Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
#JeSuisProf

Mort de Michael Jackson : Le procès du docteur Conrad Murray commence fort

Le docteur Conrad Murray lors de son procès au tribunal de Los Angeles le 27 septembre 2011, accusé d'homicide involontaire sur Michael Jackson
29 photos
Lancer le diaporama
Le docteur Conrad Murray lors de son procès au tribunal de Los Angeles le 27 septembre 2011, accusé d'homicide involontaire sur Michael Jackson

Michael Jackson est mort il y a plus de deux ans, le 25 juin 2009, et son médecin Conrad Murray, qui est accusé d'homicide involontaire, est enfin jugé. Le procès s'est ouvert hier mardi 27 septembre 2011, devant le tribunal de Los Angeles, en Californie.

Conrad Murray, 58 ans, est en effet accusé d'avoir administré au chanteur de 50 ans, le 25 juin 2009 au matin, une dose mortelle de Propofol, ce puissant anesthésiant que le chanteur prenait comme somnifère. Une dose de cheval dit-on. Homicide involontaire donc, c'est ce pourquoi il est poursuivi. Le docteur va devoir s'expliquer.

L'audience qui s'est ouverte hier et est partie pour continuer de longues semaines, ont vu s'affronter deux argumentations. Celle de la défense et celle du procureur.

David Walgren, le procureur a affirmé qu'avec le Propofol "les choses peuvent très très vite mal tourner, et si vous ne vous y connaissez pas bien et n'êtes pas bien préparé, cela peut conduire à la mort de votre patient." Aussi il a déclaré que le docteur Conrad Murray "ne travaillait pas pour le meilleur intérêt de Michael Jackson, ni pour la santé de Michael Jackson, mais pour 150 000 dollars par mois. Il était employé et s'est comporté comme un employé, pas comme un médecin. Murray a administré quotidiennement du Propofol à Michael Jackson." Voilà l'accusation. En clair, Conrad Murray aurait dû protéger le roi de la pop de cette addiction. Le procureur termine en revenant sur le 25 juin 2009, jour de la mort de MJ, jour auquel la star a perdu connaissance et que "Murray a littéralement abandonné", perdant du temps avant d'appeler les secours et cachant et oubliant de signaler avoir donné à Michael Jackson du Propofol.

Le docteur Conrad Murray, ruisselle, sombre, lugubre et grave, dans cette salle d'audience, devant quelques dizaines de journalistes, appareils photos et caméras, face aux jurés prêts à en découdre, tournant le dos à la famille de Michael Jackson venue au grand complet - Joe le père, Katherine la mère, Jermaine , Janet, LaToya, Randy, Tito et Rebbie, les frères et soeurs - seuls les trois enfants de Michael Jackson (Prince Michael Jr., Paris Michael Katherine et le petit dernier Prince Michael II dit Blanket) manquent à l'appel.

La défense de Murray menée par l'avocat Ed Chernoff, étale d'emblée une thèse, qu'elle compte bien démontrer dans les jours qui suivent. Michael Jackson "a provoqué sa propre mort". Selon la défense, la star aurait pris du Propofol lorsque le docteur Murray avait le dos tourné, lorsqu'il était aux toilettes. Ed Chernoff déclare : "Il a agi sans que le médecin le sache, sans la permission de son médecin, à l'encontre de ses consignes. Nous sommes convaincus que des preuves scientifiques vont vous montrer que, quand le docteur Murray a quitté la chambre, Michael Jackson s'est lui-même administré une dose de Propofol qui, avec le Lorazepam, a provoqué une véritable tempête dans son corps." Il est aussi dit que le pauvre Michael Jackson serait mort sur le coup, et qu'il n'aurait même pas eu le temps de fermer ses yeux.

Le procureur a accusé Conrad Murray d'avoir commis des "fautes lourdes", puis a diffusé des photos de Michael Jackson sur son lit de mort, ainsi qu'un message audio : l'enregistrement d'une conversation entre l'artiste et son médecin, enregistrée par ce dernier sur son téléphone portable le 10 mai 2009. D'une voix d'outre-tombe, visiblement éteinte par les médicaments, le chanteur espère que son spectacle, auquel il se consacrera jusqu'à son dernier souffle, sera "phénoménal", que les fans n'auront "rien vu d'aussi fort" dans leur vie. Michael Jackson peine à articuler, durant l'audience, des sous-titres ont même été diffusés. "Nous devons être phénoménaux, que quand les gens partent du concert, quand les gens quittent mon concert, je veux qu'ils se disent 'je n'ai jamais vu rien de comparable dans ma vie. Je veux aussi être connu comme le plus grand artiste au monde, et tous les bénéfices de la tournée serviront à financer un immense hôpital pour enfants. Le Michael Jackson Children's Hospital."

Puis le procureur a déclaré : "Les preuves vont montrer que Michael Jackson a bel et bien mis sa vie entre les mains de Conrad Murray. Il a placé sa confiance à tort dans son médecin." Le procureur Walgren a également indiqué qu'au cours de jours qui avaient suivi cet appel et malgré l'état de santé plus que détérioré de Michael Jackson, le docteur Murray avait commandé un important lot de Propofol et de Midazolam, un anxiolytique. Quelque 15,5 litres de ce médicament avaient été achetés...

Outre cette voix d'outre-tombe, une photo présentant Michael Jackson les 24 et 25 juin 2009 a été diffusée pour provoquer un électrochoc à l'assemblée. A gauche, le chanteur est en plein tour de chant lors des répétitions de son spectacle, il interprète Earth Song (This is it devait être une tournée de cinquante concerts qui devait s'ouvrir à l'O2 Arena de Londres le 13 juillet) la veille de sa mort. A droite, le jour de sa mort, il est allongé sur une civière, inerte.

Dans l'après-midi, le procès a accueilli le témoignage du chorégraphe de MJ, Kenny Ortega. Le premier témoin. "Michael espérait qu'il serait capable, après les dates à Londres, de poursuivre sa tournée This is It dans le monde et après de faire des films.", a-t-il déclaré.

Les débats vont durer cinq semaines. Sous le regard plus qu'attentif des millions de fans du chanteur parti trop tôt, grâce à une médiatisation exceptionnelle. Le juge a voulu que le procès soit filmé et retransmis, à la télévision et sur internet.

En cas de condamnation, Conrad Murray, qui est en liberté sous caution depuis son inculpation en février 2010, risque jusqu'à quatre ans de prison.

Nous vous tiendrons au courant des moments forts de ce procès.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image