Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Daniel Duval : Mort de l'acteur et réalisateur à 68 ans

Daniel Duval : Mort de l'acteur et réalisateur à 68 ans
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.

A l'âge de 68 ans, le comédien, réalisateur et scénariste Daniel Duval est mort des suites d'une longue maladie le 10 octobre, laissant derrière lui un parcours bien rempli et un visage buriné et touchant qui aura marqué les écrans. Habitué aux rôles sombres, les effets d'une enfance douloureuse qu'il portera au cinéma dans Le Temps des porte-plumes (2005), Daniel Duval avait très tôt montré son envie de passer à derrière la caméra, en réalisant son premier long métrage en 1974.

C'est dans les années 1970 que Daniel Duval se lance dans le monde du spectacle. Ambitieux et passionné, il réalise son premier film, Le Voyage d'Amélie, en 1974. Il a 30 ans et joue également devant sa caméra, raconte l'histoire d'un groupe de jeunes désoeuvrés tentant de dérober une vieille dame, une victime qui s'avère encore plus pauvre qu'eux. Un an plus tard, en 1975, il écrit et réalise L'Ombre des châteaux avec Philippe Léotard, et obtient le 2e prix au festival de Moscou. Son succès sera public avec La Dérobade, un drame adapté du roman de Jeanne Cordelier, dans lequel il joue un proxénète, face à Miou-Miou.

Alternant à partir des années 1980 entre cinéma et télévision, Daniel Duval se plaira dans l'univers du film noir et avec d'autres "gueules cassées" comme Richard Bohringer dans Le Juge en 1984. Plus tard, Sandrine Veysset en fera un mari et père instable dans Y aura-t-il de la neige à Noël ? (1996), tandis que Xavier Durringer le fera gangster pour son film J'irai au paradis car l'enfer est ici (1997).

Tournant pour Michael Haneke dans Le Temps du loup et Caché, deux films avec Isabelle Huppert ou François Ozon (Le Temps qui reste), Daniel Duval jouera aussi dans de grosses productions comme 36 quai des orfèvres d'Olivier Marchal - il retournera avec lui dans Les Lyonnais - et Le Deuxième Souffle d'Alain Corneau, et même dans les comédies RTT avec Kad Merad et De vrais mensonges avec Audrey Tautou. Dernièrement, on l'avait vu dans les drames intimistes de Jalil Lespert, Vents contraires, et dans Beau rivage, sorti début 2012. La télévision profitera également de son talent et de son charisme inquiétant, jouant dans les séries policières Mafiosa, Engrenages et dans la saison 2 de No Limit attendue cet automne.

Daniel Duval a été marié de 1978 à 1981 à Anna Karina, la chanteuse et actrice que Jacques Rivette avait portée au sommet dans La Religieuse. Avec ses allures d'écorché-vif, c'est à travers son long métrage Le Temps des porte-plumes avec Jean-Paul Rouve et Anne Brochet, qui s'était le plus dévoilé, abordant son enfance difficile. Dans le dossier de presse, il ouvrait son coeur sur son oeuvre et sur son vécu. Il raconte comment il a été arraché à ses parents par les services sociaux car ils buvaient et se battaient et comment personne n'a tenu compte de ce que l'enfant qu'il était ressentait : "Voilà ma plus grande plaie. Je me sentais cassé, brisé. Je parlais très peu, sauf quand je rencontrais quelqu'un. Mes amis, comme dans le film, étaient toujours des gens blessés. Ça correspondait à une sorte d'appel, à un refus des choses construites. Je ne voulais pas marcher dans les clous. Toute ma vie j'ai répondu à ce refus des adultes de m'expliquer les choses : 'vous ne m'expliquez pas, vous ne m'avez jamais expliqué, vous ne m'avez pas demandé mon avis, alors ne me le demandez plus. A partir de maintenant, je ferai ce que je veux. Mais je ne ferai rien comme tout le monde'. J'ai toujours été au bord des choses."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image