Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

1789, les Amants de la Bastille : Albert Cohen revient sur ''le cauchemar''

16 photos
Lancer le diaporama
Albert Cohen revient sur le drame qui a frappé le spectacle 1789, les amants de la Bastille, le 8 novembre 2013, dans un entretien vidéo accordé au Parisien, le 3 février 2014

Le 8 novembre dernier, le spectacle 1789, les Amants de la Bastille vivait une tragédie. Une explosion accidentelle provoquait la mort du directeur technique du spectacle. Après un mois de représentations pleines d'émotions, le producteur Albert Cohen revient sur ce terrible moment.

C'est au Parisien qu'il s'est confié sur cet enchaînement malheureux qui a provoqué la mort de Marcus Toledano. Il revient ainsi sur l'accident en lui-même, qu'il qualifie de "cauchemar", un "concours de circonstances exceptionnel" : le court-circuit d'une meuleuse a provoqué une réaction en chaîne menant à l'explosion d'un local contenant la poudre pour les effets pyrotechniques du spectacle, et provoquant la mort du directeur technique.

Pourtant, le producteur l'assure, les conditions de sécurité étaient "parfaitement respectées", et l'enquête devra déterminer avec précision ce qui s'est réellement passé ce soir-là et apporter les réponses claires qu'attend la troupe du spectacle.

Si le lendemain, Albert Cohen et Dove Attia apparaissaient émus aux larmes, la décision de reprendre le spectacle avait rapidement été prise. "On s'est mis tous ensemble avec un seul objectif en tête, reprendre le spectacle. C'était vraiment la condition sine qua non pour nous. On dit banalement dans notre métier, 'show must go on'. Quand on vit ce genre d'expérience, on sait à quel point cette phrase est vraie", explique-t-il encore au Parisien avant d'ajouter : "Notre obsession numéro un, c'était de remettre le spectacle en ordre de marche."

Un mois de représentation où l'émotion était palpable, aussi bien dans les coulisses que dans la salle : "Un mois de représentations exceptionnelles, d'émotion, aussi bien dans la salle que derrière, sur le plateau derrière, et 1789 restera un souvenir très fort."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image