Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Louise Bourgoin : Un soldat qui se dévoile en toute franchise

Louise Bourgoin - Avant-première du film "Je suis un soldat" au cinéma UGC Ciné Cité des Halles à Paris, le 17 novembre 2015. © Coadic Guirec/Bestimage
15 photos
Lancer le diaporama
Louise Bourgoin - Avant-première du film "Je suis un soldat" au cinéma UGC Ciné Cité des Halles à Paris, le 17 novembre 2015. © Coadic Guirec/Bestimage
L'actrice est l'héroïne du drame "Je suis un soldat" de Laurent Larivière. Après l'avoir présenté au Festival de Cannes, elle le dévoile à Paris.

"Je ne sors jamais", explique Louise Bourgoin à Paris Match. La comédienne évite les soirées mondaines, mais quand il s'agit de défendre son long métrage, elle ne se pose pas de questions et brille devant les flashes. C'est ainsi qu'elle s'est rendue à l'avant-première du film Je suis un soldat de Laurent Larivière, en compagnie de son partenaire Jean-Hugues Anglade.

Avec son personnage dans Je suis un soldat, elle partage des points communs, notamment sur la question des origines sociales, qu'elle détaille pour Marie France : "Ma mère venait d'un milieu modeste et mon père d'un milieu bourgeois. Laurent a le même double héritage, ce qui explique pourquoi les questions des rapports de classe et du déterminisme social jouent un rôle si important dans le film. Ces sujets m'intéressent au plus haut point."

Pour Je suis un soldat, Louise Bourgoin a eu le plaisir d'avoir un rôle écrit pour elle et qui était loin de tout stéréotype. Son personnage aurait pu être joué par un homme et c'est pour cela qu'elle a voulu épurer son style physique et se débarrasser des artifices en se coupant les cheveux. Un look qu'elle avait déjà expliqué lors de son passage au Festival de Cannes et sur lequel elle revient dans son interview avec Paris Match : "Si ça ne tenait qu'à moi, je resterais toujours comme ça, même plus court. C'est hyper confortable !"

Si elle s'habille de façon décontractée au quotidien et se plonge dans ses rôles sans qu'ils soient forcément empreints de séduction, elle affiche un look toujours parfait pour son travail d'égérie. En effet, elle est associée à la maison Kenzo, mais elle est très honnête sur son rapport à la publicité : "La publicité, c'est une nécessité aujourd'hui. Parce que les magazines féminins sont tellement tributaires des annonceurs que si on est égérie, on a beaucoup plus de chances de faire la couverture d'un magazine et donc de parler de son film. J'ai refusé beaucoup de contrats avec des marques dans le passé et j'ai compris plus tard que c'était une grave erreur. Il y a encore quinze ou vingt ans, c'était très mal vu, ça faisait actrice qui ne tourne pas. Maintenant, ça fait monter la cote d'une actrice. La preuve avec Léa Seydoux et Prada ou Marion Cotillard et Dior." Ce qu'elle veut, c'est défendre son travail, des films parfois confidentiels dont la durée de vie en salles est courte, du mieux qu'elle peut.

Louise Bourgoin assume aussi son utilisation des réseaux sociaux et plus précisément Instagram, mais elle est claire : elle n'y postera jamais de photos de son appartement ou de ce qu'elle mange, trouve gênante la publicité détournée qu'on y trouve, et ne publie pas souvent. Tous ces gens qui exposent leur vie... "Ils auraient dû faire de la télé, ça calme, après on n'en a plus envie !" De ses années sur le petit écran en Miss Météo, Louise Bourgoin dira aussi, à Marie France : "Il m'est parfois arrivé, en revanche, d'éprouver une certaine honte, un sketch raté, un bide, un trou de mémoire." L'artiste s'épanouit aussi dans un autre domaine : le dessin. Elle a signé une rubrique de dessins érotiques pour le magazine Lui et cette diplômée de l'Ecole des beaux-arts de Rennes a également collaboré avec la maison française Pierre Frey. Dans Point de vue, elle révèle qu'elle aimerait beaucoup faire un foulard pour Hermès : "J'ai déjà obtenu deux rendez-vous et j'attends le troisième..."

Je suis un soldat, en salles ce 18 novembre
Retrouvez l'intégralité des articles dans les magazines Paris Match du 16 novembre, Marie France du mois de décembre et dans Point de vue.

Bande-annonce du film Je suis un soldat, en salles le 18 novembre 2015
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image