Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Marine Le Pen en froid avec sa nièce Marion Maréchal : la guerre continue !

Marine Le Pen en froid avec sa nièce Marion Maréchal : la guerre continue !
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
11 photos
Après avoir annoncé son ralliement à Eric Zemmour, Marion Maréchal a provoqué une scission puissante avec Marine Le Pen en février dernier. Maintenant que les électeurs ont porté à la seconde place la cheffe du RN, loin devant le parti Reconquête, il n'est donc pas question pour la jeune femme de 32 ans de prétendre à un poste auprès de sa tante.

Lors de sa conférence de presse à Vernon dans l'Eure le 12 avril 2022 après le premier tour où elle a terminé deuxième avec 23,1% des voix, Marine Le Pen est revenue sur le gouvernement qu'elle composerait si elle était élue au second tour. La leader du Rassemblement national a affirmé qu'elle ne choisirait ni sa nièce Marion Maréchal, ni Eric Zemmour, figures du mouvement d'extrême droite Reconquête qui a terminé à 7% de voix. Par ailleurs, la fille de Jean-Marie Le Pen a rappelé que "bien entendu il y a des gens qui viennent de la droite et qui viennent de la gauche qui souhaitent gouverner avec moi en cas de victoire". Interrogée par ailleurs sur l'identité de son Premier ministre si elle était élue, Marine Le Pen a refusé de répondre même si elle a assuré avoir déjà fait son choix.

"Non, je ne prendrai pas Marion Maréchal dans mon gouvernement", a déclaré la candidate du RN lors d'une conférence de presse à Vernon (Eure), en réponse à une question d'un journaliste. Dans la matinée, Marine Le Pen a aussi rejeté la possibilité qu'Eric Zemmour, arrivé quatrième au premier tour, fasse partie de son gouvernement : "Il n'en a pas le souhait et je n'en ai pas le souhait non plus". Sur France Inter, elle avait ainsi dit à propos de son adversaire issu des médias : "J'ai exprimé tout au long de la campagne du premier tour les divergences que je pouvais avoir avec Eric Zemmour, mais je lui ai toujours concédé, sans aucune difficulté d'ailleurs, qu'il faisait partie du camp de ceux qui croient en la France, qui croient qu'il faut que la France redevienne un pays souverain." L'ex-polémiste a appelé dès dimanche soir ses électeurs à voter pour Marine Le Pen au second tour le 24 avril, malgré ses "désaccords" avec elle.

La veille, la future mère - pour la seconde fois - Marion Maréchal avait douté de la capacité de la candidate RN à l'emporter face à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle si elle ne scelle pas "des alliances" à droite. "Ça ne peut pas passer que par un dialogue avec la gauche populaire souverainiste, ça doit passer aussi par des alliés, et des coalitions et des alliances" à droite, avait-elle développé devant l'AFP. Avant le premier tour de la présidentielle, Marine Le Pen n'avait pas exclu, si elle est élue, la participation à son "gouvernement d'union nationale" de gens venus "de la gauche chevènementiste, c'est-à-dire d'une gauche souverainiste". "Un fantasme totalement irréalisable" pour Marion Maréchal, qui défend comme Eric Zemmour une politique économique plus libérale que Marine Le Pen et pour qui "ces gens ne viendront jamais". Au-delà des divergences politiques, c'est aussi une affaire de clan familial mis à mal que symbolise la relation tendue entre Marine Le Pen et la fille de sa soeur Yann, dont elle était si proche avant 2017.

Si Marine Le Pen n'est pas élue, "elle aura besoin, comme tous ceux qui seront dans l'opposition à Emmanuel Macron, de constituer des alliances pour avoir une opposition aussi forte que possible", a dit mardi Jérôme Rivière, vice-président de Reconquête et député européen. Le fondateur du parti avait lui-même évoqué une candidature aux législatives, sans préciser dans quelle circonscription.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image