Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Valérie Pécresse, candidate la plus riche mais endettée : elle appelle à l'aide !

Valérie Pécresse, candidate la plus riche mais endettée : elle appelle à l'aide !
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
9 photos
Après le choc des résultats du premier tour des présidentielles 2022, vient l'heure des comptes. Pour Valérie Pécresse, candidate LR, l'ardoise est très salée puisqu'elle n'a pas dépassé le seuil des 5% pour que sa campagne soit remboursée...

C'est un lendemain qui pique pour Valérie Pécresse. La candidate Les Républicains pour les présidentielles a lancé lundi 11 avril 2022 devant les médias un appel à "une aide, d'urgence", des Français pour "boucler le financement" de sa campagne, faisant état d'une "situation critique" de LR qui ne sera pas remboursé de "7 millions d'euros" de frais. "Les Républicains ne peuvent faire face à ces dépenses", a ajouté depuis le siège du parti la candidate LR, qui sort du premier tour sous le seuil des 5% - 4,79% d'après le ministère de l'Intérieur - qui permet un remboursement par l'Etat des frais de campagne. Elle a aussi déclaré être "endettée personnellement à hauteur de 5 millions d'euros".

"J'ai besoin de votre aide, d'urgence, d'ici le 15 mai, pour boucler le financement de cette campagne présidentielle (...) Il en va de la survie des Républicains, et au-delà de la survie de la droite républicaine", a-t-elle lancé devant les micros et les caméras. "Je lance ce matin un appel national aux dons, à tous ceux qui m'ont apporté leurs suffrages mais aussi à tous ceux qui ont préféré hier le vote utile, et enfin à tous les Français attachés au pluralisme politique et à la liberté d'expression", a-t-elle ajouté, précisant que les dons pouvaient être réalisés en ligne sur le site valeriepecresse.fr. Une déclaration qui a rapidement été mise en perspective avec son patrimoine de 9,7 millions d'euros, étant la plus riche des candidates. Sans compter une villa estimée à 2 millions d'euros qu'elle aurait "oublié" de déclarer mais qui est ressortie dans les colonnes du Canard enchaîné. Enfin, son mari Jérôme Pécresse, père de ses trois enfants, avait également attiré l'attention avec son poste de président-directeur général de la branche énergies renouvelables de General Electric et qui gagne "très bien sa vie".

La droite traditionnelle a connu un crash historique dimanche 10 avril au premier tour de la présidentielle, Valérie Pécresse tombant en-dessous des 5% des voix, ce qui complique l'avenir des Républicains, forcés à la refondation sous peine de disparaître. Créditée de 17-18% des voix en janvier, Valérie Pécresse apparaissait alors capable de se qualifier pour le second tour. Mais elle n'a cessé de baisser ensuite, plombée par son meeting raté du 13 février au Zénith, et l'éloignement de figures fortes du parti comme Nicolas Sarkozy, entre autres.

C'est la deuxième fois que le principal parti de droite échoue à franchir le premier tour de la présidentielle: en 2017, François Fillon avait fait 20%, ce qui était alors le plus mauvais score d'un candidat de droite à la présidentielle. Une débâcle qui fait écho à celle d'un autre parti majeur de France déjà affaibli en 2017, le PS : la maire de Paris Anne Hidalgo est tombée à 1,74% à ce scrutin.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image