Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Bradley Cooper : Comment la série Alias a failli briser sa carrière

Bradley Cooper a souvent fait les couvertures des éditions du monde entier du magazine GQ. Parce qu'il est l'un des gentlemen sex symbols d'Hollywood et qu'il possède comme chaque homme ses fêlures. Rayonnant sur le papier glacé du GQ américain du mois de janvier, l'acteur nommé aux Oscars (Happiness Therapy) se livre comme jamais.

En tournage d'un film encore sans titre sur l'archipel d'Hawaï, sous la direction de Cameron Crowe et avec Emma Stone et Bill Murray, Bradley Cooper a choisi un cadre idéal pour faire son interview-confession à GQ. Le comédien originaire de Philadelphia revient sur son chemin pavé d'embûches vers Hollywood. Après une enfance heureuse, lorsqu'il se lance dans sa carrière d'acteur, d'abord à New York, puis en Californie, les choses sont parfois difficiles.

Dans son parcours, la série Alias tient une place particulière. Car si elle lui permet de devenir de plus en plus connu aux côtés de l'héroïne Jennifer Garner, le show a bien failli gâcher sa carrière avant même qu'elle ne décolle vraiment. Son personnage, plein de promesses au début, devient de moins en moins important à mesure que les saisons avancent : "Je travaillais seulement trois jours par semaine. Et lors de la deuxième saison, j'étais encore plus mis de côté. [...] Je me disais, 'je vais me tirer une balle moi-même'." Allant à l'encontre des conseils de tous, et alors même qu'il n'avait aucun autre projet en vue, il demande à ce que son personnage disparaisse du scénario : "J.J. [Abrams] a dit : 'D'accord'. Il m'aurait certainement viré de toute façon."

Bradley Cooper a également connu des problèmes avec l'alcool et la drogue. En 2012, il avait déjà déclaré au Hollywood Reporter : "Je ne bois plus et je ne prends plus de drogue." Il a tout stoppé à 29 ans : "Être sobre a été une sacrée affaire." Pour GQ, il précise : "En continuant, je sabotais vraiment toute ma vie." Si cela ne l'a jamais empêché d'arriver à l'heure sur les tournages, ses addictions ont forcément eu une influence sur son travail, il les considère d'ailleurs comme une expérience de vie. Après être devenu sobre, il a accepté les rôles qu'on lui proposait et se satisfaisait d'avoir du travail, comme ce passage dans six épisodes de Nip/Tuck. Le boulot n'était pas toujours formidable, mais il était constant. Et il se réjouit de sa sobriété retrouvée : "À ce moment-là, je fais des films, je rencontre Sandra Bullock [All About Steve, NDLR] et je vois des gens, je travaille avec eux. Je suis sobre et je me dit : 'Oh, je suis moi-même et ces personnes veulent toujours travailler avec moi.' Je me redécouvrais moi-même au travail et c'était génial."

Retrouvant David O. Russell pour American Bluff après Happiness Therapy, Bradley Cooper promet de faire de nouveau sensation avec ce long métrage dans lequel il partage la vedette avec Jennifer Lawrence, Christian Bale et Amy Adams. Le chemin vers la gloire n'était pas tout tracé, mais Bradley ne peut le nier maintenant, c'est une star.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel