Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Stéphane Guillon, chahuté par Audrey Pulvar, met fort en doute son impartialité

6 photos
Lancer le diaporama
Ce samedi 17 mars, On n'est pas couché voyait le retour d'Eric Zemmour. Pour la première fois, face à Laurent Ruquier, il n'était pas dans le siège inconfortable du chroniqueur mais dans celui de l'invité, prêt à écouter les remarques plus ou moins pertinentes des nouvelles polémistes de l'émission, Audrey Pulvar et Natacha Polony. Le clash n'a finalement pas eu lieu, bien au contraire, il a été relativement adoubé par les deux femmes et les invités présents sur le plateau. C'est sur Stéphane Guillon que se sont concentrées les attaques des deux journalistes, enfin plus particuliérement celles d'Audrey Pulvar...

Les hostilités ont démarré quand, lors de son monologue d'ouverture, Stéphane Guillon, dont la couleur politique est pourtant la même que celle du compagnon d'Audrey Pulvar, a reproché à cette dernière de faire deux poids deux mesures face aux invités qu'elle reçoit en plateau : "Ceux qui ont la carte, et ceux qui ne l'ont pas." Comprenez, la carte du Parti Socialiste, dont le compagnon de Pulvar, Arnaud Montebourg, est le secrétaire national. L'humoriste, venu présenter son livre Je me suis bien amusé, merci (éditions du Seuil), qui s'est vu reprocher par Pulvar de ne même pas la regarder dans les yeux quand il l'attaque, a aussitôt répliqué : "J'ai déjà une très très jolie femme à côté de moi, ça me suffit", faisant référence à Muriel Cousin, sa femme, co-auteure de l'ouvrage, présente en plateau.

Lors de son passage sur le fauteuil de l'interview, la situation s'est envenimée entre Pulvar et Guillon... La première en veut notamment au second de la façon dont il qualifie dans son ouvrage la matinale de France Inter depuis son éviction par la direction nommée indirectement par Nicolas Sarkozy : "Un peu de respect pour vos confrères matinaliers de France Inter. Vous dîtes qu'il ne se passe rien, que si on veut une notion d'ennui, il faut aller à la rédaction de France Inter à 2h du matin."

Audrey Pulvar se sent, bien entendu, directement visée puisqu'elle présente une chronique tous les matins peu avant 8h sur l'antenne du groupe Radio France.

Pour Stéphane Guillon, cette attaque est symptomatique de ce qu'il dénonçait plus tôt dans l'émission : "Ça se voit trop quand vous n'aimez pas quelqu'un, c'est ce que je voulais dire par la carte ou pas la carte. (...) La seule fois où j'ai été du côté de Jean-François Copé de toute ma vie, c'est quand il était en face de vous (la semaine dernière, NDLR). Ça se voyait tellement que vous vouliez vous le faire que vous avez perdu de votre force !"

Pour réfuter les attaques dont son livre fait l'objet, Stéphane Guillon n'est pas venu les mains vides. Il sort de sa poche une lettre signée de la main de Nicolas Demorand, directeur de la rédaction du quotidien Libération - pour lequel Guillon signe une chronique hebdomadaire -, qui qualifie le fameux livre de "document exceptionnel et unique sur le fonctionnement quotidien d'un grand média". Demorand promet également d'enseigner le livre de l'humoriste et chroniqueur en école de journalisme pour donner aux élèves une notion concrète des coulisses d'une rédaction.

Découvrez l'ensemble de l'échange entre Audrey Pulvar et Stéphane Guillon dans notre lecteur vidéo grâce à l'excellent résumé vidéo concocté par nos amis de PureMedias.com.

Joachim Ohnona
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image