Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Elisa, Hélène, Aline... Découvrez les plus belles déclarations en musique !

10 photos
Lancer le diaporama

Quel coeur tendre n'a jamais rêvé de s'appeler Aline, Caroline ou Hélène en écoutant les merveilleuses chansons de Christophe, MC Solaar et Roch Voisine ? Et quel soupirant à l'âme romantique n'a jamais souhaité avoir le talent de composer, pour sa bien-aimée, une chanson qui porterait son prénom ? Eh bien certains l'ont eu le talent, et une chose est sûre, tous les moyens sont bons pour gazouiller auprès de sa belle. Voici une petite sélection de chansons dédiées à une belle (in-)connue, non exhaustive et tout à fait subjective...

La plus yé-yé : Christophe, Aline, 1965

Christophe n'a pas toujours eu ce look de mage extra-terrestre dont le moindre feulement provoque la chair de poule et la fascination. En 1965, il sort son second 45 tours et crie, crie, Aline, pour qu'elle revienne. On raconte que le titre de cette chanson lui a été inspiré par l'assistante de son dentiste. Etait-il amoureux d'elle ? Toujours est-il que cette superbe chanson lança la carrière du chanteur. Dans les années 70, c'est une autre chanson d'amour qui le portera aux nues : Les mots bleus, magnifique, écrite par Jean-Michel Jarre.

La plus rock'n'roll : Toto, Rosanna, 1982

Rosanna paraît sur l'album Toto IV en 1982. Très longtemps, la légende racontait que le groupe l'avait composé pour l'actrice Rosanna Arquette. Le texte évoque un mec banal qui tombe amoureux d'une fille exceptionnelle qui finit par partir. C'est assez triste et correspond assez bien à la rupture de Steve Porcaro, guitariste de Toto, et de l'actrice. Mais le groupe évoque aujourd'hui une simple... coïncidence. Détail amusant : dans le clip la caméra suit deux danseurs, Patrick Swayzeet Cynthia Rhodes. Ce sont les deux même qui apprendront bientôt àJennifer Grey à se déhancher dans Dirty dancing, film romantique culte des années 80.

La plus arnaque, vieille canaille : Serge Gainsbourg, Elisa, 1969

Ce titre de Gainsbourg où il chante "tes vingt ans, mes quarante" pourrait avoir été écrit pour Jane Birkin, mais elle ne s'appelle justement pas Elisa, et c'est en réalité Zizi Jeanmaire qui l'a chanté en premier. Pourtant, quand le musicien tombe amoureux de l'Anglaise, il lui offre un album (Serge Gainsbourg & Jane Birkin) et le fameux Je t'aime moi non plus, lui aussi composé pour une autre... Bardot. Cet album n'en demeure pas moins leur première collaboration discographique, leur première déclaration d'amour.

La plus "ben ça alors !" : The Beatles, Michelle, 1965

Paru sur l'album Rubber Soul, cette chanson est l'oeuvre de Paul McCartney qu'il avait composé en pensant à Juliette Gréco et la bohème française, très en vogue dans les années 60. Voilà pour la version officielle, mais très récemment dans son autobiographie, Richard Anthony qui connaissait bien McCartney, raconte que ce dernier lui avait offert la chanson : "Paul McCartney me propose cette magnifique chanson, tout bêtement parce que ma femme s'appelait Michèle. J'ai refusé en lui disant que le public savait que ma compagne s'appelait ainsi, et que l'on allait se foutre de moi" Mauvais calcul, le titre remporte le Grammy de la meilleure chanson de l'année 1966 et des millions de femmes rêvent de s'appeler Michelle...

