Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

P. Arditi, anti-capitaliste engagé, a-t-il vendu son âme ? Il répond à Ruquier !

6 photos
Lancer le diaporama
Après deux best-of, les 25 décembre 2010 et 1er janvier 2011, à l'occasion des fêtes de fin d'année, Laurent Ruquier a fait son grand retour hier soir, samedi 8 janvier, sur le plateau d'On n'est pas couché hier soir... Entouré d'Eric Zemmour et Eric Naulleau, sur les crocs, n'ayant pas eu d'invités à tacler depuis près de trois semaines, l'animateur recevait une pléiade d'artistes tous plus talentueux les uns que les autres.

Claire Keim était venue présenter Le jour où il pleuvra, son dernier album qui ne s'est pas attiré les faveurs des Z'Eric, tandis que la ravissante Karina Lombard et Olivier Marchal étaient venus évoquer la sortie de leur nouveau long métrage, Le Fils à Jo, avec l'excellent comédien Gérard Lanvin. Pierre Arditi, également invité, fera d'ailleurs - au vu de certaines scènes du film - l'éloge de Gérard Lanvin en le comparant à Gabin et en déclarant qu'il est notre plus grand acteur actuel. L'invité politique de la semaine n'était autre que le député-maire PS d'Evry Manuel Valls, qui vient de publier Pouvoir.

Arrêtons-nous cependant sur Pierre Arditi, invité à l'occasion de son retour sur les planches... Il investira le Théâtre du Montparnasse à partir du 19 janvier dans La Vérité, une comédie qui traite du mensonge. Dans cette pièce, il incarne le rôle de Michel, un homme qui est visiblement agacé par le comportement de ses proches : sa femme, son meilleur ami et même... sa maîtresse ! Il offrira aux spectateurs un plaidoyer pour le mensonge parce que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire...

Après un décryptage judicieux de Zemmour sur les raisons du désir d'un homme pour sa femme, Pierre Arditi a évoqué un sujet plus politique : la crise ! Le comédien sera en effet l'un des héros du documentaire Fric, krach et gueule de bois, diffusé mardi 11 janvier sur France 2 dès 20h35. Cette soirée exceptionnelle propose une immersion au coeur de l'économie des quarante dernières années pour expliquer pourquoi la crise économique est venue frapper le monde de plein fouet, au milieu des années 2000.

Et voilà Zemmour lancé : "Orsenna et Cohen (les deux économistes qui interviennent dans le documentaire, ndlr) sont des êtres subtils, pervers polymorphes, qui nous vendent une fausse objectivité, et de fausses évidences. Comme par exemple que la Chine d'aujourd'hui, c'est la France des années 50. C'est du pipeau ! Ils nous expliquent qu'il y a des méchants et qu'il y a des gentils, et que la crise aujourd'hui, c'est à cause de la cupidité. Ça aussi, c'est du pipeau !", analyse le chroniqueur politique.

Naulleau, quant à lui, salue la qualité du programme proposé par France 2, avant d'expliquer que le laisser aller d'aujourd'hui est essentiellement dû au fait que "tout est bon pour faire du blé".

On laissera le mot de la fin à Pierre Arditi : "Ils sont infernaux ces deux-là !"... Mais c'est peut-être Laurent Ruquier qu'il fallait attendre au tournant finalement : il a évoqué les campagnes de pub pour le LCL qu'a tournées le comédien. Pourquoi avoir accepté de prendre part à un spot vantant les mérites d'une banque, emblème du capitalisme, alors qu'il n'a de cesse de répéter qu'il est de gauche ?

"Vous présentez un document où on nous dit que pendant vingt ans, les banques s'en sont foutu plein les poches, que ce sont des salauds et qu'elles ont foutu l'économie en l'air... et vous faites la pub pour une banque !", argumente l'animateur, en très grande forme.

Arditi s'explique : "Je trouvais ça marrant, j'aimais bien Jean-Michel Ribes (réalisateur de la publicité en question, ndlr), je trouve qu'il a du talent, ça revisitait la pub et j'étais agréablement payé... Ça fait partie de mon métier. Pourquoi pas ?". Il se défend également en expliquant qu'à l'époque où il a signé avec le LCL, l'économie planétaire n'était pas en crise. Argument valide : c'est en 2005 qu'il a entamé son partenariat avec la banque privée. Le brillant comédien a réussi à faire face aux deux Z'Eric... avec talent ! C'était pas évident.

Une chose est certaine : Laurent Ruquier et ses troupes n'ont pas fini de malmener leurs invités !

JO
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel