Solaar, Gary Dourdan, Adriana Karembeu et bien sûr le prince Charles-Philippe d'Orléans et son épouse.

"Deux mois que ces 60 petits orphelins ou enfants en détresse répètent leur spectacle de bienvenue. Dans un mime très émouvant, ils retracent les violences qu'ils ont connues, la rue, souvent aussi le travail forcé dans les plantations de cacao", raconte la journaliste de Paris Match qui a assisté à l'événement.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image