Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Nicolas Sarkozy: Il avait joué la carte des artistes... là, c'est la débandade !

Gilbert Montagné est allé jusqu'à prendre des responasabilités au sein de l'UMP jusqu'à se rendre compte qu'il faisait aussi bien sans. (Ici à Paris, le 29 avril 2007)
15 photos
Lancer le diaporama
Gilbert Montagné est allé jusqu'à prendre des responasabilités au sein de l'UMP jusqu'à se rendre compte qu'il faisait aussi bien sans. (Ici à Paris, le 29 avril 2007)

Dans un an se tiendront les élections présidentielles. Alors que la gauche vient de boucler son programme et bouillonne à l'approche de ses primaires, à droite, le chef de l'État voit la presse politique envisager de plus en plus lourdement sa défaite et l'importance de ses soutiens people fondre comme neige au soleil du Cap Nègre.

C'est le constat qu'a fait la semaine dernière Vanessa Schneider dans un excellent article dans Marianne. La journaliste remarque que ces derniers mois, quelques personnalités phares de l'entourage du président comme Johnny Hallyday, Patrick Bruel et Michel Sardou se sont désolidarisés du président, ou du moins, ont exprimé de grandes réserves.

Patrick Bruel : À l'affiche de la pièce Le Prénom, multi-nominée aux prochains Molières, l'acteur et chanteur rencontre les lecteurs du Parisien en février. Lorsque la question politique arrive dans la discussion, celui qui reconnaît avoir voté Sarkozy en 2007 n'y va pas avec le dos de la cuillère : "En 2007, Ségolène Royal ne me semblait pas à la hauteur. J'étais convaincu que Sarkozy pouvait faire les choses qu'il avait annoncées. Je ne peux pas douter de sa bonne volonté, mais il y a eu cette crise qui est venue tout fracasser (...) Pour 2012, je pense que Dominique Strauss-Kahn est celui qui peut rassembler la gauche. Si ce n'est pas lui, peut-être François Hollande." Selon Marianne, le chef de l'Etat serait aux cent coups depuis cette interview.

Michel Sardou : Réputé pour être un chanteur de droite, Sardou a bien fait comprendre qu'il n'était pas pour autant sarkozyste. En mai 2010, Le Parisien l'interrogeait sur son nouvel album, plus tendre, moins politique. Le chanteur se fait très clair quant à la déception que lui inspire le président : "J'y ai cru, mais je n'y crois plus. Quand on vous promet quatorze réformes et que l'on n'en fait pas une... Je suis déçu. Mais je ne veux pas parler de politique. Ne m'emmerdez pas avec ça ! Je ne suis pas un proche de Sarkozy."

Johnny Hallyday : Le Taulier et son épouse Laeticia avaient l'honneur d'être invités à la petite sauterie de la victoire au Fouquet's le soir du 7 mai 2007, et Johnny l'avait même accompagné à Marseille en septembre 2006, quand Sarko était en campagne. Trois ans plus tard, l'ambiance s'est refroidie entre Johnny et le président. Alors que le couple présidentiel avait dîné à Marnes-La-Coquette chez les Hallyday, que le couple était invité à l'anniversaire du président chez Carla en 2008 (anniversaire auquel Sardou - pas proche, Michel ? - était également présent !), lorsque le Taulier rencontre les lecteurs du Parisien en mars 2011, Johnny assure "ne pas savoir pour qui" il va voter et qu'il le fera pour quelqu'un de bien pour la France, et "pas par amitié". Rude ! Une réponse à voir en vidéo, en cliquant ici. Il se dit qu'un froid se serait installé entre les deux couples pendant le Tour 66. Nicolas et Carla ne sont pas venus voir Johnny sur scène...