La plus "Poker face" : MC Solaar, Caroline, 1991

MC Solaar est l'un des premiers artistes rap à percer en France. Moins dans la provocation et la revendication que le duo NTM , il fait preuve d'un romantisme et de qualités littéraires qui séduisent aussi un public non-initiés. Avec Caroline, il signe un tube et ce superbe refrain... inoubliable... "Je suis l'as de trèfle, qui pique ton coeur, Caro-line." Trois ans plus tard, il finit de convaincre avec le superbe Prose Combat, dans lequel le titre Nouveau Western sample le Bonny & Clyde de Serge Gainsbourg... ou quand un séducteur en inspire un autre.

La plus précoce : Jordy, Alison, 1993

Oui bon, celle-là est un peu tirée par les cheveux, mais elle est assez significative des fixettes que chacun pouvait faire enfant sur un copain ou une copine de classe. En cela, il exalte une certaine sincérité dans le texte de Jordy qui lui offre sa place ici. Le titre Alison sort en mars 1993 après le succès mondial de Dur dur d'être bébé. À 4 ans, il devient le plus jeune chanteur à occuper la première place du Top 50... Si à l'époque tout est rose, la majorité venue, Jordy accusera son père d'avoir dépensé tous ses cachets.

La plus "plaisir coupable" : Roch Voisine, Hélène, 1989

À l'époque, Roch Voisine n'a que 26 ans. Il est beau, il est québécois, il est romantique et chante... "seul sur le sable". C'est à une certaine Hélène qu'il doit sa renommée fulgurante en France. Le titre, un slow dégoulinant à souhait, le propulsera 9 semaines consécutives en tête du Top 50. Roch Voisine devient une star et le plus jeune artiste à recevoir, en 1992, les insignes de Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres. En 1993, Hélène Rollès crâne avec Je m'appelle Hélène, mais d'après nos informations, cela n'a strictement rien à voir. Ouf ! Roch si tu nous lis...

La plus fraternelle : AaRON, U-Turn (Lili), 2007

AaRon est composé d'Olivier Coursier et Simon Buret. Ce dernier connaît Mélanie Laurent et tous deux décrochent un rôle dans Je vais bien ne t'en fais pas. Quand le réalisateur, Philippe Lioret, entend la chanson, il modifiera le scénario pour en faire un élément central. Dans le film, Simon Buret interprète l'ami du frère de Mélanie, alias Lili. Il fait écouter cette chanson écrite pour elle par ce frère disparu... U-Turn (Lili) devient la plus belle déclaration d'amour qu'un frère peut faire à sa soeur et le public lui réserve un triomphe.

La plus électrique : Gilbert Bécaud, Nathalie, 1964

Gilbert Bécaud nous a quittés le 18 décembre 2001 et ses proches s'inquiètent de le voir déjà oublié. Monsieur 100 000 Volts qui nous a offert de nombreux standards comme L'orange, Et maintenant ou La solitude, ça n'existe pas. Il méritait déjà sa place au panthéon des grands romantiques avec ce titre : Nathalie. L'histoire d'une rencontre sur la place rouge de Moscou, "il était beau mon guide... ", qui laisse présager une belle romance près des Champs Elysées. On mesure toute la profondeur de sa voix sur cette chanson, et la qualité de son interprétation tour à tour espiègle, désespérée, tendre, dragueuse, amoureuse... Tout y est ! Ce n'est pas pour rien que le prénom Nathalie a été l'un des plus donnés aux bébés au milieu des années 60.

La plus tragique : Daniel Balavoine, L'Aziza, 1985

L'Aziza est une chanson d'amour du chanteur à son épouse Corinne, juive d'origine marocaine. C'est aussi un plaidoyer contre le racisme. Elle paraît en octobre 1985 sur Sauver l'amour, l'ultime album du chanteur. Daniel Balavoine meurt dans un accident d'hélicoptère le 14 janvier 1986, la France est sous le choc. Le 45 tours de L'Aziza devient le plus gros succès commercial de Balavoine avec plus d'un million d'exemplaires vendus. En face B, le magnifique Tous les cris et les SOS. La dernière chanson de Daniel Balavoine aura été une déclaration, la plus universelle qui soit.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel