Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Robert De Niro sur Trump : "C'est un chien, un porc, un escroc, un roquet"

12 photos
Lancer le diaporama
Robert de Niro dans un pamphlet contre Donald Trump.
L'acteur des "Affranchis" et du "Parrain" a en gros sur la patate du candidat républicain. Et il le fait savoir.

"J'ai envie de lui coller mon poing dans la gueule." Lorsque Robert De Niro prend la parole pour monter au créneau contre Donald Trump, ce n'est pas fait avec tendresse. Le charismatique acteur américain a prouvé, au détour d'une vidéo qui a fait le tour du monde, qu'il en avait encore de la gueule et du verbe pour se frotter au candidat républicain à la Maison Blanche.

Réalisée tout juste après avant la publication sur le Huffington Post de la vidéo montrant Trump misogyne et obscène, ce vidéo-clip tourné en noir et blanc met en scène un Robert De Niro au naturel et ulcéré. "Il est si manifestement stupide. C'est un minable, un chien, un porc, un escroc, un artiste de merde, un roquet qui ne sait pas de quoi il parle, qui ne travaille pas ses sujets, qui se fiche de tout, qui ne paie pas ses impôts, lâche l'acteur de 73 ans. C'est un abruti. Colin Powell l'a dit mieux que tout le monde : c'est un désastre national. C'est une honte pour ce pays. Ça me met tellement en colère que ce pays en soit arrivé au point de mettre cet idiot, ce crétin, là où il est aujourd'hui."

Sans mâcher ses mots, l'acteur de Taxi Driver se montre virulent et fait grimper le thermomètre à charisme. "Il dit qu'il aimerait donner un coup de poing à des gens ? Eh bien, moi j'aimerais bien lui mettre mon poing dans la gueule, déclare entre autres la star de Raging Bull. Est-ce que c'est le genre de personne que l'on veut en tant que président ? Je ne crois pas. Ce qui me préoccupe, c'est la direction que prend ce pays et je suis très très inquiet car cela pourrait aller dans une mauvaise direction avec quelqu'un comme Donald Trump. Si vous vous intéressez à votre futur, votez."

La réplique de Jon Voight

De toutes les stars engagées, le discours de Robert De Niro est de loin celui qui aura fait couler le plus d'encre, tant est palpable sa haine du républicain millionnaire. À tel point que sa réaction a un peu fait jaser à Hollywood, notamment chez Jon Voight. Le papa d'Angelina Jolie lui a répondu sur Twitter. "J'ai honte du coup de gueule de mon confrère acteur Bobby De Niro contre Donald Trump, affirme-t-il. Quels mots infâmes il a utilisés contre un candidat à la présidentielle qui a travaillé aussi dur que n'importe quel autre homme dans les années passées et qui a presque un bon message pour les Américains." Puis d'évoquer le fameux scandale des propos obscènes tenus par Donald Trump dans des enregistrements enregistrés en 2005. "Je ne connais pas d'hommes qui n'auraient pas exprimé ce genre de termes sexuels envers les femmes, plus spécifiquement dans leu jeunesse. Les mots de Donald Trump ne sont pas aussi préjudiciables que la diatribe de Robert De Niro. Les mots de Trump n'ont blessé personne. Si un Républicain avait des mots comme de ceux de Robert De Niro – contre Hillary Clinton ou Barack Obama – les Enfers se déchaîneraient." Il conclut en taclant l'acteur américain : "J'appelle tous les supporters de Trump à exprimer leur indignation et leur colère à l'égard de Robert De Niro et tous ces républicains girouettes."

Si Robert De Niro a "retourné sa veste" selon Voight, il a été rejoint par une autre figure hollywoodienne, et non des moindres : Arnold Schwarzenegger. L'interprète de Terminator a également donné de la voix en appelant à ne pas voter pour Trump. "Pour la première fois depuis que je suis devenu citoyen américain, en 1983, je ne voterai pas pour le candidat républicain à la présidentielle", a-t-il affirmé sur Twitter.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel