Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Naomi Watts et Robin Wright : Des ''Perfect Mothers'' cougars et magnétiques

7 photos
Lancer le diaporama

Fallait-il être parfait(e) pour remporter la terrible bataille des premières séances parisiennes qui donnent le ton de son futur box-office ? Difficile, tant la perfection est multiple en ce mercredi 3 avril. Bien sûr, les sublimes Naomi Watts et Robin Wright ont donné le ton et charmé majoritairement, se posant comme les seuls êtres à permettre à une oeuvre cinématographique de dépasser la fameuse barre des 1000 entrées. Mais pas seulement. La retraite parfaite (Quartet), l'enquête parfaite (Effets Secondaires), les retrouvailles parfaites (Amour & Turbulences) ou bien le parfait mystère (11.6).

Quoi qu'il en soit, la parfaite entrée dans ce box-office français sera opérée par Perfect Mothers, le drame d'Anne Fontaine, adaptation du best-seller Grands-mères de Doris Lessing, prix Nobel de littérature en 2007. Deux femmes, amies dans la vie, deviennent par les sentiments des femmes cougars qui en pincent pour le fils de l'autre. Sans jugement de valeur, avec autant de sensualité que de charmes sulfureux, les deux superbes quadragénaires ont illuminé l'écran et attiré par moins de 1153 spectateurs dès les premières séances. Perfect Mothers fait le combo "parfait", avec également la meilleure moyenne d'entrées par copie, avec un beau 61.

Il faut passer la barre des 1000 entrées pour y découvrir Quartet. Le deuxième long-métrage en tant que réalisateur de Dustin Hoffman suscite l'intérêt de 892 curieux, pour une ode à la retraite et à l'amitié intacte. Sur la troisième marche, Steven Soderbergh tire sa "révérence officielle" avec 876 entrées sur 19 écrans dans la capitale française. Pour le sombre Effets secondaires, le réalisateur de Magic Mike mène une enquête déroutante avec Jude Law et Rooney Mara comme acteurs principaux, entre thriller implacable et film de procès enivrant.

Quatrième et forcément déçu de ne pas avoir attiré plus de Parisiens, Amour & Turbulences pourra compter sur le public de province pour espérer glaner une place dans le top 3 des films de la semaine. Emmenée par Nicolas Bedos et Ludivine Sagnier, la comédie romantique engrange 814 entrées sur 14 salles. Un démarrage bien plus convaincant que 11.6, le thriller piloté par le toujours excellent François Cluzet. Dans la peau de Toni Musulin, Cluzet aura braqué 588 spectateurs en salles, soit 33 entrées en moyenne par copie.

Comme une Lisbeth Salander (l'héroïne de Millenium) peut en cacher une autre, Rooney Mara se retrouve par le fruit du hasard opposée à Noomi Rapace. De nouveau à l'affiche d'un thriller sur fond de vengeance, elle donne la réplique à Colin Farrell dans Dead Man Down et suscite l'intérêt de 503 spectateurs.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image