Faudel : Le petit prince du raï a lui vécu une véritable descente aux enfers à cause de son engagement auprès du président. Il a aujourd'hui le sentiment d'avoir été "l'arabe de service". Dans Le Parisien en janvier 2010 : "Tu compares les discours et les actes. Et là, j'ai eu l'impression que l'on m'avait pris pour un bon client, symbole de réussite, issu de l'immigration et venant d'un quartier populaire." Quant au débat sur l'identité nationale, Faudel le trouve tout bonnement "inadmissible".

Jean-Marie Bigard : Idem pour l'humoriste qui dit s'être fait "happer" par Nicolas Sarkozy. En décembre dernier, dans VSD, Bigard raconte : "J'ai demandé un service [à Sarkozy, ndr] : aider des petites gens à obtenir leurs papiers pour travailler, service qu'il m'a rendu immédiatement. J'étais redevable. On n'en veut pas à Johnny d'être le copain de Sarkozy, mais quand un humoriste s'affiche comme je l'ai fait, on le lui reproche. Ça m'a coûté cher, et ça a même troublé mon image." Bigard avait accompagné Sarkozy lors d'une visite au Vatican en décembre 2007, et avait été brocardé pour cela par la presse.

Gilbert Montagné : Il est celui qui s'est le plus engagé, prenant même un poste de secrétaire national chargé du handicap à l'UMP. En février 2011, le chanteur annonce avoir démissionné, et pour cause : "J'ai découvert que je faisais aussi bien pour les handicapés depuis le début de ma carrière et que je n'avais pas besoin de titre pour cela." Marianne évoque ces mauvaises langues qui disent que son engagement pour Sarkozy lui coûtait des ventes d'albums.

Les fidèles : Heureusement pour le président, il pourra toujours compter sur la voix de quelques artistes qui lui sont fidèles : Mireille Mathieu semble toujours aussi proche de lui, Doc Gyneco ne regrette même pas de devoir pointer au Pôle emploi et sous-entend qu'il pourrait se lancer auprès du président, quant à Enrico Macias, il assume tout. Le 7 mars dernier dans Le Parisien, le chanteur déclarait que "Nicolas Sarkozy est un grand président", qu'il "aime" et qu'il est "content d'être son ami". Ce qui ne l'empêche pas de regretter le "débat sur l'identité nationale" et l"histoire des Roms".

Enfin, et ce n'est pas à négliger, Carla Bruni-Sarkozy est sortie de sa réserve, quant à ses convictions politiques. Artiste que l'on classait plutôt à gauche, l'épouse du président a évacué, une bonne fois pour toute, cette zone de flou : "J'ai fait partie d'une communauté d'artistes. On était bobo, on était de gauche, mais, à ce moment-là, je votais en Italie. Je n'ai jamais voté pour la gauche en France, et je vais vous dire, ce n'est pas maintenant que je vais m'y mettre. Je ne me sens plus vraiment de gauche."

Aux États-Unis, Oprah Winfrey a appris aux dépens de ses chiffres d'audience que l'engagement politique peut coûter cher. Si sa situation est bien moins grave que celle des Faudel, Miss Dominique (beaucoup critiquée elle aussi) ou Doc Gynéco, dont la carrière a pris un gros coup de frein après leur engagement pour Sarkozy, Oprah a décidé de ne soutenir Barack Obama que très discrètement lors des élections américaines de 2012.

Impopulaire dans les sondages, décrié pour ses décisions comme l'identité nationale ou les Roms tout particulièrement, certains artistes préfèrent rester discrets quant à leur engagement pour Nicolas Sarkozy. S'il est réélu, qui viendra chanter sa victoire place de la Concorde ?

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Blake Lively se moque de Ryan Reynolds le jour de son anniversaire (23 octobre 2020).
Blake Lively se moque de Ryan Reynolds le jour de son anniversaire (23 octobre 2020).
Stéphanie Clerbois, atteinte du covid-19.
Stéphanie Clerbois, atteinte du covid-19.
Stéphanie Clerbois, atteinte du covid-19.
Stéphanie Clerbois, atteinte du covid-19.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image