Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Bertrand Cantat, échec judiciaire : il perd son procès contre Le Point

Bertrand Cantat, échec judiciaire : il perd son procès contre Le Point
Par Camille Dubois Rédactrice
Passionné par le monde du showbiz français, il est un grand fan de Cyril Viguier, Bénabar ou encore de Chevallier et Laspalès. Il met sa passion pour l'actu des stars au service de son poste de rédacteur
Exclusif -  Bertrand Cantat (ex-membre du groupe "Noir Désir" et actuel membre du groupe "Détroit") fait une pause dans sa carrière musicale et se lance dans une tournée de lecture de textes poétiques avec deux musiciens autour de lui. Son nouveau spectacle de lecture (Condor Live) est tiré du livre "Condor" de Caryl Ferey. C'est une oeuvre allégorique et hallucinée, d'un couple fuyant la mort dans le Chili d'après Pinochet. Cenon, le 22 septembre 2016. © Patrick Bernard/ Bestimag
13 photos
Lancer le diaporama
Exclusif - Bertrand Cantat (ex-membre du groupe "Noir Désir" et actuel membre du groupe "Détroit") fait une pause dans sa carrière musicale et se lance dans une tournée de lecture de textes poétiques avec deux musiciens autour de lui. Son nouveau spectacle de lecture (Condor Live) est tiré du livre "Condor" de Caryl Ferey. C'est une oeuvre allégorique et hallucinée, d'un couple fuyant la mort dans le Chili d'après Pinochet. Cenon, le 22 septembre 2016. © Patrick Bernard/ Bestimag
Bertrand Cantat a perdu le procès qui l'opposait à l'hebdomadaire "Le Point", jeudi 16 janvier 2020. Il avait porté plainte contre le journal, qui l'accuse de violences envers plusieurs de ses anciennes compagnes depuis décembre 2017.

Bertrand Cantat a perdu son procès en diffamation contre Le Point qui se tenait le jeudi 16 janvier 2020. L'hebdomadaire l'accusait d'avoir commis des violences sur plusieurs de ses compagnes dans un article paru en fin d'année 2017. Au moment de la sortie du premier album solo de l'artiste, le 30 novembre 2017, Le Point faisait état d'une "omerta" autour du comportement du chanteur, décrit comme violent, avant et après la mort de Marie Trintignant.

Pour rappel, la merveilleuse actrice avait succombé aux coups de Bertrand Cantat en marge d'un tournage à Vilnius (Lituanie). L'homme aujourd'hui âgé de 55 ans n'avait été condamné qu'à huit ans de prison ferme, mais n'en avait purgé que quatre, dont une année en Lituanie. Il avait bénéficié d'une libération conditionnelle en 2007.

Le Point s'appuyait sur un témoignage anonyme d'un "membre du groupe Noir Désir" – cité dans le documentaire Affaire Bertrand Cantat : le document inédit (M6) – assurant que l'ancienne compagne de Bertrand Cantat, Kristina Rady, avait menti au moment du procès. Celle-ci s'est d'ailleurs suicidée en janvier 2010. Le Point avançait, toujours en s'appuyant sur le témoignage, qu'elle avait demandé aux membres du groupe de cacher ce qu'ils savaient, chose qu'ils avaient accepté de faire, afin que leurs enfants ne découvrent pas "que leur père était un homme violent". Le Point révélait grâce à ce témoignage des violences envers Kristina Rady et deux de ses anciennes compagnes, avant l'assassinat de Marie Trintignant.

À la sortie de l'article, Bertrand Cantat avait alors porté plainte. Comme le rapporte l'AFP, à l'époque, l'avocat du chanteur assurait que "les membres du groupe dément[ai]ent les informations parues dans le journal Le Point" et dénonçait des "calomnies dénuées de tout fondement" dans un "article mensonger".

Jeudi 16 janvier 2020, le tribunal correctionnel a estimé que l'un des huit passages concernés n'était pas diffamatoire au sens de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, mais que les sept autres l'étaient, dans la mesure où ils imputaient à Bertrand Cantat d'avoir été violent envers Kristina Rady et d'anciennes compagnes. Le tribunal a toutefois choisi de relaxer Le Point au titre de la "bonne foi". Les magistrats ont estimé avoir assez d'éléments pour affirmer que la journaliste de l'hebdomadaire s'était "effectivement entretenue avec l'un des membres du groupe Noir Désir comme elle l'allègue", grâce à ses notes d'interview anonymisées.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image