Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Le prince Andrew "déplore" l'affaire Epstein, une enquête ouverte en France

Le prince Andrew "déplore" l'affaire Epstein, une enquête ouverte en France
Par Rachel Henry Rédactrice
Née à Londres, non loin de Kensington, elle démêle le vrai du faux sur la famille royale britannique, mais pas seulement. La reine Maxima des Pays-Bas, la reine Letizia d'Espagne et la princesse Victoria de Suède sont aussi ses copines. Quand les têtes couronnées ne sont pas de sortie, Rachel patiente en décryptant volontiers les tapis rouges, les premiers rangs des défilés.
Le prince Andrew assiste à la course de chevaux King George à Ascot - Ascot le 27 juillet 2019.
22 photos
Lancer le diaporama
Le prince Andrew assiste à la course de chevaux King George à Ascot - Ascot le 27 juillet 2019.
Une nouvelle fois, le duc d'York affirme n'avoir jamais pris part au réseau d'esclaves sexuelles de l'Américain Jeffrey Epstein, qui s'est récemment suicidé en prison. Tandis que le prince Andrew nie son implication, le parquet de Paris vient d'ouvrir une enquête.

Le fils de la reine Elizabeth continue de nier en bloc. Ce 24 août 2019, alors que l'affaire Jeffrey Epstein fait la Une de l'actualité outre-Atlantique, le prince Andrew a publié un nouveau communiqué dans lequel il dément avoir pris part au vaste réseau d'exploitation sexuelle de jeunes filles dirigé par le financier américain et sa prétendue acolyte Ghislaine Maxwell. Arrêté au début de l'été, le millionnaire s'est suicidé dans sa cellule de la prison de Manhattan le 10 août dernier.

Dans la déclaration du palais de Buckingham, relayée par l'AFP, le Britannique de 59 ans mis en cause par la presse britannique affirme n'avoir jamais "vu" ou "soupçonné" d'abus sexuels de la part de son ami. Le duc d'York explique avoir rencontré Jeffrey Epstein en 1999 et l'avoir vu par la suite de "manière irrégulière et probablement pas plus d'une fois ou deux par an", indiquant également avoir séjourné dans "plusieurs de ses résidences". Il réaffirme aussi son "regret" de l'avoir revu après sa libération en 2010. Celui-ci avait purgé une peine de prison après avoir été condamné en 2008 pour avoir conduit des jeunes filles à se prostituer en Floride.

Jeffrey Epstein avait été de nouveau arrêté et inculpé début juillet pour avoir organisé, pendant plusieurs années, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles sous son emprise, avec lesquelles il avait des rapports sexuels dans ses nombreuses propriétés, notamment à Manhattan et en Floride. "Je déplore l'exploitation de tout être humain et ne tolérerais pas, ne participerais pas, ni n'encouragerais un tel comportement", ajoute le prince Andrew.

Pourtant, comme le rapporte le Daily Mail, un ancien officier de police affirme que Ghislaine Maxwell, présumé bras droit de Jeffrey Epstein, a effectué plusieurs visites secrètes au palais de Buckingham entre la fin des années 1990 et début 2000. A plusieurs reprises, elle aurait fait le déplacement avec d'autres femmes qui ne signaient pas le registre des visites. Virginia Giuffre, une des principales plaignantes de l'affaire Epstein, a par ailleurs affirmé avoir été forcée à avoir des rapports sexuels à trois reprises avec le prince Andrew. Une accusation que l'ex-mari de Sarah Ferguson nie.

Des victimes françaises ?

Vendredi, un mois après avoir été alerté sur de potentielles victimes françaises, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "viols" et "agressions sexuelles", notamment sur mineures. Comme le rapporte l'AFP, les investigations devront permettre de "mettre au jour d'éventuelles infractions commises non seulement sur le territoire national, mais aussi à l'étranger au préjudice de victimes françaises" ainsi que d'éventuels "auteurs de nationalité française", a expliqué dans un communiqué le procureur de Paris, Rémy Heitz.

L'association Innocence en danger, qui a transmis un signalement au parquet dès fin juillet, affirme avoir reçu dix témoignages émanant principalement de victimes d'actes "commis sur le sol français" en lien avec le multimillionnaire qui possédait un appartement à Paris. Dans un témoignage datant de 2011, récemment rendu public aux Etats-Unis, une plaignante accusait déjà Jeffrey Epstein d'avoir abusé de très jeunes Françaises qui lui avaient été envoyées comme "cadeau d'anniversaire surprise". Elle assurait également que ces jeunes filles avaient été envoyées outre-Atlantique par un ancien proche d'Epstein, le Français Jean-Luc Brunel.

Fondateur des agences de mannequins Karin Models et MC2 Model Management, Jean-Luc Brunel était apparu dès la première enquête ouverte aux Etats-Unis contre Epstein en 2007, au terme de laquelle le financier avait plaidé coupable de sollicitation de prostituées. Il avait alors écopé de 13 mois de prison. En 2015, alors en froid avec Epstein, M. Brunel avait annoncé des actions en France et aux Etats-Unis pour dénoncer ces "allégations" mais aucune de ces procédures n'a prospéré. Aujourd'hui disparu des radars, le septuagénaire a toutefois été aperçu début juillet dans une soirée huppée près de Paris.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image