Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Juan Carlos Ier exilé : bientôt le retour en Espagne ? La justice classe ses enquêtes sur le roi déchu

Juan Carlos Ier exilé : bientôt le retour en Espagne ? La justice classe ses enquêtes sur le roi déchu
Par Rachel Henry Rédactrice
Née à Londres, non loin de Kensington, elle démêle le vrai du faux sur la famille royale britannique, mais pas seulement. La reine Maxima des Pays-Bas, la reine Letizia d'Espagne et la princesse Victoria de Suède sont aussi ses copines. Quand les têtes couronnées ne sont pas de sortie, Rachel patiente en décryptant volontiers les tapis rouges, les premiers rangs des défilés.
18 photos
Depuis 2018, la justice espagnole enquêtait sur les finances de l'ancien roi Juan Carlos Ier. Finalement, les enquêtes viennent d'être classées, faute de preuves. Exilé aux Emirats arabes unis depuis un an et demi, l'ex-souverain va-t-il regagner l'Espagne ?

Faute de preuves, la justice espagnole abandonne ses enquêtes sur Juan Carlos Ier. Comme l'a rapporté l'AFP le 2 mars 2022, les trois enquêtes judiciaires qui visaient l'ancien roi d'Espagne ont été classées sans suite. Le père de Felipe VI pourrait donc regagner son pays d'origine, lui qui vit en exil aux Emirats arabes unis depuis l'été 2020.

Ces enquêtes "ne permettent pas d'exercer une action pénale contre sa majesté Juan Carlos de Bourbon (...) notamment en raison de l'insuffisance d'indices incriminants, de la prescription des délits et en raison de l'inviolabilité" dont il bénéficiait en tant que chef d'Etat jusqu'en 2014, date de son abdication, a indiqué le parquet espagnol dans un communiqué. Ce classement sans suite intervient après une décision similaire en décembre de la justice suisse. Pour ce qui est du retour de Juan Carlos en Espagne, son avocat a indiqué qu'il communiquerait prochainement sur les "décisions" de son client. L'été dernier, le journal El Pais affirmait que le roi déchu de 84 ans trouvait le temps dans sa bulle dorée et qu'il n'espérait qu'une chose : rentrer dans son pays d'origine. A voir si son état de santé, fragile, le permettra...

Dans son communiqué, le parquet souligne toutefois les "irrégularités fiscales" dont l'ancien roi s'est rendu coupable de 2008 à 2012, mais rappelle qu'il ne peut être poursuivi pour cela en raison de la prescription du délit ou de son immunité de chef d'Etat. Et il se félicite que ses enquêtes aient permis à l'administration fiscale de récupérer plus de cinq millions d'euros, fruits des deux régularisations fiscales effectuées par Juan Carlos pour tenter d'échapper aux poursuites pénales.

Pour rappel, depuis 2018, la justice espagnole cherchait à déterminer si l'ex-souverain avait empoché une commission pour l'attribution, en 2011, à un consortium espagnol de la construction d'une ligne ferroviaire entre La Mecque et Médine, en Arabie saoudite. Le versement en 2008 par la monarchie saoudienne de 100 millions de dollars sur le compte suisse d'une fondation dont Juan Carlos était le bénéficiaire était au centre de ce premier dossier. Mais le parquet a expliqué dans son communiqué que cette somme était a priori un "cadeau" reçu par le souverain en sa qualité de chef d'Etat, ce qui aurait pu toutefois représenter un délit de "corruption" aujourd'hui prescrit, selon le ministère public. L'essentiel de cette somme avait finalement été donnée en 2012 par Juan Carlos à son ex-maîtresse Corinna Larsen.

Un scandale après l'autre

Dans le cadre d'un deuxième dossier, le parquet espagnol enquêtait sur l'utilisation présumée par Juan Carlos de cartes de crédit liées à des comptes bancaires aux noms d'un entrepreneur mexicain et d'un officier de l'armée de l'air espagnole. La troisième enquête, enfin, avait été ouverte il y a un an après un rapport du "service de prévention du blanchiment de capitaux" sur un trust présumé lié à l'ex-monarque dans l'île anglo-normande de Jersey, considérée comme un paradis fiscal.

A l'été 2020, au moment de son départ pour les Emirats arabes unis, Juan Carlos avait expliqué vouloir "faciliter" à son fils "l'exercice" de ses fonctions devant "les conséquences publiques de certains événements passés de (sa) vie privée". Avant même cet exil, Felipe VI avait décidé en mars 2020, face à la multiplication des révélations, de renoncer à l'héritage de son père et de lui retirer son allocation annuelle de près de 200.000 euros. Si le mari de Letizia d'Espagne s'est gardé de commenter publiquement cette affaire, ses soeurs Elena et Cristina ont quant à elles rendu visite à leur père à plusieurs reprises.

En plus des affaires sombres de Juan Carlos, la famille royale espagnole a récemment dû composer avec un autre scandale : l'annonce du divorce de l'infante Cristina et son mari Iñaki Urdangarin, après la publication de photos dans la presse montrant ce dernier dans les bras d'une autre femme...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image