Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Rofrane Bambara (Familles nombreuses), un de ses quadruplés refoulé de son école : excédée, elle révèle la raison

Rofrane Bambara (Familles nombreuses), un de ses quadruplés refoulé de son école : excédée, elle révèle la raison
Par Liane Lazaar Rédactrice
Liane Lazaar est rédactrice web rattachée au pôle TV de Purepeople.com. Elle connaît autant le parcours de Jean-Pierre Pernaut sur TF1 que les derniers rebondissements des candidats de télé-réalité et a un goût prononcé pour les histoires de coeur.
14 photos
Rofrane Bambara était passablement agacée dans la journée de mercredi 25 mai 2022. La candidate de "Familles nombreuses" a vécu une expérience très désagréable à l'école de ses quadruplés. En story Instagram, elle a confié qu'un de ses enfants avait tout bonnement été refoulé de sa classe...

Si les téléspectateurs ne devraient plus voir la famille Bambara à l'antenne dans Familles nombreuses, la vie en XXL, ils peuvent toujours suivre son quotidien sur les réseaux sociaux de la maman Rofrane. Mercredi 25 mai 2022, ses abonnés ont justement pu être au fait d'une sacrée histoire.

En effet, Rofrane Bambara s'est saisie de sa story Instagram pour raconter sa dernière mésaventure survenue à l'école de ses quadruplés Hajar, Noor, Kheïry et Chemsy (4 ans). "J'ai déposé mes quatre enfants à l'école et en ressortant, on voit que Kheïry attend tout seul devant le portail, son ATSM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles, ndlr) qui vadrouille, d'autres personnes de l'école qui vadrouillent, alors qu'on l'avait bien déposé dans sa classe, avec sa maîtresse et les autres enfants. Donc déjà à partir de là, ça m'a gavé un petit peu", a-t-elle expliqué.

Rofrane a donc demandé des explications à l'ATSM, laquelle lui a fait comprendre qu'elle ne pouvait pas s'en occuper, étant déjà occupée à d'autres tâches. "Donc je comprends qu'elle n'est pas du tout dans l'optique de prendre en charge mon fils et que ça se passera comme ça. Alors, c'est moi qui ait fait un aller-retour dans la classe pour voir si la maîtresse pouvait accueillir mon fils. Je m'aperçois qu'elle n'en a rien à carrer", a-t-elle continué. Les choses ont pris une tournure plus désagréable lorsque Rofrane a vu l'ATSM s'en aller sans lui dire un mot. Le ton est ensuite monté entre la candidate et la membre du corps enseignant. "À partir de ce moment-là, j'ai récupéré tout le monde et on est allé au rectorat. Il faut savoir que les enseignants choisissent qui il y a dans leur classe et en l'occurrence, ils ont refusé deux de nos enfants parce qu'on est des gens de télé-réalité", a révélé la maman.

J'ai bien pleuré

Comme elle l'a assuré, des démarches sont désormais en cours pour remédier à la situation mais cela n'empêche pas Rofrane de dénoncer "une zone de non-droit". "On est en France, l'enseignement est accessible à tous. Quand on est enseignant, on ne choisit pas un élève pour sa tête, pour ses croyances ou pour n'importe quoi et encore moins car ces personnes ont choisi de faire de la télé. À partir du moment où deux enseignants refusent des enfants dans leur classe, vous êtes hors-la-loi !", a-t-elle rappelé.

Cette mésaventure était d'autant plus difficile à vivre pour la jolie brune qu'il s'agissait du jour du carnaval de l'école. Les quadruplés n'ont donc pas pu y assister. "Je trouve ça inhumain alors qu'en plus mes enfants ne sont pris qu'une demi-journée, on a accepté, c'est comme ça. Et là ils sont restés même pas 30 minutes en classe avec leurs déguisements. Ça m'a vraiment fait mal au coeur. Hier, je ne voulais pas faire de stories car j'étais à fleur de peau, j'ai bien pleuré. Qu'on prive mes enfants d'une scolarité normale, ça ne passe pas", s'est-elle désolée.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image