Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Clémentine Célarié victime de violences conjugales : "Ça a été loin..."

Clémentine Célarié victime de violences conjugales : "Ça a été loin..."
Par Tom Spencer Rédacteur
Fan des corgis, des iconiques Spice Girls, de la princesse Diana et adepte de tea time, Tom Spencer aime notamment relater la vie des membres de la couronne britannique mais n’est jamais contre un petit détour outre-Atlantique.
Clémentine Célarié - 21e édition du Festival de la Fiction TV de La Rochelle. Le 14 septembre 2019 © Christophe Aubert via Bestimage
12 photos
Lancer le diaporama
Clémentine Célarié - 21e édition du Festival de la Fiction TV de La Rochelle. Le 14 septembre 2019 © Christophe Aubert via Bestimage
Depuis le début de l'année 2019, on dénombre (déjà) 124 féminicides en France. Un sujet devenu majeur dans la société et qui a libéré la parole de femmes victimes de violences. La populaire comédienne Clémentine Célarié a ainsi révélé avoir elle-même souffert de violences conjugales.

Invitée d'Europe 1 le lundi 28 octobre 2019, alors qu'elle est sur les planches du théâtre des Mathurins dans le 8e arrondissement de Paris pour la pièce Une vie, la comédienne Clémentine Célarié a discuté de son actualité et de divers sujets, notamment celui des violences conjugales. Elle a fait des révélations.

Réputée pour son franc-parler, Clémentine Célarié a surpris les auditeurs en dévoilant qu'elle avait elle-même souffert de la violence d'un ancien compagnon. "Moi j'ai vécu ça. J'ai été victime de violences conjugales. J'en avais jamais parlé parce que, pour moi, comment dire... j'ai pas été en danger de mort mais ça a quand même été loin", a-t-elle confié. Et la star de 62 ans d'ajouter : "Jamais j'aurais été porter plainte. Parce que c'est lié à un rapport amoureux, parce que, quelque temps après, l'homme que vous aimez pleure dans vos bras en vous disant qu'il ne le fera plus jamais... Je dis ça exprès parce que je pense qu'on est énormément, extrêmement nombreuses à vivre ça."

Clémentine Célarié, maman de trois enfants (Abraham, 34 ans, Gustave, 29 ans, et Balthazar, 27 ans), a ensuite évoqué le contexte actuel, qui donne plus facilement la parole aux femmes, aux victimes, pour expliquer qu'elle n'adopterait sans doute pas la même attitude si cela se produisait aujourd'hui dans son couple. "Si ça avait été aujourd'hui en 2019, avec tout le dialogue et tout ce qu'on fait autour de ça, naturellement, je me serais dit c'est pas parce que tu vas aller voir les flics, qu'on va te regarder comme une machin... En plus, quand on est connus, c'est pire. Il faut que ça devienne normal de pouvoir être protégée quand on se fait taper dessus, sans non plus qu'on se dise qu'on va tuer l'homme qui nous a tapé dessus parce qu'on ne veut pas ça", a-t-elle ajouté.

Alors que le nombre des violences conjugales connues a explosé en 2019, la secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes Marlène Schiappa est en première ligne. Le Grenelle des violences conjugales sur lequel 11 groupes de travail étaient mobilisés a rendu ses conclusions avec à la clef 65 propositions. Dans les colonnes de La Croix, on en découvre un peu plus. Au menu : la mise en place "d'un protocole clair en gendarmerie et commissariat", car "aucune victime ne doit plus en repartir sans connaître ses droits et savoir où trouver du soutien" ; "réquisitionner les armes à feu dès la première plainte" ; "mise en place de congés exceptionnels afin de permettre aux victimes de faire leurs démarches" ou encore "rembourser la prise en charge psychologique".

Thomas Montet

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image