Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Madonna : Son clip God Control choque les victimes du massacre du Pulse

12 photos
Lancer le diaporama
Un massacre dans une boîte de nuit. Des couleurs flamboyantes, mais aussi des larmes et du sang. Madonna lance un message fort pour exiger le contrôle des armes à feu aux Etats-Unis dans son clip "God Control". Au passage cependant, elle heurte certains rescapés de la tuerie du "Pulse", ce club LGBTI d'Orlando, où un tueur fit 49 morts.

Madonna frappe fort avec God Control et son clip signé Jonas Åkerlund. La star y livre un plaidoyer pour le contrôle des ventes d'armes à feu aux Etats-Unis. "Réveillez-vous, chaque année plus de 36 000 personnes sont tuées par les armes à feu aux Etats-Unis et plus de 100 000 se font tirer dessus et sont blessées. Personne n'est à l'abri. Contrôle des armes, maintenant !", est-il écrit blanc sur noir à la fin de la vidéo qui montre le massacre d'innocents dans une boîte de nuit. Ces scènes ne sont pas sans rappeler le massacre du Pulse, un club qui accueillait un public LGBTI, le 12 juin 2016. Certaines victimes ont du mal à supporter les images de God Control, nouvel extrait de l'album Madame X.

Cette tuerie de masse à Orlando, en Floride, est le plus lourd attentat contre la communauté LGBTI aux Etats-Unis et celui qui a fait le plus de victimes (49 morts et 53 blessés) après celui du 11 septembre. Si le message de Madonna est, de l'avis de tous, puissant et nécessaire, les images du clip choquent. Sur le site TMZ.com, une première rescapée du Pulse, Patience Carter, a expliqué que regarder le clip de Madonna avait été "traumatisant" pour elle et qu'elle l'avait trouvé "grossier" tant cela ressemble à ce qu'elle a vécu cette nuit du 12 juin 2016.

Des images traumatisantes

Toujours sur TMZ, Brandon Wolf, un autre survivant du Pulse, apprécie l'engagement de Madonna qui aura, très certainement, une grande portée. Il regrette cependant que la star de 60 ans n'ait impliqué aucun des membres de la communauté du Pulse dans ce projet de vidéo. Il aurait souhaité qu'elle s'inquiète auprès des familles des victimes de l'impact des images qu'elle s'apprêtait à mettre en scène. Plus grave, il lui reproche d'être tellement "égocentrique" que même lorsqu'elle avait rendu hommage aux victimes du Pulse, après la tuerie, il s'agissait d'un simple tweet montrant son fameux baiser à Britney Spears aux MTV Video Music Awards 2003 légendé : "Gay ou hétéro. Pas de haine." Il ne serait guère étonnant que d'autres voix s'élèvent contre la violence graphique du clip : la communauté du Pulse, évidemment, et même ici en France, chez les rescapés du Bataclan.

Comme le résume une plume du Guardian, le journaliste musical Ben Beaumont-Thomas, ce clip devrait "être très dur pour quiconque a été traumatisé par l'attaque terroriste du Pulse". Mais il note aussi que la voix de Madonna sur le sujet des armes à feu est "la plus claire et la plus puissante que n'importe quelle autre dans la pop culture". Sur Twitter, la star encourage ses abonnés à soutenir de nombreuses associations qui luttent pour le contrôle des armes à feu aux Etats-Unis dont 1Pulse4America, fondée par l'acteur gay et out George Takei après l'attentat d'Orlando.

En France, le correspondant de RTL aux Etats-Unis Philippe Corbé a publié en 2017 chez Grasset un livre sur le Pulse intitulé J'irais danser à Orlando. Plutôt que raconter le massacre, notre confrère y dressait avant tout le portrait des 49 victimes et de leurs familles.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel