Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Benjamin Biolay se confie : 'j'en avais envie... le dépucelage était possible'!

De retour au cinéma après Qui a envie d'être aimé ? sorti au mois de février 2011, Benjamin Biolay revient avec un autre film à question : Pourquoi tu pleures ?, de Katia Lewkowicz, en salles le 15 juin. Dans ce long métrage, le comédien-chanteur-compositeur joue dans un registre léger, celui d'un homme nonchalant au bord du mariage, pas très enclin à prendre des décisions pourtant. Dans son interview pour le magazine Première, l'artiste revient sur sa performance et ses envies de cinéma. Extraits.

Benjamin Biolay précise que son personnage dans Pourquoi tu pleures ? est un rôle de composition : "Un soir, Katia m'a croisé dans une fête, et s'est dit que j'étais à mille lieues de mon image publique. Et ça la faisait marrer de jouer sur ce malentendu. Moi, dans la vie, je sais prendre des décisions, et quand je parle, on me comprend."

Chanteur estimé, dont le dernier album, La Superbe a connu un excellent accueil critique et publique, Benjamin Biolay a hésité avant de se lancer dans le cinéma. Sylvie Verheyde, qui l'a brillamment dirigé dans Stella a réussi : "Elle m'a harcelé, elle voyait bien que j'en avais envie, que le dépucelage était possible. Elle a fait pareil avec Pete Doherty qu'elle vient de faire tourner [dans Confession d'un enfant du siècle avec Charlotte Gainsbourg]." Ça lui a plus que réussi puisque monsieur Biolay a obtenu une nomination aux César comme meilleur acteur dans un second rôle.

Avec un ton toujours réjouissant, il revient sur le film d'horreur La Meute, dont il parle en toute franchise : "La Meute n'était pas réussi, pas abouti dans la goritude mais, n'empêche : Franck est un petit génie du genre. Le style de mec qui va avoir une érection en voyant un zombie crever devant sa caméra."

Le comédien garde un ton féroce, mais moins sympathique, quand il donne son opinion sur les biopics musicaux : "C'est comme dans le film de Joann Sfar [Gainsbourg - vie héroïque], où on te montre Gainsbourg avec toutes ses gonzesses et sa marionnette qui lui dit : Viens, Serge, on va gagner du pognon. Ça me rend hystérique. Si Christophe Miossec par exemple, qui sait de quoi il parle, me proposait un jour un film là-dessus, j'irais." Il songe à tourner une comédie musicale, lui qui a déjà dirigé son ex, Chiara Mastroianni, dans un clip.

L'entretien s'achève sur une anecdote : sa ressemblance avec l'acteur et héros du dyptique du Che, Benicio del Toro ! "Il n'y a pas longtemps, un type m'a demandé si j'étais lui. J'ai répondu non, mais il ne voulait pas me croire. Je lui ai dit : 'Mais vous voyez bien que je suis français !', et lui : 'Benicio, t'es tellement fort que tu peux prendre tous les accents !' Bon en même temps, on m'a bien proposé le rôle de Mitterrand jeune à Vichy, alors les ressemblances..."

Retrouvez l'intégralité de l'entretien dans le magazine Première du mois de juin.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image