Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Vincent Lindon : Son film ''La Loi du marché'', un plagiat ?

Après le prix, la polémique, pour le film La Loi du marché. Si celle lancée par l'ex-patronne du Medef n'avait rien de surprenant - Laurence Parisot a comparé le long métrage qui suit le parcours d'un homme devenu vigile dans un supermarché par la force des choses à un "film d'horreur" -, il en est une autre beaucoup plus complexe, comme le rapporte Slate.fr.

La Loi du marché de Stéphane Brizé – qui a valu un prix d'interprétation à Cannes à Vincent Lindon – rappelle un court métrage intitulé Lundi CDI, sorti en 2010. Une oeuvre qui raconte également l'histoire d'un vigile de supermarché. Face à de nombreuses remarques lui indiquant que son film rappelait fortement La Loi du marché, le réalisateur de cette courte fiction, Patrice Deboosère, a publié sur Facebook un message à ce sujet.

"Vincent Lindon a découvert mon court métrage alors que je le sollicitais pour un autre projet. Il m'a alors confié son souhait d'étudier la possibilité d'en faire un long. Je l'ai autorisé à le montrer à différentes personnes afin d'envisager cela plus concrètement, tout en lui rappelant mon désir de travailler avec lui. Quelques mois plus tard, j'apprends par hasard que Stéphane Brizé travaille sur le projet. Contrarié de ne pas avoir eu d'informations directes sur l'évolution de ce projet, j'ai surtout compris que mon rôle se limiterait à avoir suscité ce désir de film. Concernant d'éventuels droits, je conviens oralement, avec Stéphane Brizé et Christophe Rossignon, le producteur, que si un ou plusieurs éléments narratifs de mon film seraient réexploités, il serait question d'un contrat en bonne et due forme. Finalement, la version finale du scénario n'en comportait aucun, donc pas de contrat. Je n'ai à ce jour pas encore vu le film mais je fais entièrement confiance à Stéphane Brizé, dont j'apprécie beaucoup le travail et pour lequel mon film aura juste été une source d'inspiration comme une autre.

Voilà donc l'explication de cette similitude. Je sors de cette petite expérience encore plus lucide sur le fonctionnement d'une partie de la production cinématographique française, où le court métrage d'un réalisateur anonyme peut devenir l''incident déclencheur' d'un projet ambitieux et très visible... mais se passant de ce réalisateur anonyme (La Loi du marché?).

Je garde néanmoins la fierté d'avoir incité, par mon travail, d'autres artistes à traiter d'une certaine réalité sociale que je côtoie quotidiennement. J'en sors convaincu que ce que j'ai à défendre dans mes projets de cinéma fait sens dans notre société et je suis donc d'autant plus déterminé à me battre pour qu'Hors-jeu, mon projet de premier long métrage, puisse exister sur les écrans."

On soulignera la non-agressivité de ce cinéaste qui semble ne pas vouloir entamer une guerre. Ci-dessous le court métrage en question de Patrice Deboosère :

Lundi CDI, court métrage de Patrice Deboosère

Le réalisateur Stéphane Brizé n'a pas caché s'être inspiré de ce court métrage pour La Loi du marché et remercie son réalisateur dans son générique de fin, en faisant une faute à son prénom toutefois, précise Slate.fr. Interrogé par ce même site, Stéphane Brizé répond :

"Moi je vois le court Lundi CDI et je dis immédiatement à Vincent que je ne développerai pas cette histoire-là, pour moi, ça ne tient qu'en court. (...) Un personnage d'agent de sécurité, c'est comme un personnage de policier, ce n'est pas une idée qui appartient à quelqu'un. (...) Chez moi, l'enjeu dramatique, c'est quelqu'un au chômage qui se retrouve avec un emploi et un dilemme moral : est-on prêt à tout pour garder son emploi ? (...) Mais immédiatement, j'appelle Patrick [sic] Deboosère, (...) mais son histoire n'a rien à voir avec mon histoire. Il me dit : 'Vous me promettez que vous ne récupérez pas l'idée principale ?' Je lui ai dit : 'Si on prend quoi que ce soit on vous paiera.' Et je lui ai dit : 'Vous êtes bien d'accord que vous n'avez pas inventé la figure de l'agent de sécurité.' Il m'a dit : 'Bien sûr, pas de souci.' Et finalement, nous n'avons rien repris."

La distinction entre les notions d'inspiration et de plagiat est subtile. Mais les deux réalisateurs peuvent tomber d'accord sur un point : La Loi du marché et ses 500 000 spectateurs ont braqué les projecteurs sur une question sociale essentielle, preuve que le sujet, aussi austère soit-il, peut déplacer les foules.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel