Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mort de Mike Nichols : Retour sur la carrière du cinéaste, Hollywood en deuil

Mike Nichols à Paris le 11 janvier 2008. 
19 photos
Lancer le diaporama
Mike Nichols à Paris le 11 janvier 2008. 

Cinéaste américain acclamé, Mike Nichols est mort le 19 novembre, à l'âge de 83 ans. Aux États-Unis, pays qui l'a accueilli enfant lorsqu'il fuyait l'Allemagne nazie, Michael Igor Peschkowsky (son vrai nom) était l'un des réalisateurs chéris d'Hollywood et de Broadway. Son décès a été annoncé par le président d'ABC, James Goldston, chaîne de télévision où officie la veuve de Nichols, Diane Sawyer. Il avait, comme peu de réalisateurs, obtenu quatre des prix majeurs du show business : un Oscar (Le Lauréat), 9 Tony awards, 4 Emmy awards et un Grammy award pour l'album comique An Evening with Mike Nichols and Elaine May.

Figure du théâtre et du cinéma

Né en 1931 à Berlin de parents juifs, Mike Nichols passe sa jeunesse à New York. Ses études à Chicago l'amènent à rencontrer Elaine May, avec qui il crée, en 1957, le célèbre duo comique Nichols et May, mais ils se séparent en 1961.

La carrière de Mike Nichols s'est brillamment développée dans les domaines du cinéma, de la télévision et du théâtre. À Broadway, il pouvait se targuer de neuf Tony Awards dont deux en tant que producteur et il est arrivé que quatre de ses shows soient produits en même temps ! On lui doit ainsi Barefoot in the Park et The Odd Couple dans les années 1960, le spectacle des Monty Python Spamalot ou encore le fait d'avoir porté le chef d'oeuvre d'Arthur Miller sur scène, Mort d'un commis voyageur. En 2012, à l'âge de 80 ans, il a reçu le Tony pour cette dernière pièce. On lui doit aussi d'avoir monté un show uniquement sur le nom de Whoopi Goldberg, la propulsant vers la célébrité. Mike Nichols avait fondé sa propre société de productions théâtrales, Icarus Prod., et a ainsi dévoilé des show tels qu'Annie - qui revit au cinéma avec Jamie Foxx et Quvenzhané Wallis.

Au cinéma, son premier long métrage, en 1966, est l'adaptation de l'oeuvre d'Edward Albee, Qui a peur de Virginia Woolf ?, avec le couple Richard Burton et Elizabeth Taylor. Le film a reçu treize nominations aux Oscars, et si Mike Nichols n'a pas obtenu la statuette de meilleure réalisateur, son long métrage emportera cinq trophées. Il ne lui faudra que deux ans pour remporter son prix, et ce sera pour Le Lauréat avec Anne Bancroft et celui qui était inconnu à l'époque, Dustin Hoffman, dans le rôle de Benjamin Braddock, jeune homme qui entame une relation avec la femme du meilleur ami de son père, puis tombe amoureux de sa fille. "Il n'y a aucun casting du XXe siècle qui s'est révélé plus courageux que celui du Lauréat", racontait Dustin Hoffman au New Yorker en parlant du fait d'avoir choisi pour ce film un comédien qui était loin d'être une star et sex symbol.

Des castings cinq étoiles

Mike Nichols avait en effet un sens inné pour la distribution de ses films comme de ses pièces de théâtre. En 2004, il signe le sulfureux Closer, entre adultes consentants, avec Natalie Portman et Jude Law. Avec la satire politique La Guerre selon Charlie Wilson en 2007 - sa dernière réalisation pour le cinéma -, il révélait tout le talent du regretté Philip Seymour Hoffman, qu'il dirigera ensuite sur les planches dans Mort d'un commis-voyageur. À la télévision, le réalisateur a dirigé deux shows adaptés de pièces de théâtre, pour la chaîne HBO : Wit (en 2001), l'histoire d'une femme atteinte d'un cancer, et Angels in America (2003) sur le sida, des fictions acclamées par la critique.

Cependant, la carrière de Mike Nichols n'était pas parfaite et certains critiques l'ont accusé de ne pas toujours soigner ses longs métrages : le thriller de science-fiction Le Jour du dauphin, le drame À propos d'Henry avec Harrison Ford et le film horrifique Wolf avec son acteur fétiche Jack Nicholson ne resteront pas dans le panthéon du cinéma américain.

Qu'importe, Mike Nichols a gravé son nom dans le marbre et l'American Film Institute n'a pas manqué de l'honorer en 2010 pour son parcours artistique impressionnant. C'est Meryl Streep, héroïne de son film La Brûlure et de Silkwood, qui avait rendu hommage au cinéaste. Un grand artiste qui a dirigé les plus immenses stars : Jack Nicholson, Harrison Ford, Julia Roberts, Gene Hackman, Robert Redford, Elizabeth Taylor, Tom Hanks...

Steven Spielberg en personne a rendu hommage à Mike Nichols à travers un communiqué : "Mike était un ami, une source d'inspiration, un mentor, l'un des plus grands metteurs en scène américains et l'une des personnes les plus généreuses que j'aie connue. Le Lauréat a changé ma vie, une leçon de cinéma mais aussi de théâtre. Mike avait un oeil brillant de cinématographe et savait garder toute l'ironie et la réalité de la vie dans ses films. Les acteurs lui donnaient le meilleur d'eux-mêmes, et Mike pouvait même en avoir plus. Dans une salle bondée, il était toujours le centre de gravité."

Mike Nichols a été marié quatre fois. D'abord avec Patricia Scott de 1957 à 1960, puis Margo Callas de 1963 à 1974, avec qui il aura une fille, Daisy. Durant son troisième mariage, avec Annabel Davis-Goff, il deviendra père de deux enfants, Max et Jenny. Leur union prendra fin en 1986 et deux ans plus tard, en 1988, il épousera la célèbre présentatrice d'ABC, Diane Sawyer.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel