Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Teddy Tamgho champion du monde : Son incroyable retour après sa condamnation

C'est sans conteste l'exploit sportif du week-end... Du haut de ses 24 ans, le Français Teddy Tamgho est devenu champion du monde de triple saut à Moscou avec un bond prodigieux à 18,04 mètres ! Une performance exceptionnelle qui a enthousiasmé et fait vibrer des millions de fans tricolores, en ce dimanche 18 août. Mais cet exploit, c'est surtout l'histoire folle d'un athlète à la personnalité controversée et que l'on pensait il y a encore quelques mois presque perdu pour le haut niveau, entre blessures et démêlés judiciaires...

Absent vingt mois durant de la compétition, Teddy Tamgho peut être fier d'un tel retour gagnant. Ce dimanche 18 août à 16h, l'athlète est tout simplement devenu, après le Britannique Jonathan Edwards et l'Américain Kenny Harrisson, le troisième homme à franchir la barre des 18 mètres ! Un exploit qui n'avait pas été réalisé depuis dix-sept ans et qui lui permet de rejoindre la prestigieuse liste des champions du monde français avec Marie-Josée Perec, Stéphane Diagana ou encore Ladji Doucouré. Teddy Tamgho offre ainsi à la France son unique médaille d'or dans ces Mondiaux de Moscou. "Je suis euphorique, je pense à ces deux ans de blessures", a affirmé au Parisien celui qui est apparu plein de joie au micro de Nelson Monfort après sa victoire, remerciant au passage la France, le Cameroun, ses amis, son adversaire cubain Pedro Pablo Pichardo ou encore le regretté Alain Mimoun.

Il faut dire que Teddy Tamgho - et non "Thierry Tamgho", comme l'a par erreur écrit la ministre des Sports Valérie Fourneyron sur Twitter - a multiplié les galères depuis deux ans. Grand espoir français, l'athlète hyper talentueux va malheureusement se perdre. D'abord victime d'une fracture de la cheville droite en juillet 2011 puis d'une excroissance osseuse, il est privé des Jeux olympiques de Londres l'été dernier. Mais c'est surtout une sombre affaire judiciaire qui va définitivement brouiller son image et le mettre en difficulté : une violente altercation avec Glodie Tudiesche, une athlète amateur, au CREPS de Boulouris octobre 2011. Suspendu six mois, privé de sponsors, celui qui avait même répondu à ses détracteurs dans une vidéo de rap est finalement condamné à 2 000 euros d'amende et 5 000 euros de dommages et intérêts en mars dernier.

Une frasque dont ne serait pas capable le Teddy Tamgho d'aujourd'hui. "J'ai dû mûrir pour apprendre à être plus calme, pour contrôler mon énergie", assure-t-il à L'Équipe. Pour preuve, l'athlète licencié à Montreuil a cette fois enlevé sa casquette pendant l'interprétation de La Marseillaise sur le podium à Moscou, ce qu'on lui avait reproché de n'avoir pas fait lors de son titre aux championnats d'Europe en salle de Bercy en 2011. "Comme quoi, je retiens les leçons !", lance au Parisien celui qui est tombé dans les bras de sa maman Alice après avoir remporté son titre à Moscou. Originaire d'Aulnay-sous-Bois, Teddy Tamgho s'est aussi découvert une passion pour l'histoire et les livres qui l'ont fait grandir. En ce moment, l'athlète lit ainsi L'Art de la guerre de Sun Tzu. "C'est passionnant. Ça m'a servi ici en matière de stratégie", se réjouit-il.

Ce titre, Teddy Tamgho y a d'ailleurs toujours cru alors que beaucoup le pensaient perdu. "Je savais que c'était des périodes difficiles et qu'il fallait les prendre avec philosophie. À chaque période difficile, il y a mon entourage, mon vrai entourage, qui s'est rapproché, qui m'a réconforté et m'a toujours permis de rebondir", raconte-t-il à L'Équipe. Un rebond très haut qu'il peut aujourd'hui pleinement savourer, à l'inverse des malheureuses relayeuses françaises...

Contrairement à Teddy Tamgho, sacré quelques minutes plus tôt, l'histoire avait bien débuté pour elles mais s'est terminée en cauchemar. Devenues médailles d'argent du relais 4x100 mètres, Ayodélé Ikuesan, Cécile Distel, Stella Akakpo et Myriam Soumaré ont finalement été disqualifiées dans la soirée, deux heures plus tard, pour un passage de témoin hors zone. "C'est un scandale ! On ne peut pas les laisser monter sur le podium et leur retirer une médaille après. C'est inhumain", lâche dans L'Équipe Djamel Boudebibah, le manager des relais. Une triste histoire pour l'athlétisme français, heureusement consolé avec Teddy Tamgho...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel