Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Les Clodettes en colère : Les danseuses de Claude François bredouilles

Les Clodettes en colère : Les danseuses de Claude François bredouilles
Par Sandra Ratesson Chef de rubrique médias
A bientôt 38 ans, Sandra Ratesson en a vu défiler des émissions de télévision, des animateurs et des candidats de télé-réalité. Membre de la génération Club Dorothée, elle a vu l’apparition mais aussi l’extinction de nombreux programmes. La scène du rapprochement physique entre Loana et Jean-Edouard dans la piscine de Loft Story, elle l’a vu en direct grâce à un abonnement ADSL d’époque.

Avec leurs chorégraphies endiablées et leurs costumes pailletés, les Clodettes font partie intégrante de la légende Claude François et ça, elles le savent très bien. C'est pourquoi trente-cinq ans après la mort du chanteur, ces dernières, devenues professeur de danse, directrice commerciale, gérante de restaurant ou encore retraitée, ont assigné, en février 2012, la société Spedidam (qui s'occupe de la distribution des droits des artistes-interprètes de la musique et de la danse) pour la diffusion d'images de leurs célèbres chorégraphies.

C'est Lydia Laval (63 ans), Clodette de 1970 à 1976, qui menait l'insurrection. "On est toujours dans l'actualité et la Spedidam a collecté de l'argent avec la variété sans nous le reverser. On se fait avoir", déclarait-elle il y a peu. Concrètement, les danseuses qui disaient avoir travaillé entre 5 et 10 ans pour Claude François, se plaignaient de n'avoir touché que 100 à 300 euros de droits par an depuis 2010 et, selon leur avocat, Spedidam n'aurait fait aucun effort afin d'identifier les participations des Clodettes aux enregistrements télévisés. Ce à quoi l'avocat de la société, Me Isabelle Wekstein, avait répondu : "Pour répartir équitablement les droits, il faut pouvoir identifier les participations aux émissions, ce qu'on a demandé à plusieurs reprises. Or certaines attestations de présence étaient incomplètes voire inexistantes."

Malheureusement pour elles, le tribunal de grande instance de Paris a débouté, jeudi 27 juin, les 12 Clodettes qui réclamaient 16 000 euros chacune de droits pour la diffusion d'images à la télévision ou en DVD de leurs chorégraphies endiablées. Les danseuses repartent donc bredouilles !

Sarah Rahimipour

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image