Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
NEWSLETTER

Kim Kardashian braquée à Paris : Elle a eu peur d'être violée par ses agresseurs

Kim Kardashian braquée à Paris : Elle a eu peur d'être violée par ses agresseurs
Kim Kardashian arrive à son appartement à New York le 3 octobre 2016. Elle est de retour de Paris où elle a été agressée et détroussée de 10 millions de dollars. Elle a quitté Paris en jet privé le 3 octobre au matin accompagnée de sa mère Kris Jenner. Son mari Kanye West est venu la chercher à l'aéroport Teterboro.
23 photos
Lancer le diaporama
Kim Kardashian arrive à son appartement à New York le 3 octobre 2016. Elle est de retour de Paris où elle a été agressée et détroussée de 10 millions de dollars. Elle a quitté Paris en jet privé le 3 octobre au matin accompagnée de sa mère Kris Jenner. Son mari Kanye West est venu la chercher à l'aéroport Teterboro.
Nouvelles révélations glaçantes autour de son agression.

Nouveaux détails glaçants sur la nuit de terreur qu'a vécue Kim Kardashian le 3 octobre à Paris. Agressée aux alentours de 2h30 par cinq hommes armés qui s'étaient déguisés en faux policiers et qui se sont introduits dans sa résidence privée située dans le 8e arrondissement de la capitale, la star de télé-réalité est "très sonnée mais physiquement indemne", comme le dévoilait lundi sa porte-parole.

Détroussée d'environ 10 millions de dollars de bijoux, la bimbo de 35 ans a été entendue par la police quelques heures après son agression avant de rejoindre l'aéroport du Bourget et d'embarquer à bord de son jet privé, direction les États-Unis. Accueillie à New York comme un chef d'État (entre quinze et vingt gardes du corps l'accompagnaient dans un cortège de dix véhicules), la célèbre brunette a retrouvé son époux, le rappeur Kanye West, ainsi que ses amis proches. À l'heure actuelle, la famille reste barricadée dans son appartement de Manhattan, fuyant soigneusement les médias.

Alors que Yeezy a annoncé la reprogrammation de ses deux prochains concerts au mois de décembre, que Kourtney Kardashian est rentrée lundi à Los Angeles et que Kris Jenner est restée au côté de Kim K à New York, de nouvelles révélations sur l'agression ont été livrées auprès du site TMZ. Selon l'entourage la star, cette dernière a été sortie du lit par ses agresseurs, alors qu'elle était simplement vêtue d'un "peignoir". "Elle pensait qu'ils allaient la violer (...) elle était allongée sur son lit lorsqu'elle a entendu des bruits de pas monter dans les escaliers", écrivent nos confrères.

En panique, elle tente de joindre son garde du corps mais se fait prendre son téléphone des mains

Kim Kardashian aurait vu "au moins un homme masqué et un autre portant une casquette de policier, à travers une porte coulissante". Comprenant que quelque chose de grave était en train de se passer, la maman de North (3 ans) et Saint (9 mois) aurait alors tenté de contacter son garde du corps, Pascal Duvier, qui se trouvait à ce moment-là au club L'Arc avec Kourtney Kardashian. "Avant qu'elle ait pu finir de composer le numéro [de Pascal], un des hommes lui a pris le téléphone des mains. Ils les ont attachées avec des menottes en plastique et l'ont bâillonnée avec du scotch. Un des hommes l'a attrapée par la cheville... Kim a dit aux policiers qu'elle a cru qu'elle se allait se faire violer. Les cambrioleurs ont scotché ses chevilles, l'ont portée et l'ont mise dans la baignoire. Elle a ensuite commencé à crier... en les suppliant de ne pas la tuer parce qu'elle avait des bébés. Elle a continué en disant qu'elle avait de l'argent et qu'ils pouvaient prendre ce qu'ils voulaient", poursuit TMZ.

Tout au long de l'agression et du braquage, qui a duré au total une demi-heure, les assaillants ont fouillé l'appartement de fond en comble pour récupérer le plus de bijoux possible. "Les cambrioleurs ne parlaient pas un mot d'anglais et communiquaient seulement en français. La seule chose que Kim a comprise, c'est qu'ils répétaient 'bague, bague'. Kim savait ce qu'ils cherchaient, la nouvelle bague que Kanye venait de lui offrir. Elle leur a indiqué où elle se trouvait dans l'appartement, mais ce n'était pas fini. Kim a continué de les supplier en pleurant (...). Une amie de Kim, [la styliste Simone Harouche, NDLR], était aussi dans l'appartement en train de dormir dans la chambre du bas. Elle a entendu toute l'agitation, s'est enfermée dans la salle de bain et a appelé Pascal, le garde du corps, et Kourtney... En leur disant qu'il fallait se dépêcher de rentrer parce que quelque chose de terriblement mauvais était en train de se passer. Pascal est arrivé dans l'appartement deux minutes après le départ des cambrioleurs", conclut TMZ.

Y a-t-il une taupe dans l'entourage de Kim K ?

Une enquête a été ouverte par la brigade de répression du banditisme. D'habitude toujours entourée de son garde du corps, Kim Kardashian avait envoyé Pascal Duvier avec "l'une de ses soeurs, partie s'amuser en boîte de nuit", relève Le Parisien ce 4 octobre. "Ce constat laisse à penser que les braqueurs avaient été rencardés par quelqu'un présent dans son entourage depuis son arrivée à Paris", glisse un haut fonctionnaire contacté par le journal. "Selon les premières descriptions, les auteurs semblaient plutôt âgés et d'origine européenne. Il peut s'agir de vieux de la vieille qui ont eu un bon tuyau..." Kim Kardashian aurait-elle été trahie par l'un de ses proches ? Une chose est sûre, la possibilité d'écouler de tels bijoux n'est pas une mince affaire. "Ça va être très, très dur de refourguer le diamant serti sur la bague de mariage de Kim Kardashian. Même retaillé, personne ne voudra prendre le risque de le revendre. Ou alors, les voleurs vont devoir le brader..."

S.L.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image