Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Nonce Paolini: Procès, baisse d'audience... La fin pour TF1 ? Le patron répond !

Nonce Paolini: Procès, baisse d'audience... La fin pour TF1 ? Le patron répond !
3 photos
Lancer le diaporama

TF1 est dans le feu de l'actualité : entre la déprogrammation urgente de l'émission de télé-réalité Carré Viiip, la condamnation de la chaîne par la cour d'appel de Versailles et les bouleversements de la grand-messe du JT de 20 heures, TF1 ne cesse d'être le centre d'intérêt de la presse. Le patron de la chaîne, Nonce Paolini, a choisi de répondre à tous ces sujets épineux avec calme, sagesse (et langue de bois ?) face à un journaliste du Républicain Lorrain (voir vidéo ci-dessus).

Procès Ile de la tentation : "Ce n'est pas sérieux de considérer ça comme un travail"

La décision de la cour d'appel de Versailles de condamner TF1 Productions à verser entre 15 000 et 17 000 euros à chacun des 56 plaignants et anciens candidats de l'Ile de la tentation n'est pas catastrophique (si on met pour l'instant de côté que d'autres émissions de real TV vont être concernées). En effet, l'avocat de la partie adverse, Me Jérémie Assous, réclamait 400 000 euros par tête. En revanche, Nonce Paolini semble avoir encore du mal à digérer la raison du versement de ces indemnités : en juin 2009, la cour de cassation avait estimé que participer à une telle émission était bien un travail. Un bouleversement qui a obligé les sociétés de productions à modifier les contrats et les modes de rémunérations... Paolini commente cette décision : "On est le seul pays d'Europe à avoir considéré que passer quinze jours sur une île paradisiaque, dans un hôtel de luxe devant une caméra pour divertir les téléspectateurs était un travail. Je trouve que ce n'est pas très sérieux, mais ça fait partie des péripéties du métier."

Carré Viiip déprogrammé : "On a raté l'objectif"

Déprogrammé après deux semaines de diffusion, Carré Viiip continue pourtant de créer le buzz. Cet "accident industriel" (qui a coûté près de 20 millions d'euros...) n'a pas trouvé son public : l'humour n'a pas été saisi, expliquait Virginie Calmels (PDG d'Endemol France) deux jours avant la suppression.

Les protagonistes de TF1 et Endemol cherchent à assumer cette erreur tout en la relativisant... Nonce Paolini adopte la même position, sûrement par souci de cohérence: "D'abord, ce n'est pas un accident industriel. [...] Évidemment, cela ne m'a pas fait plaisir de constater que cette émission, en définitive, ne correspondait pas aux objectifs éditoriaux et aux attentes du public. On a tiré les conséquences de l'audience et de l'image même du format au bout d'une dizaine de jours. Carré ViiiP devait être un divertissement, une comédie dans l'esprit d'une sitcom qui se construisait au jour le jour dans le but de divertir les ados et leurs mamans. Incontestablement, on a raté l'objectif. C'est toujours le public qui choisit. Mais déprogrammer une émission arrive sur toutes les chaînes." Monsieur Paolini, unique dans les annales de déprogrammer une émission prévue pour 10 semaines en live avec une quotidienne... tout de même !

Le départ d'Harry Roselmack : "Beaucoup aimeraient y être, lui a choisi de quitter le JT"

Il y a quelques semaines, la sentence est tombée : le très populaire Harry Roselmack a décidé de quitter le poste de joker du JT de 20h pour se consacrer officiellement à ses autres émissions (une décision que certains mettent plutôt sur le compte de son ras-le-bol de n'être qu'un joker...). Après avoir essayé de le retenir "par les bretelles", sans plus tergiverser, la direction de l'information a choisi de confier le poste à Gilles Bouleau dès cet été, lui qui officiait jusqu'à présent en tant que correspondant à Washington. Un choix évident pour Paolini, qui a fait débuter Bouleau sur LCI il y a quelques années. D'autant plus évident que la recherche ne s'est faite qu'en interne, au sein du groupe, précise-t-il : une façon d'éluder le sujet Laurent Delahousse...
"On avait envie, depuis un moment, avec Catherine Nayl, la directrice de l'information, de faire revenir Gilles à Paris. Certains l'ont peut-être oublié mais il avait déjà présenté avec beaucoup de talent les journaux sur LCI. Harry a souhaité donner la priorité à son émission en immersion et à Sept à Huit, ce qui, soit dit en passant, n'est pas banal quand beaucoup rêvent d'en occuper le fauteuil. C'est un choix que je comprends et que je respecte (
on sent qu'il a une petite paire de boules, Nonce Paolini, ndlr) . Mais nous n'avons cherché son remplaçant qu'au sein de notre rédaction."

Les baisses d'audience du JT de 20h : aucune raison d'être contesté...

Accusé de baisses d'audience, le premier JT de France et d'Europe aurait bien besoin d'un remaniement comme un raccourcissement de la durée, à en croire les experts (à l'instar du jeune marié Thomas Hugues). Que nenni : TF1 fait l'inverse et propose même un rallongement mensuel avec un magazine politique diffusé juste après le JT de Laurence Ferrari. Un choix très audacieux en cette période post-électorale qui a été marquée par une abstention massive et un vif désintérêt pour la politique. Si on rappelle à Paolini que le JT de TF1 se fait grignoter des parts d'audience par des programmes de divertissement comme Plus belle la vie (France 3) et Scènes de ménages (M6), Paolini insiste plutôt sur le fait que TF1 devance toujours France 2. Et que les bonnes performances du JT du service public sont surtout à mettre sur le dos du JT un peu long, proposé par France 2, qui canalise donc les téléspectateurs qui ont fini de regarder le JT de TF1...
"Notre journal fait environ trente-cinq minutes. On peut bien entendu toujours discuter des parts d'audience mais je n'ai aucune inquiétude : il reste le plus regardé de France et d'Europe. Nos concurrents du service public, qui font très bien leur travail, ont simplement la possibilité de terminer leur édition vers 20h43, au moment où nous diffusons des programmes courts ou de la publicité. Nous devons bien vivre..."

L'avenir de la télé ?

Pour le patron de la première chaîne, le web est un avenir intéressant : normal donc que TF1 se soit déjà inscrit dans cette logique-là. Il évoque aussi la catch-up TV (télé de rattrapage ou "replay") qui intéresse de plus en plus de téléspectateurs : de 3 à 10 % de téléspectateurs en plus grâce à cette télé de rattrapage (une émission ou un épisode de série est souvent disponible gratuitement sept jours après son passage à la télé). Ca tombe bien que TF1 croit en la catch-up TV : Médiamétrie, qui mesure les audiences, s'occupe aussi des supports autres que la télévision (comme Internet). Une nouvelle façon pour la chaîne de mesurer son pouvoir de rayonnement par rapport à ses concurrents...

En clair, TF1 est leader et il n'a aucune raison de s'inquiéter pour la chaîne qui veut "prendre des risques" en suivant le conseil de Paolini : être soi-même, prendre des risques et avoir du respect. On rappellera cependant son interview donnée lundi soir au cours du dîner-débat du club de l'audiovisuel, qu'il a conclu par : "Depuis 3 ans, j'ai surtout connu les emmerdes !" On adhère.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image