Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Brigitte Macron affronte le froid en rose fuchsia pour des Détenues saisissantes

Brigitte Macron affronte le froid en rose fuchsia pour des Détenues saisissantes
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
Elle a assisté à l'inauguration de l'exposition de Bettina Rheims.

De retour en France après son séjour officiel au Sénégal en compagnie du président de la République, Brigitte Macron s'est rendue quelques jours après, le 8 février, au vernissage de l'exposition "Détenues" de la photographe Bettina Rheims au château de Vincennes. Femme engagée et amatrice d'arts, la first lady a pu conjuguer des sujets qui la passionnent en admirant le travail de l'artiste qui a mis en lumière des femmes "à l'ombre" et oeuvre ainsi pour la représentation de la féminité dans le milieu carcéral.

Affrontant le froid francilien en ce mois de février à l'aide notamment d'une écharpe rose fuchsia de sa maison tant aimée, Louis Vuitton, la toujours stylée Brigitte Macron a célébré le travail de la passionnante Bettina Rheims. Détenues, un livre publié chez Gallimard et une exposition éponyme, est le fruit d'un travail en profondeur mené depuis 2015 par l'artiste, comme l'écrit Le Figaro.

"En 2015, la photographe a choisi d'écouter le père qu'elle n'a pas eu, Robert Badinter. Le premier à lui avoir dit de s'intéresser aux femmes en prison. Avec assez d'autorité pour que, passé les échanges de mails, les visites, les autorisations des juges, celles des directeurs une histoire se construise, dans quatre lieux de détention, Poitiers, Rennes, Roannes, Lyon-Corbas. Derrière les barreaux, Bettina Rheims a décidé 'd'essayer de réparer quelque chose d'une féminité perdue'. Pour tout dire sans rien montrer. Ni cellule ni uniforme. Juste, avec pour tout élément de décor, un tabouret invisible sur lequel les corps se redressent, s'affaissent", écrit Le Figaro.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image