Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Vincent Cassel : La première fois qu'il a pris des acides... face à son père

Vincent Cassel : La première fois qu'il a pris des acides... face à son père
Vincent Cassel - Photocall du film "Le monde est à toi" sur la plage de la Quinzaine des réalisateurs lors du 71ème Festival International du Film de Cannes le 12 mai 2018. © Giancarlo Gorassini/Bestimage
10 photos
Lancer le diaporama
Dans un face-à-face avec Raphaël Enthoven pour le magazine "L'Officiel", Vincent Cassel fait quelques confidences pour le moins étonnantes. Il évoque notamment son usage de la drogue mais aussi le souvenir son père...

Le 19 décembre, Vincent Cassel sera à l'affiche du film L'Empereur de Paris, dans lequel il reprend le costume de Vidocq devant Olga Kurylenko, Patrick Chesnais et Fabrice Luchini. Avant cela, l'acteur de 51 ans passe par la case médias pour en assurer la promotion. C'est en discutant de l'autodidacte et marginal Vidocq avec Raphaël Enthoven pour le magazine L'Officiel que Vincent Cassel s'est un peu lâché et a livré quelques confidences.

Il est notamment question de drogue. Si Vincent Cassel ne parle pas de son rapport aux drogues récréatives, il ne cache pas avoir un jour fait un trip sous ayahuasca, une puissante drogue hallucinogène. "Tu es réveillé mais la moindre oscillation de tes pensées ouvre la porte à des visions. C'est complètement flippant, pas du tout rigolo !", explique le comédien pour qui ce n'est "pas la drogue pour aller faire la fête". C'est en travaillant sur l'adaptation de Blueberry que la star a goûté à l'ayahuasca, au contact de chamans. "Mais depuis, non, je ne l'ai pas refait. Et l'idée de recommencer me fait même peur", assure-t-il.

Vincent Cassel explique aussi que l'usage de certaines drogues l'a fait réfléchir et poussé "à moins accepter les ordres". "C'est en prenant des acides que, pour la première fois, j'ai regardé mon père en me demandant : 'Mais qu'est-ce qu'il est en train de me raconter ?'", raconte le jeune marié et chéri de Tina Kunakey, trente ans de moins que lui.

De son père Jean-Pierre Cassel, dont il ne veut pas parler depuis sa mort en 2007, il en est pourtant question. Et la confidence est plus que touchante. "Mon père devait jouer dans Mesrine mais il est mort pendant le tournage, lâche-t-il. Il devait interpréter mon père, donc celui de mon personnage, atteint d'un cancer, tu imagines ? Je lui ai dit : 'Tu te sens capable de jouer ça ?' Il m'a répondu : 'Et comment !' Il pouvait être beaucoup plus cynique que les gens l'imaginent..." C'est Michel Duchaussoy qui incarnera finalement le père de Jacques Mesrine, rôle qui vaudra à Cassel le César du meilleur acteur.

Interview à retrouver en intégralité dans L'Officiel, numéro de novembre 2018.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image